« Notre langage est-il important ? Pourquoi certains mots ne sont plus acceptables » Ce 25 avril, la direction générale du personnel du Parlement européen conviait l’ensemble des employés de l’institution à participer à une séance de questions-réponses sur le thème du... racisme par le langage ! Cette conférence en ligne, à l’image de la Semaine internationale contre le racisme organisée à la fin du mois de mars, illustre l’entrisme du wokisme au sein des institutions européennes.

Pas de racisme anti-Blancs

Contrairement aux apparences, l’événement de ce 25 avril n’a pas été organisé par une poignée de militants woke. « Au contraire, tout cela est très institutionnalisé », note Jean-Paul Garraud, député européen du Rassemblement national. Joint par BV, le parlementaire précise : « Ce n’est pas une initiative politique mais administrative, prise par la direction générale du personnel, et plus particulièrement par l’unité Inclusion, Égalité et Diversité. » En effet, dans un courriel que BV a pu se procurer, on découvre que l’administration européenne invite ses collaborateurs à « se pencher sur le rôle joué par la langue dans la lutte contre la discrimination raciale ». Au programme : près d’une heure de discussion animée par Susan Arndt, professeur d’études anglaises et de littérature à l’université de Bayreuth (Allemagne). Le profil de cette chercheuse a de quoi interroger. Auparavant enseignante de culture africaine, cette figure des études critiques sur la « blanchité » a notamment travaillé sur le sexisme, le racisme, le féminisme et, plus largement, sur l’intersectionnalité. Dans l’un de ses articles sur la « décolonisation de la langue », elle écrit ainsi : « Notre langue est encore empoisonnée aujourd’hui, notamment avec les héritages racistes de l’ère coloniale. »

Des propos, inspirés des théories décoloniales et antiracistes qu’elle réaffirme et amplifie devant le personnel du Parlement européen. Dans un extrait vidéo, tiré de cette séance de questions-réponses que BV a pu visualiser, l’enseignante affirme ainsi : « Le racisme a été inventé pour légitimer les conquêtes coloniales. […] Le racisme a été inventé par les Européens. » Et quelques minutes plus tard, à la question « Tout le monde peut-il être victime de racisme ? », Susan Arndt répond : « Un Blanc peut se sentir discriminé (il peut être victime de sexisme, par exemple). Mais ce n’est pas du racisme. » La chercheuse réfute catégoriquement l’existence d’un racisme anti-Blancs. Au contraire, elle insinue qu’être blanc, même si ça ne fait pas une mauvaise personne, prédispose à des comportements racistes.

Un Parlement aux couleurs du wokisme

Ces propos font écho à ceux tenus, au mois de mars, par la même Susan Arndt et sa consœur, Rolade Berthier, professeur d’anglais, invitées lors de la Semaine contre le racisme. Dans un entretien au magazine News Houndrelayé sur l’Intranet du Parlement européen, Susan Arndt affirmait ainsi que « le racisme a toujours été le glaive et le bouclier du colonialisme ; il servait à légitimer la suprématie blanche par l'affirmation d'une supériorité blanche. » De son côté, Rolade Berthier expliquait à des membres du personnel que certains mots ne devaient plus être employés, tels que « blacklist » - car renforcerait la notion que « le noir est indésirable et le blanc est désirable » - ou « immigrant illégal » - car « un immigrant est un être humain et un être humain ne peut être illégal ».

Pour Jean-Paul Garraud, l’organisation de ces deux événements par l’administration du Parlement européen montre que le wokisme est devenu « l’idéologie propre de l’institution ». Si le phénomène n’est pas nouveau, il s’accélère aujourd’hui, porté par des parlementaires « qui en font des tonnes avant 2024 et les prochaines élections européennes », se désole l’eurodéputé. Ainsi, selon nos informations, il aurait été évoqué que des réunions de ce genre, sur l’antiracisme mais également sur d’autres thèmes, se tiennent une fois par mois. Le Parlement européen prévoirait déjà un événement pour le 2 décembre prochain, journée de l’abolition de l’esclavage.

