Il paraît que l'exécutif a été « surpris » par l'ampleur de la mobilisation de jeudi contre sa , selon les indiscrétions du Point. Étrange... Ces gens sont-ils à ce point coupés du réel ? Comment un Président qui avait dit, en 2017, que relever l'âge de départ n'était pas la solution peut-il penser convaincre l'opinion de la pertinence de sa réforme ? L'entreprise semble aussi délicate pour lui que pour ses ministres Attal, Véran et Le Maire, usés jusqu'à la corde par la séquence Covid. La tentative de la réforme de 2019, qui avait causé une mobilisation déjà très forte, leur avait pourtant servi d'avertissement. Le lancement de cette réforme-ci dans un contexte économique et social tendu du fait de l'inflation et de l'envol des prix de l'énergie est un non-sens politique.

En tout cas, la sanction de l'opinion ne s'est pas fait attendre. La dernière vague du baromètre IFOP publiée par le JDD enregistre une chute de la popularité d' à son niveau plancher 34 % (-2) d'il y a trois ans, avant le premier confinement, et une hausse des mécontents (+3) à 65 %. Pour Frédéric Dabi, directeur général de l’IFOP, la messe est dite : « Le gouvernement est en train de perdre la bataille de l’opinion. »

Dans le détail, le chef de l'État est désormais minoritaire dans toutes les catégories, y compris chez les plus âgés. Si les plus de 65 ans sont encore 40 % à être satisfaits de lui, il est devenu très impopulaire dans les autres tranches d'âge : 31 % seulement chez les 50-64 ans, ceux qui seront directement impactés par sa réforme des retraites. Sa chute est spectaculaire chez les 25-34 ans (-10, à 29 %). Du point de vue des CSP, la chute est générale : -7 points chez les salariés du public (28 %), -15 chez les chômeurs (23 %), -14 chez les cadres (37 %) et -9 chez les chefs d’entreprise (30 %). L'exécutif aurait pu trouver un soutien dans ces deux dernières catégories, mais il a oublié qu'elles lui tenaient déjà rigueur de sa gestion hasardeuse de la crise énergétique et de l'inflation.

Si l'on ne comprend toujours pas ce que l'exécutif est allé faire dans cette galère dans ce contexte, on ne voit guère comment il peut se tirer d'une grogne aussi profonde. ne semble être d'aucun secours. Un ministre déclarait au Point : « Ce serait quand même plus simple si on avait une Première ministre identifiée et combative. » D'ailleurs, elle subit aussi cette vague d'impopularité : +5 à 65 %. Peut-elle servir de fusible si la contestation s'installe ? Car l'autre écueil qui attend la réforme, c'est son passage à l'Assemblée où, chez les LR mais aussi dans la majorité, des voix discordantes ont annoncé qu'elles ne la voteraient pas. Quant au recours au 49.3, devenu la drogue dure du gouvernement, il est déjà perçu par l'opinion comme faisant partie de la brutalité de cette réforme.

a-t-il l'intention de jouer le pourrissement, comptant sur la lassitude et l'exaspération de certains face aux grèves, pour retourner l'opinion en sa faveur et tenter une dissolution qui lui redonnerait cette majorité dont l'absence plombe son second quinquennat ? Avec une telle impopularité, le risque pour lui serait considérable et certains membres de la majorité sentent que l'opposition à la réforme va mécaniquement profiter au . La sera-t-elle le tombeau du macronisme ?

11169 vues

22 janvier 2023

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

72 commentaires

  1. Le « bon élève » de l’UE est enfin sur une pente dangereuse. Mon rève se réalisera t’il. Nos compatriotes vont t’ils, enfin envoyez en enfer cet individu malfaisant pour notre pays.

  2. Il paraît que l’exécutif a été « surpris » …..c’est bien ca le problème du macronisme , il n’anticipe rien , n’a aucune vison , meme moyen terme et ne comprend rien aux aspirations des Français. Et dire qu’on va se le taper encore 4 ans

  3. La réforme de notre système de retraite est un mal nécessaire. Ce qui est important c’est ça qu’on met dans cette réforme, et là , nous sommes dans le n’importe-quoi du macronisme, qui engendre cette grogne.
    La première des reformes serait de favoriser les parents de famille nombreuses ( 3 enfants et plus) pour leurs retraites car c’est bien leurs enfant qui payeront les nôtres, et pas les immigrés qu’on fait venir en masse.

  4. Macron et les médias ont réussi à faire croire aux français que la réforme des retraites était indispensable. Faut-il rappeler que le Conseil d’Orientation des Retraites (COR) a publié un rapport qui montre que le régime des retraites sera déficitaire de l’ordre de 4 à 5 milliards d’euros dans les 4 à 5 ans à venir et qu’ensuite l’équilibre reviendra à la fin de la décennie pour des raisons démographiques. Qu’est-ce que 4 à 5 milliards quand on les compare aux 500 milliards claqués pour une pandémie juste un peu plus mortelle qu’une grippe banale ou aux 80 milliards d’évasion fiscale …

  5. Macron trouve 400 milliards d’€ pour les armées mais 12 pour les retraites c’est impossible ! C’est curieux les mathématiques tout de même

  6. Cette pseudo réforme a deux objectifs :
    – faire plaisir à Bruxelles
    – mettre en place un système dans laquel plus personne n’aura accès à une retraite a « taux plein »
    Cerise sur le gâteau, un ministre ose dire qu’une partie des économies réalisées permettra la mise en pré-retraite des profs et autres fonctionnaires… donc l’état veut continuer à faire payer les retraites du public par le privé !

  7. Il y a d’autres solutions que de retarder l’âge du départ en retraite :
    -taxer les importations non européennes pour les produits manufacturés (y compris et même plus fortement pour les entreprises françaises qui ont délocalisé leur activité)
    -mettre une taxe sur les robots qui réduisent le besoin de main d’œuvre. Dans l’Intermarché de ma commune (magasin de taille très moyenne) 4 caisses automatiques (que je boycotte systématiquement).

  8. D’après l’INSEE, l’espérance de vie des femmes à 60 ans est de 5 ans supérieure à celle des hommes au même âge.
    L’égalité hommes-femmes réclamée à corps et à cris, devrait exiger un départ des femmes à la retraite à 65 ans en laissant celui des hommes à 60 ans. En effet, il n’est pas normal que les femmes profitent 5 ans de plus de la retraite que les hommes et cela pourrait combler le déficit .
    Vive l’égalité hommes-femmes.

  9. « Si les plus de 65 ans sont encore 40 % à être satisfaits de lui, il est devenu très impopulaire dans les autres tranches d’âge »
    Ah bon? Parce que 60% des plus de 65 ans à ne pas être satisfaits de cette réforme (60% dont je fais partie) cela ne montre pas une impopularité dans cette tranche d’âge???

    Moyen communicationnel pour monter les jeunes contre les vieux?

  10. Mouai… Les sondages aboient les élections passent: aux législatives partielles de ce dimanche, les sortants sont reconduits pour le deuxième tour. Rien ne bouge, et certainement pas l’abstention, énorme, qui pourtant serait seule capable de faire reflet à la « chute de popularité » de Macron. Politiques hors-sol, et Français passifs.

  11. Le plus urgent se ne sont pas les retraités vous voyez pas que ces 2 fous zelensky et lui nous entraînent vers une guerre mondiale, le tout orchestré par les reptiliens mondialistes qui se frottent les mains de voir leur poulain mener à bien leur volonté de réduction des populations et la disparition des pays européens

  12. Ce qui est grave c’est que ce sont qui ont ou qui s’attendent à de « Bonnes retraites » qui ne veulent rien lâcher. – les acquis d’hier sont trop cher aujourd’hui .- à quand le retraite universelle ?

    1. ⛔️⛔️⛔️Ils n’ont rien retenu du passé Marie-Antoinette quand elle a dit 《 ..il y a plus de pain donnez leur de la brioche .. 》ils devraient se rappeler l’importance du pain et ils vont laissez nos boulangers crever à 80 % sans bouger ????.. quand les gens vont avoir faim ça ira très mal pour ce gouvernement d’incapables dirigés par un psychopathe narcissique pervers
      Ils se rend pas compte qu’il se met tout le monde à dos même les flics qui ont manifesté on est plus nombreux……..

  13. Une réforme qui « oublie » les salariés de la fonction publique ! Tout le monde a l’air de considérer que c’est normal : on chipote sur des trimestres ou l’âge de départ alors que c’est loin d’être le fond du problème : une réforme qui ne concerne que ceux qui sont déjà les plus défavorisés (le privé qui en a déjà subi 4 ou 5 par le passé), ce n’est pas une réforme, mais un emplâtre sur une jambe de bois !
    Macron a bien compris qui il ne faut pas trop em…der !

    1. On voit que vous n’avez pas été fonctionnaire!
      La rumeur du 75% du dernier salaire est véritablement une rumeur fausse pour une grande majorité des dits fonctionnaires.
      Il faut tellement de conditions pour y arriver, que ce ne sont pas leur majorité qui touche ce montant = une grosse partie de ma famille en fait partie. Je puis vous assurer que ce n’est donc pas le cas!

  14. La dissolution n’est un risque pour personne mais l’ardente obligation de l’esprit de la Veme République gaulliste.

  15. Peut-on être populaire qu’avec du blabla, du vent, des rétropédalages récurents, des mesurettes telles des emplâtres sur des jambes de bois. Ce gouvernement est totalement déconnecté de la réalité. Tous ces anciens énarques se prennent pour des  » je sais tout » alors qu’ils ne voient pas plus loin que leur nez. En quelques années ils ont mis la France parterre alors que nos anciens ont mis des décennies pour en faire un des plus beaux pays du monde. La France n’est pas une république bananiere.

  16. « Ces gens sont-ils à ce point coupés du réel ? »
    On ne peut pas être coupé de quelque-chose auquel on n’a jamais été lié.
    Non seulement ces gens là n’ont jamais été confrontés à la réalité de la vie et à ses difficultés mais, plus grave encore, ça ne les intéresse absolument pas.
    Content ou non, le « peuple souverain » n’a qu’à se soumettre. Bruxelles a décidé pour lui et BlackRock sait pouvoir compter sur Macron pour mettre la main sur ce système de retraite pourtant si gravement déficitaire…

    1. « Coupés du monde et de la réalité » :Tout à fait ! J’en suis témoin depuis 1971 et mes études à Sciences pipo.
      Il y avait 4 catégories d’étudiants :
      – Les étudiants  » normaux » venus laborieusement de province pour faire réellement des études et apprendre, se démerdant pour se loger- nourrir- transports- vêtir, discrets sur leurs galères quotidiennes;
      – Les étrangers venus tâter d’une atmosphère différente (nombre de futurs ministres africains); logés par leurs ambassades et sans gros problèmes matériels; squattant la jolie cité U parc Montsouris, par exemple;
      – Les fils à papa (fils de ministres, banquiers, etc..) réclamant avec morgue leur place de parking dans la rue St Guillaume pour leur Mini-Austin avec la raquette de tennis sur la plage arrière, en prévision du prochain rallye du wouikend.(la « caste » ou la bonne lignée);
      – Une autre catégorie de provinciaux observateurs et arrivistes (on dit  » ambitieux », ça fait plus propre), style Hollande-Ségolène et autres, occupés à échafauder leur futur en ouvrant un carnet d’adresse (auprès, soit de la caste, soit d’un syndicat politique – de gauche de préférence) et balayant d’un revers de main leur « bled » d’origine pour se revendiquer d’un coup purs Parisiens élites intellectuelle: Les Rastignac (masculins et féminins ; ces dernières jouant sur les 2 tableaux: le cerveau et la plastique): On les retrouve désormais, blanchis chenus, paradant sur les plateaux télé et experts en tout (surtout en baratin) …

  17. Rien de surprenant, une réforme bâclée mal expliquée et qui va pénaliser ceux qui exercent un métier pénible . Macron a supprimé quatre critères de pénibilité . En plus une inflation importante, prix de l’énergie qui s’envolent , pour y répondre toujours la politique du chèque . Une politique qui ne règle Rien , les français veulent vivre de leur travail et pas d’aumônes distribuées pour calmer le petit peuple . Comme d’habitude Macron dit tout et son contraire , opposé à une réforme des retraites en 2019 , voilà qu’elle devient urgente, idem pour la sortie du marché de l’énergie. Quand allons nous sorti de ce marché de dupes ? Quand tous les artisans et commerçants auront mis la clef sous la porte ?

Les commentaires sont fermés.