Ce week-end, les Français ont pu découvrir un clip d’une minute et deux secondes que Marlène Schiappa a présenté comme un clip choc. En effet ! Aux amis auxquels je l’ai présenté, je n’ai eu qu’un rejet outragé.

Le petit film veut vous mettre devant la réalité : désormais, vous vivez dangereusement si vous aimez les vôtres. Le Covid-19 vous attend au tournant, au moindre baiser, à la moindre caresse familiale ou amicale. Une heureuse. Des jeunes qui se font la bise. Une réunion de famille pour célébrer l’ de maman. Le bonheur tel qu’on le connaît. Non, tel qu’on l’a connu jusqu’à ce que la envahisse la planète entière. Le bonheur qui bascule en une fraction de seconde : de ce gâteau aux 70 bougies autour duquel on se presse pour la photo de famille à la morbidité d’une chambre d’hôpital où la même maman gît au milieu des tuyaux et des appareils, tandis que surgissent deux infirmières qui constatent qu’« elle désature ». « Je la mets à 100 % d’oxygène. » Puis, une seconde après : « Ça remonte, ça va aller. » Fin de l’image et début du commentaire laconique : « On peut tous être touchés, alors, on doit se protéger. »

Comme la famille est le dernier bastion de notre où l’État a encore du mal à pénétrer, rien de tel qu’un clip de sensibilisation, comme on dit. Pour nous responsabiliser. On ne peut pas faire rentrer les flics chez nous – enfin, pas encore !- pour nous verbaliser, reste alors la pour matraquer. La peur, premier flic de ? Et si, en plus, on en profite pour accroître l’empreinte étatique dans cette fichue cellule familiale, ce ne pourra être que bénéfique !

Le Premier ministre veut-il nous rendre responsables des cas positifs qu’on ne cesse de nous comptabiliser pour nous faire peur ? Avec ce clip sinistre, le but n’est-il pas de faire de nous des coupables potentiels, alors que le premier coupable est sans doute la gestion désastreuse passée et peut-être présente de cette crise ?

Soyons raisonnables dans nos relations sociales et familiales, mais pas coupables ! Et puis, nous n’allons tout de même pas frapper nos coudes en famille !

14 septembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.