10393 vues

25 avril 2023 à 22:00

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

45 commentaires

  1. Toute personne ayant un tant soit peu réfléchi comprend — sans avoir eu besoin de lire Gramsci — que l’action politique ne peut avoir d’efficacité que sur un public partageant une même conception de la vie, et pour en arriver à ce large consensus, il faut développer une action éducative (littéralement conduire vers le haut) permettant de former l’esprit analytique (critique) de discerner le bien du mal, le vrai du faux (l’activité de l’intelligence — du cerveau — étant d’abord de « discriminer » !). Il est banal de remarquer que la transmission de ces concepts ne peut se faire qu’à l’aide d’un langage qui, chez les humains, passe par l’utilisation d’une langue (écrite ou parlée) composée d’un vocabulaire assemblé par une grammaire permettant de fournir une signification au discours. Il est alors évident que les mots que l’on utilise sont essentiels. Tous les spécialistes des techniques de manipulation des esprits (différentes de l’éducation, parce qu’elles sont cachées — ou « cryptées ») le savent bien, de Edward Bernays à George Orwell, en passant par Vance Packard , Serge Tchakhotine, etc. La gauche révolutionnaire a bien compris celà en créant des néologismes (wokisme, par exemple, ou homophobe qui signifierait « peur maladive de soi-même » !), ou en utilisant — et en imposant — les mots dans un sens différent de leur acception courante, ou, encore, en interdisant de nommer les faits gênants.
    Le langage est essentiel, car il véhicule la pensée, on modèle la pensée en modifiant le langage !

  2. Ce wokisme oublie tout simplement qu’au delà de la couleur de peau il y a les religions….et ce wokisme est Une Religion qui se développe en cachant, e taisant, son objectif final…..Pour ma part je préfère certains hommes et femmes de couleur qui votent bien, et préfère ne pas trop fréquenter celles et ceux de même couleur que moi qui votent mal, ou se comportent en conquérants, dans un pays qui les accueille avec bienveillance, jusqu’à vouloir supprimer toutes ses racines et ses statues…Les colonisateurs d’autrefois ont toujours été en grande minorité par rapport à la population, ont ici ou là partagés le pouvoir jusqu’à leur transmettre. Et s’ils viennent dans notre Continent c’est qu’ils n’ont pas du en souffrir, et ils ont pu conserver leur religion…

  3. La couleur de peau, on s’en tape, mais la culture c’est autre chose et de bien plus important ! Louer votre studio à une personne de race noire ne présente aucun problème si cette personne est culturellement européenne, mais si vous avez affaire à des arrivants africains, attendez vous au pire !

  4. Je pense que le racisme n’est pas une affaire de couleur de peau, mais l’extériorisation d’un sentiment ou d’une impression d’infériorité.

  5. On ne parle pas encore de refondre le langage musical, mais cela ne saurait tarder. Pierre Perret l’a chanté il y a déjà quelques années « pour Debussy en revanche il faut 2 noires pour 1 blanche… ». Alors tant qu’on y est, on réécrit toutes les partitions de A à Z. ????

  6. Le racisme, notamment  »blanc/noir », a été ré-inventé ces dernières années par ceux qui à la recherche d’un nouveau fonds de commerce et d’un électorat qu’ils avaient perdu ( les classes populaires) sont allé chercher un nouvel électorat en attisant des tensions artificielles liées a la couleur de peau. Celui-ci avait pratiquement disparu il y a une vingtaine d’années, notamment en France . Merci aux wokistes américains et à LFI + une partie de la gauche de l’avoir recréé.

  7. Le racisme est un réflexe spontané et naturel de notre paléocortex, le cerveau reptilien, envers ceux qui ne nous ressemblent pas. Ensuite ce sont l’éducation, la culture, la religion, la philosophie, etc., qui nous apprennent à dominer ce préjugé. Certains font ce travail intellectuel (plutôt les blancs), d’autres (liste trop longue)… moins.

