., la meurtrière présumée de , était connue des services de comme victime de violences conjugales et faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF). Le 22 août, elle avait été interpellée à Orly pour défaut de titre.

Elle était, de plus, visée par une main courante pour des faits de violence. Une information mise au jour par BFM TV.

Elle frappe deux secrétaire médicales

Les faits se sont déroulés dans un cabinet médical à Paris, le 31 juillet 2019, après une consultation médicale. Dahbia B. refuse de payer la consultation, prétextant qu'elle n'avait pas demandé les soins qui venaient de lui être prodigués, et une « vive altercation » éclate alors avec les deux secrétaires médicales. BFM TV, qui a pu visionner l’agression filmée au moyen d’un téléphone portable, rapporte que « Dahbia B. commence par frapper les deux secrétaires médicales ». L’une d’elle, couverte de bleus, recevra un arrêt de travail mais perdra, par la suite, son travail pour avoir répondu par des coups à Dahbia B.

« Je vais revenir, vous ne savez pas de quoi je suis capable »

Peu après, Dahbia B. quitte le cabinet médical et menace : « Je vais revenir, vous ne savez pas de quoi je suis capable. » La meurtrière présumée de reviendra accompagnée d'un ami payant une partie des soins.

Les deux secrétaires agressées ont déposé une main courante « de peur que Dahbia B. revienne et ne mette sa menace de représailles à exécution ».

5551 vues

26 octobre 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter