La liste des personnalités préférées des Français vient de sortir. Ou les listes, devrais-je dire, car ce sont deux listes (une par sexe) qui sont proposées aux braves gens. Côté hommes, Jean-Jacques Goldman ou restent en tête, avec l’arrivée surprise de Jean-Pierre Pernaut. Côté femmes, on est plutôt Sophie Marceau ou Mimie Mathy. Les mots me manquent pour dire à quel point on s’en fout, amis lecteurs : on peut préférer Mimie Mathy à Sophie Marceau (ou à la duchesse de Cambridge) ; on peut aimer les chansons de Goldman, le 13 heures de Pernaut ou la justesse avec laquelle prête ses traits aux aventures d’Arsène Lupin. Chacun son truc.
Mais le rôle d’une personnalité est de montrer l’exemple. Alors, laissez-moi vous présenter un couple exemplaire. Rien de caricatural, rassurez-vous : pas de catholique de six enfants qui chante bien, cette fois. Plutôt un couple simple : lui, quoique d’excellente famille, est artisan à la campagne. On ne l’entend jamais, en revanche il abat un travail admirable et trouve toujours une solution à tout. Elle, sa jeune femme, rayonne de douceur et de tendresse. Il se dégage d’elle une modestie pleine de densité, une aura qu’on ne sait pas à quoi attribuer. Les propos orduriers s’arrêtent net sur les lèvres des hommes qui croisent son regard. Elle ne se mêle pas aux commérages. Son sourire, frais et léger, rend espoir en l’humanité.
Or, figurez-vous que ces deux-là ont une famille. Oh, pas de ces familles éloignées de la réalité de l’archipel français, avec une ribambelle de garçons au cheveu ras et de filles aux longues tresses. Pas, non plus, de garçon obèse en survêtement, d’ailleurs. Non, non : un fils, un seul, tout ce qu’il y a de classique. On pourrait le croire vaguement surdoué, car il répond aux grandes personnes sur des points de science particulièrement pointus, mais il n’a rien de la tête à claques. C’est même plutôt le contraire. Il aide son père à l’atelier et soulage sa mère des travaux de force. Il semble avoir un destin, comme le laisse entrevoir son cœur brûlant de charité ou sa perfection jusque dans les petites choses.
Vous avez peut-être deviné que je vous parlais de la Sainte Famille, que l’on fêtait ce dimanche. Alors, à la faveur de ces vacances, avant que les crèches ne rejoignent les cartons et que les lumières décoratives ne s’éteignent sans un bruit, pourquoi ne pas leur confier nos propres familles, leurs grandeurs et leurs petitesses, leurs espoirs et leurs joies simples ? Voilà des personnalités pour qui on n’aura jamais besoin de voter. D’ailleurs, même ceux qui votent pour les dégager de l’espace public leur reconnaissent, en creux, force et légitimité.
Que la Sainte nous accompagne tous jusqu’en 2021 et au-delà !

28 décembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.