La rave sauvage ayant rassemblé plus de 2.000 personnes en Bretagne a donc pris fin samedi matin. Près de 1.200 verbalisations, trois gendarmes blessés et des organisateurs traqués. Une fête illégale qui aura réuni tous les cadres de place Beauvau autour de Gérald Darmanin. Une simple fête illégale qui aura maintenu journalistes et politiques en alerte pendant plusieurs jours. 2.000 jeunes auront donc fait trembler l’État et semblent avoir menacé un an de sanitaire drastique et de lois liberticides.

Il n’y a rien qui va dans ce qui vient d’être écrit. Premièrement parce qu’il a suffi d’une rave-party comme il y en a des centaines illégales tous les week-ends en pour mettre en échec l’une des dix plus grandes puissances du monde. Il n’y a rien qui va dans cette affaire, tant elle ressemble à un ultime et improbable épisode des Gendarmes de Saint-Tropez. Mais Gerbert, Cruchot et Fougasse ont été promus ministres et, en guise de nudistes, il y aurait un roi nu.

Face à cela, l’exécutif est resté muet. Le directeur de l'agence régionale de de Bretagne, Stéphane Mulliez, appelle, sur France Bleu Armorique, les participants « à s'isoler strictement à leur domicile pendant sept jours ». Il confie son inquiétude : « Nous avons mis à disposition sur le site de nombreux équipements de protection individuels : plus de 4.000 chirurgicaux, ainsi que 540 tests antigéniques pour pouvoir faire des dépistages de manière anticipée. Mais malgré cela, nous savons que cette rave-party présente un très fort risque de diffusion du Covid-19 », explique-t-il. Il juge « irresponsables les comportements des teufeurs du point de vue sanitaire » et souhaite « un retour au civisme ».

Finalement, l’État ne fera rien, ou presque, parce qu’il en est incapable. L’insécurité ? Un sentiment. Les voitures qui brûlent ? Débordements ! Une rave de 2.500 personnes ? Une irresponsabilité ! On reprochait à Emmanuel son discours du réveillon, jugeant que le roman national qu’il s’essayait à raconter n’était qu’un exercice d’autosatisfaction trop éloigné de la réalité. Et puisque notre préfet de police de Paris aime à citer Léon Trotski, rappelons au passage que le théoricien de la révolution rouge avait aussi écrit ceci : « La réalité ne pardonne pas une seule erreur à la théorie. » La réalité, c’est l’association Techno Plus qui participait activement à cette rave, dopée par les subventions de la mairie de Paris. En résumé, un vaudeville à 3.000 figurants payé par vos impôts.

 

30726 vues

2 janvier 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.