  8. Aux lecteurs de l’article de Clémence souhaitant manifester sur un plan partique leur hostiité à l’écriture inclusive, je signale qu’il existe depuis peu une extension Gmail qui permet de reconnaitre les mails en contenant. L’extension renvoie à l’expéditeur un message( poli) ui demandant d’écrire en français académique s’il souhaite être lu par le destinataire.
    L’extension se trouve sur le Google Workspace Marketplace en cherchat « detecteur ecriture inclusive ».

    1. Merci pour cette information pratique … de + en + utile vu le nombre de courriers reçus écrits en écriture dite  »inclusive »

  9. Tout ca prend des allures de camp de rééducation et c est plus qu alarmant car il n y aura qu un pas pour se diriger vers un régime totalitaire et leurs camps de redressement pour les réfractaires..j exagère peut être j ose espérer sans doute et je me rassure … Ou pas quand macron répète à l envi que nous ne sommes pas en dictature…

  10. Le parlement européen n’est qu’un élevage de veaux en batterie.
    Cette Arndt me fait l’effet de tous ces arrivistes et affidés de dictateurs, qui oppriment impunément leur entourage à l’ombre d’un tyran, et se comportent comme des tortionnaires qui estiment devoir donner le change pour assurer leur pouvoir, mais qui un jour se retrouvent eux-mêmes l’objet d’une purge de la part de leur mentor qui craint les thuriféraires qui montent.
    Les purges staliniennes sont emblématiques à ce titre, et ce fut une bonne chose, aussi juste que morale, que ceux qui marchent à l’ombre en tirant les ficelles payent un jour leurs lâchetés, leurs trahisons et leurs abus. Je crois qu’on parlera vraiment des dégâts de cette secte totalitaire woke dans une génération.

    1. Peut-être… L’ennui est que le wokisme n’est pas le fait d’un seul dictateur. C’est un mouvement beaucoup plus vaste contre lequel la génération future n’a pas été armée. De par notre faute!

  11. On pouvait espérer que les effroyables tragédies du XXème siècle générées par des malades mentaux s’accaparant le pouvoir pour y développer leurs idéologies mortifères avaient enfin rendu les dirigeants sages. Mais, rien n’y fait Dès qu’une nouvelle idéologie apparaît, elle trouve immédiatement ses chantres dont il semble que le QI se lise sur la même échelle que celle du singe bonobo.

  12. Dans la Bible, la Tour de Babel finit mal, l’Europe, comme l’Amérique du Nord, finira de même. Tout comme Sodome et Gomorrhe d’ailleurs.

  13. Circonvolutions oratoires et pseudo intellectuelles n’ont qu’un but culpabilité nos modes de vie . La déconstruction s’empare de nos institutions européennes car les nations n’ont plus de souveraineté notamment avec des présidents pro européens

  14. Le Parlement Européen en passe de devenir un cirque sans artistes mais avec beaucoup de clowns.
    Le fabuleux Roger Lanzac, fier de sa « piste aux étoiles » doit se révolter dans sa tombe.

    1. ah ben là vous avez totalement raison ! quel bande clowns, de tristes sirs en vérité !!! D’abord  » blacklister » est un anglicisme dont on peut parfaitement se passer en effet, le Français étant une langue très riche et pleine de nuances !
      Triquard fera très bien l’affaire et remplacera avantageusement puisque çà signifie très exactement  » personne interdite de séjour » !! donc effectivement on n’aura pas à dire  » immigrant illégale » – Encore la preuve s’il en faut que cette dame
      spécialiste des langues Africaines, ne peut prétendre s’immiscer dans l’expression et le vocabulaire des langues Européennes -S’il y a des gens assé stupide pour suivre ces directives,  » grand bien leur fasse » mais perso je n’en serais pas –

  15. 1984 ou Farenheit 451…. Vous ne connaissez pas ces livres? Lisez les !
    Vous y apprendrez comment ils suppriment des mots et manipulent les gens.
    On y est là non ?
    2+2=5 on va y arriver aussi…
    L’herbe n’est pas verte elle est bleue et celui qui dit le contraire…couic !
    Si un événement majeur ne se produit pas assez vite, on est foutus.

Les commentaires sont fermés.