Fin juillet, la prison de Fresnes connaissait les honneurs des gazettes avec ces courses de karting opposant prisonniers et gardiens. D’où la polémique relative à cette opération « Kohlantess ». Il est vrai qu’au prix de l’heure de kart, de tels loisirs ne sont pas tout à fait à la portée du premier venu et surtout pas de ces Français dont le salaire ne laisse, en cette période estivale, guère le choix qu’entre se nourrir, se loger ou partir en vacances.

Comme si cela ne suffisait pas, la direction de cette prison vient de tomber une nouvelle fois pour récidive avec cette autre initiative répondant au nom de « Schtar Academy », le vocable de « Schtar » signifiant « prison », en verbiage délinquant. Quand les autorités emploient la langue des voyous, ce n’est jamais bon signe. Tout le monde sait ça, même et surtout les policiers… Et BFM TV de lever le lièvre, ce 7 octobre : « 21 titres, quatre rappeurs amateurs, des grands noms du rap français et déjà des centaines de milliers de vues sur YouTube. Le projet musical de la "Shtar Academy" sort son deuxième album ce vendredi. Derrière des textes habilement ficelés, quatre détenus de la prison de Fresnes triés sur le volet par Mouloud Mansouri, fondateur de l’association Fu-Jo. » À en croire Var-Matin de ce 11 septembre, Mouloud Mansouri, producteur de rap depuis dix ans, connaît le terrain mieux que personne, ayant passé autant d’années en prison dans les années 1990.

Toujours selon BFM TV, l’affaire ne fait pourtant pas que des heureux, dans la prison de Fresnes, notamment chez les gardiens. Cédric Boyer, par exemple, délégué du syndicat FO Pénitentiaire, s’interroge : « On peut se demander quelle est la pertinence de ce genre d’activité dans le cadre de la réinsertion des détenus. » Effectivement, on est en droit de se le demander, surtout lorsqu'on écoute la réponse de Mouloud Mansouri : « L’administration pénitentiaire a validé tous nos textes, sans censure. » S’il n’y avait pas de « censure », à quoi bon une « validation », serait-on tenté d’ajouter ? Et le même de prévenir : « S’ils viennent polémiquer, on saura quoi leur répondre et même les faire changer d’avis. » Des menaces ? Depuis l’affaire Kohlantess, ce producteur regrette d’être interdit de prison (voilà qui doit le changer) et de n’avoir pu réaliser un cinquième clip, pourtant prévu de longue date (le rap français devrait s’en remettre).

Et le même de justifier cette action, sans manifestement bien se rendre compte de la portée de ses propos : « C’est l’occasion de sortir plus souvent de leur cellule, de voir du monde, d’échanger, justifie-t-il. Ils ont un meilleur rapport avec le monde extérieur, c’est primordial pour la réinsertion. » Ah bon ? Car s’il y a bien une action à mener dans les françaises, c'est de lutter contre l’insalubrité des lieux, leur insécurité chronique, leur surpopulation, triptyque odieux qui ne nous met pas exactement en tête des classements européens en la matière. Quant à la réinsertion, on ne voit pas très bien en quoi le rap pourrait aider à la manœuvre. Certes, ce n’est pas parce qu’on se trouve au violon qu’on doit apprendre à jouer du violoncelle, mais entre Mstislav Rostropovitch et Booba, il y a peut-être de la marge en matière de développement artistique personnel.

D’ailleurs, à quoi pourront bien servir ces raps où nos détenus racontent leur vie carcérale ? À se réinsérer dans la vraie vie ou à continuer de jouer les caïds dans leurs cités, sitôt remis en liberté ? Des stages de plomberie, de carrosserie, de menuiserie et, pourquoi pas, de droit ou de philosophie pour les esprits plus affûtés ne seraient-ils pas plus appropriés ? Bref, que cherche-t-on ? À les sauver ou à les enfoncer ? Aujourd’hui, trois de ces rappeurs sont dehors. Leur second disque serait sur le point de sortir, au contraire du quatrième artiste qui, lui, semble parti pour rester... La vie est décidément trop injuste.

5256 vues

7 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

18 commentaires

  1. Au train où vont les choses, « les personnes en situation de sobriété subie », vexées voire jalouses, vont demander l’asile à Fresnes.

  2. Il n’est pas une journée que nous ne soyons pas révolté par des informations des plus stupides alors que ceux qui nous gouvernent ne font rien de constructif pour notre pays. alors accuser de torchons Bvoltaire, qui ressemble à bien d’autre médiats dans ce registre çà ne grandit pas ceux qui émettent ce jugement. Écouter des médiats mainstream çà nous rassure pas pour autant.

  3. J’ai bien aimé : « ce n’est pas parce qu’on se trouve au violon qu’on doit apprendre à jouer du violoncelle »…
    Il est bien loin le temps où cette vieille Europe se régalait de diverses super musique de Jazz inventées et jouées par toutes ces personnes de couleurs étant des U.S.A. et qui avaient rebondis avec succès pour oublier ces périodes noires de l’esclavage….Oui vraiment, on est en décadence. Que le Rap existe pourquoi pas, mais que l’Administration s’associe à son développement, c’est bien de la Macronie funeste. Apprendre un métier serait plus utile.

  4. Deux choses. La première : ça n’aurait jamais dû pouvoir se faire dans une prison, et la seconde : on ne devrait même pas en parler. Ça ne leur fait que de la publicité et montre que tout est possible pour les détenus. Les prochains évènements de ce genre ne devraient même pas être relatés mais sanctionnés sévèrement, pour les détenus et…ceux qui ont laissé faire. Les prisons ne sont pas des clubs de vacances!

  5. Ah il fait bon d’être en détention, pas de pénurie de carburants, pas de soucis pour se chauffer cet hiver, pas de contraintes salariales , pas d’impôts à régler, etc… et maintenant des distractions en vois tu en voilà !!!
    Dans quel monde vit -on ?

  6. Quand on sait que toutes ces activités sont payées par nos impôts, on se dit que la fin de ce pays la France est programmée par les ripoux au pouvoir !!

  7. À quand des cours pour apprendre à tricoter des écharpes et de mitaines pour les petits vieux qui vont crever de froid cet hiver ?
    C’est certain que le « rap », ce soi-disant « art », leur permet de déverser en verlan toute leur haine envers la France.

  8. Quelle honte, notre pays, celui des lumières, de la Résistance, des trente glorieuses s’effondre doucement mais sûrement. Je persiste à dire que c’est voulu comme est voulue la chute de l’Europe au grand profit des USA qui réussissent ce qu’ils n’ont pu faire après 45 grâce à la résistance d’un homme le général de gaulle.on peut lui reprocher beaucoup de chose mais pas cela contrairement à ses successeurs qui ont plombe le pays .

    1. Mais mon cher Ami, nous ne sommes plus au siècle des « Lumières » mais des illuminés, psychopathes et cupides au service du « pognon » et des US.

  9. Au point où nous en sommes, il serait souhaitable de remplacer les incarcérations par l’une ou l’autre de ces médailles dont la République est si friande . Le Mérite Agricole en place de 6 mois ; les Palmes Académiques pour deux ans ; la Légion d’Honneur au delà et selon les grades . Que d’économies en perspectives et de temps gagné !

  10. UBU a de beaux jours devant lui , la cour du roi PETAUD étant soumise à ses ordres. Toutes les valeurs sont retournées du fait qu’on marche sur la tête. Ce laxisme entraînera une réaction très grave le jour où tout devra reprendre sa place . Il y a du travail en perspective pour les prochains responsables du pays.

  11. Au cours de notre Histoire et devant les éternelles contestations des impôts Mazarin disait en entendant dans la rue les chansons pamphlétaires «  s’ils chantent , ils paieront » …
    Les chansons ont souvent servi d’exutoires et calmé les jeux et dans le cas précis puisque nous sommes incapables de fournir des locaux décents et une surveillance sans faille il faut bien tenter d’occuper les délinquants en leur proposant des dérivatifs . Pendant qu’ils chantent ou courent après un ballon ils ne font pas autre chose.
    Le pire tableau est le désœuvrement . Ne dit -on pas «  l’oisiveté est mère de tous les vices « ?
    Faute de les employer à casser des cailloux toute la journée on les amuse …un choix de societé ?

  12. Quand on est confronté au niveau intellectuel des rappeurs et de leurs chansons, on est face à un vide sidéral. Du vide dans du vide, ça donne quoi ?

  13. Encore et toujours de l’argent pour les racailles , toujours plus . Des nouvelles prisons qui ressemblent à des hôtels 5 étoiles Bien nourris , logés , chauffés , soignés je me dis que voyant arriver la fin de ma vie je commets un délit pour ne pas finir en ehpad : on est si bien traité dans nos prisons et c’est gratuit .

  14. Mon cher Nicolas,
    « Ancien » de la maison j’ai connu ce directeur de Fresnes, ex-responsable syndical, et je sais de quoi je parle, et je n’en dirai pas plus ! Mais n’a-t-il pas au-dessus de lui un directeur interrégional et surtout un directeur de l’admininistration pénitentiaire (communément appelé « D.A.P »), le premier issu de nos rangs dans l’histoire de notre administration, mais est-t-il à la hauteur de la tache tant les incidents se multiplient: assassinat à la centrale de Nîmes, karting à Fresnes, …. ! Je connais parfaitement tous les rouages des promotions et des « chasses gardées » dans cette administration !
    Une simple question se pose: pourquoi n’y a-t-il pas eu de mutineries depuis au moins trois décennies ? A quel prix est le coût de la « paix sociale » dans les prisons ? Qui dirigent actuellement les établissements pénitentiaires ? Pourquoi la plupart des vrais (e) professionnel (les) quittent cette administration ?
    Je pense que vous aurez peut-être la réponse prochainement car je ne peux plus me taire !

  15. La France est tombée bien bas avec une société qui marche sur la tête…il serait plus utile d’apprendre aux prisonniers à repeindre leurs cellules, cela leur permettrait de vivre dans de meilleures conditions et d’apprendre un éventuel métier lors de leur libération.

  16. C’est sans limites puisque à la tête du pays en dehors des intérêts de Bruxelles et de l’hyper classe plus rien n’est surveille. C’est la grande débâcle organisée pour détruire les nations. Tout est fait pour déstabiliser les honnêtes gens et favoriser la racaille.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter