On ne s’ennuie jamais avec la NUPES. Pendant que le candidat perdant à la présidence du PS menace de sortir les poubelles de la fraude (une vieille tradition du parti), les Verts se surpassent dans la fantaisie coupée du réel. Sandrine Rousseau a de la concurrence : il faut réécouter la toute nouvelle présidente du parti dans un extrait de l’émission « C l’hebdo » qu’elle a elle-même fièrement retweeté. La France a un problème, un vrai, un gros problème : ce ne sont ni ses banlieues hors de contrôle, ni l'immigration folle, ni ses taxes record dans le monde, ni son gouvernement flottant, ni le recul de la France parmi les grandes puissances. Non, le problème de la France, ce sont… ses ! Trop de riches, trop riches, malfaisants, sournois, égocentriques, toujours prêts à filer à l’anglaise avec le magot. Des de bande dessinée qui ressemblent comme deux gouttes d’eau aux artistocrates décrits par les Montagnards durant la Révolution française. Pour la NUPES, l’histoire se renouvelle éternellement, toujours sur le même schéma.

Il faut donc sévir contre les riches. Le patron de la CGT Philippe Martinez propose de leur couper l’électricité : c’est sûr que la France se sentira tout de suite mieux. De son côté, Marine Tondelier, secrétaire nationale d’ et élue d’Hénin-Beaumont, attaque ces « ennemis du peuple » avec des accents que n’auraient reniés ni Robespierre ni Lénine : « Les ultra-ultra- sont en train de faire sécession, ils ne se soignent pas dans les mêmes hôpitaux que nous, leurs enfants ne sont pas dans les mêmes écoles que nous, ils ne se déplacent pas comme nous. » La NUPES, toujours prompte à dénoncer l’exclusion ou la stigmatisation quand elle vient de droite, ne fera aucun cadeau à « ces pelés, ces galeux, de qui vient tout le mal », selon les mots de La Fontaine. Ils ont beau payer des impôts consistants (la France est le pays le plus imposé de l’OCDE, avec le Danemark), donner pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris, œuvrer dans l’art... pas toujours du meilleur goût, rien n’y fait. Ennemis ils sont, ennemis ils restent.

Mais ne se limite pas à stigmatiser les malfaisants à gros portefeuille, elle trouve aussi un moment pour sauver le monde, avec des accents de prédicateur new age. « Parce qu’on aime parler d’environnement, explique Tondelier devant un Aphatie qui ne pipe mot, on voit que le monde court à sa perte. Et on voit que les ultra- continuent leur fuite en avant sur leur mode de consommation. » Diable ! « Regardez bien, ils sont en train de se construire des bunkers survivalistes où l’air est purifié, donc s’il y a un problème de pureté de l’air, ils ne seront pas concernés. Ils sont en train d’explorer l’espace en se disant "moi j’aurai mon petit plan de sortie si ça se passe mal". Ils savent tellement là où ils sont en train de conduire le monde qu’ils préparent la sortie de secours et les plus pauvres seront, eux, coincés. Ils font sécession », répète-t-elle. Les polluent, se désolidarisent. « Ils posent un problème environnemental », précise-t-elle. Comme les paysans !

Complotisme, stigmatisation, désignation des mauvais citoyens, irrédentisme : coche toutes les cases qui enverraient n’importe quel responsable de droite sous le purgatoire de la chape de plomb. Attaquée sur les réseaux sociaux quand même un peu sidérés, Marine Tondelier envoie en lien un article du site de Radio France sur « Les bunkers des ultra-riches face à la fin du monde ».

La présidente Vert-NUPES s’appuyant sur Radio France, c’est un peu Fabien Roussel citant L’Humanité ou Brejnev brandissant La Pravda. On lève un sourcil, on a des doutes. L’article raconte ces abris destinés à protéger leurs commanditaires de la menace nucléaire, des pandémies, guerres, ouragans… Mais l’auteur ironise plutôt sur ceux qui craignent la fin du monde. Et précise que « les demandes augmentent en ce moment avec la , et la menace nucléaire, qui est la peur principale, devant les pandémies ou les risques naturels ». Ainsi, contrairement à ce que raconte Marine Tondelier, les riches ne se protègent donc pas d’abord contre la pollution de l’air mais contre la guerre et la menace nucléaire. Comme avant.

Le délire « fin du monde » est une vieille tradition, chez les Verts. L’ancien élu écolo Yves Cochet prévoit toujours l’effondrement de la civilisation industrielle pour 2040, avec manque d’eau, de nourriture, d’énergie, etc. « La moitié de l’humanité va mourir », explique-t-il. Ses voisins bretons, entre Rennes et Saint-Malo, le prennent pour un dingue. Lui attend l’apocalypse et entretient ses voitures à cheval.

Pendant ce temps, ses disciples s’acharnent contre les paysans et les milliardaires comme Besnier (Lactalis), qui fait vivre la Bretagne, ou Arnault (LVMH), Pinault (Kering), qui développent leur groupe de luxe, une des dernières filières industrielles prospères en France. Énergie, industrie, agriculture, riches : lorsque les Verts passent, plus rien ne repousse.

3674 vues

23 janvier 2023

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

16 commentaires

  1. Certains avaient cru pouvoir espérer trouver en M. Tondelier une verte « modérée ». Mais dans ce parti EELV la modération n’existe pas et il semble bien que la raison ait aussi déserté ce parti. Et que tous ses dirigeants ou figures de proue soient les produits de l’Université française montre à l’évidence une faillite totale de l’enseignement dans ce pays. Et, si par malheur, ils devaient être un jour au pouvoir ce serait la chute finale et le retour à la nature ne serait pas celui qu’ils imaginent. L’écologie et la France méritent beaucoup mieux.

  2. Une seule réponse : JALOUSIE, JALOUSIE, JALOUSIE. Le jour où il n’y aura plus de « riches », de patrons et d’entreprises, il n’y aura plus de travail et comme disait une certaine personne… « Vous n’aurez plus rien et vous serez heureux »… À méditer!

  3. Que les riches fassent sécession, cela ne fait aucun doute. Christopher Lasch l’a montré brillamment dans son livre-testament intitulé  »La révolte des élites et la trahison de la démocratie ». Ce qu’il avait compris avant tout le monde s’est concrétisé depuis. Les riches ont accaparé les métropoles d’où ils continuent de chasser (de manière soft et hypocrite; ce sont les prix de l’immobilier qui rendent les centres des métropoles inaccessibles au commun des mortels) tous ceux qui n’appartiennent pas à leur monde de privilégiés. Certains milliardaires envisagent de créer des cités flottantes autonomes et totalement libérées des peuples qui sentent mauvais et qui pensent mal.
    Le milliardaire Warren Buffett nous a expliqué que la lutte des classes est une réalité, contrairement à ce qu’affirment certains naïfs, et que c’est sa classe qui l’a gagné. Cette classe des très riches impose ses règles et ses objectifs à l’État profond états-unien mais aussi un peu partout ailleurs. Cette classe a imposé la mondialisation libérale qui lui profite terriblement. Les inégalités croissent considérablement depuis trente ans et le ruissellement qui existait dans une certaine mesure au cours des trente glorieuses n’est plus qu’un lointain souvenir. Du point de vue culturel, la bourgeoisie est, de nos jours, très majoritairement de l’espèce bobo, c’est elle qui soutient Macron. Elle déteste les nations, les peuples, ce qui est local, les enracinements et les traditions. Face aux résurgences de plus en plus nombreuses et de plus en plus importantes du nationalisme, c’est à dire des émotions collectives de ceux qui veulent préserver leurs modes de vie enracinés, les riches sont prêts à tout, y compris à supprimer les démocraties, comme l’a suggéré Alain Minc, et à accaparer totalement le pouvoir politique. Le retour de la nation passe par la défaite politique de la bourgeoisie, laquelle est acquise très majoritairement, rappelons-le, au mondialisme.

  4. Si tout le monde est pauvre, il y aura une graduation de la pauvreté, c’est mathématique. Je préfère vivre parmi une population riche ou aisée, car c’est bénéfique à tout le monde. Ceux qui pensent le contraire sont légèrement dérangés du cerveau.

  5. Pour les gens de gauche ils n’y a qu’une seule cause à tous les problèmes (celui qui a un peu plus d’argent que soi) et une seule solution : le faire payer. C’est leur seule philosophie ; celle qui nous fait régresser depuis 1981. Beaucoup de ces gens, même s’ils sont très aisés, ne se reconnaissent pas riches car ils argumentent toujours qu’il y a plus riche qu’eux. Les français pensent en majorité comme Marine Tondelier : Se remettre en cause? Non, c’est mieux d’accuser l’autre. Assumer sa propre liberté? Non c’est mieux de se faire entretenir. Se dépasser ? Non c’est mieux de sanctionner celui qui se dépasse. Vivre libre? Non c’est mieux un monde de « pass » et de contraintes pour égaliser par le bas . Avoir du bon sens et être sensé? Non, c’est mieux de se faire piquer avec n’importe quel elixir contre un virus grippal. On est mal barré, très mal.

  6. A propos de riches, son camarade mechanlon, elle le situe où niveau richesse, chez les pauvres? Ses collections de voitures seraient une légende lancée pour lui nuire sans doute… passons donc sur ce cas. Ses petits camarades de la nupes, elle même, grassement payés pour .. ben on se demande en fait, mais très cher. plus de 5000 mensuels, sont ce pour autant des riches ? Pour moi oui… alors,Mme tonnelier, on ouvre la chasse ?

  7. « Les ultra-ultra-riches sont en train de faire sécession, ils ne se soignent pas dans les mêmes hôpitaux que nous, leurs enfants ne sont pas dans les mêmes écoles que nous, ils ne se déplacent pas comme nous. ». C’est marrant mais si vous remplacez ultra -ultra- riches par « les gens qui nous gouvernent » ça marche à merveille. Les écolos n’aspirent pas à diriger le pays, leur but est d’accéder aux privilèges.

  8. Tous ces gens-là sont dévorés de wokisme.
    Ils sont un danger pour les jeunes générations facilement influençables.
    Le seul espoir est qu’ils s’autodétruisent engloutis par leur bêtise que personne ou presque ne pourra ignorer.

  9. Qu’elle aille voir du côté de Black Rock, les plus importants détenteurs de Fonds de Pensions U.S., d’Actifs Financiers, et qui sont en train de coloniser la France en rachetant sa dette colossale avec intérêts (le 1er Budget de France)

  10. « Ils sont en train d’explorer l’espace en se disant « moi j’aurai mon petit plan de sortie si ça se passe mal » »
    Cette crétine ignore donc qu’un voyage un peu long dans l’espace vous soumet à des doses de rayonnement létaux ?
    Des bunker oui, dans l’espace, surement pas.

  11. A combien s’élève ses biens alors qu’elle ne sait même pas ce que signifie le mot « travailler » .Certains riches ont bossé dur pour acquérir leurs biens , ceux là on les garde .Ceux par contre qui s’enrichissent sur le dos du peuple laborieux , élus et autres , ceux là on s’en passerait volontier . Sait elle seulement combien l’état nous prend sur nos salaires entre les taxes , les impôts CSG RDS et autres , certainement pas . Sait elle combien tous ces élus coutent aux contribuables ?

  12. Il y a peut-être des gens qui sont devenus riches par le travail ce qui est loin d’être le cas de tous ces fainéants qui n’ont d’autre objectif que celui de se rouler dans les fonds publics, dans l’argent apporté par les riches
    C’est le seul objectif d’une République la plus taxée au monde ce qui ne dérange visiblement personne alors qu’une réduction de 50% de toutes les taxes et contraintes est le seul moyen pour retrouver la vraie France celle qui permet de gagner de l’argent par le travail et non pas par l’assistanat permanent
    Mais hélas pour la France les Républicains assiste et rentiers de la République sont bien trop nombreux pour inverser le système bien dont les rouages ne manquent pas de graisse

Laisser un commentaire