La grande mosquée de conteste l’expulsion annoncée de l’imam islamiste , qui est intervenu régulièrement dans ses locaux depuis 1985. Une prise de position « intolérable », selon le maire de , relate L’Union.

« Soutien sans réserve » et « reconnaissance » envers l’imam marocain

L’annonce de l’expulsion de l’imam marocain Hassan Iquioussen, réputé proche des Frères musulmans, soupçonné d’appels à la haine et à la violence contre la communauté juive notamment, a suscité de vives réactions en France. Ainsi, la grande mosquée de a tenu à exprimer, dans un communiqué, son « soutien sans réserve et sa reconnaissance envers Monsieur qui a effectué de nombreuses interventions régulières au sein de ses locaux depuis 1985 ». Elle défend l’imam islamiste qui, selon elle, « a toujours tenu, avec constance, des propos en faveur du vivre ensemble, du respect des lois de la République et de l’engagement des musulmans dans la vie citoyenne […] Les interventions de Monsieur en faveur de la réussite scolaire ont contribué à préserver une grande partie de la jeunesse rémoise de la délinquance, de repli identitaire et de toutes formes de radicalisme. » La grande mosquée poursuit en se disant « sidérée face à cette procédure ».

L’iman, vivant à Valenciennes, est accusé par Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, de tenir « un discours haineux à l’encontre des valeurs de la France, contraire à nos principes de laïcité et d’égalité entre les femmes et les hommes ». Le ministre a d’ailleurs annoncé qu’« il sera[it] expulsé du territoire français ».

« Intolérable ! »

De son côté, le maire Horizons de Reims, Arnaud Robinet, a réagi sur son compte Facebook, se disant « stupéfait, surpris pour ne pas dire autre chose de ce communiqué de soutien de la grande mosquée de à cette personne. Intolérable ! Un exemple parmi d’autres des prises de position qui ne respectent pas les valeurs de notre République. diffuse un modèle conservateur et patriarcal de la famille. Dans l’une de ses vidéos , il estimait "malheureux qu’aujourd’hui, les femmes considèrent que servir leur mari et leurs enfants soit une punition, alors que c’est une bénédiction". »


Le 5 aout, le tribunal administratif de Paris a suspendu l’expulsion de l’imam vers le Maroc, estimant qu’elle porterait une « atteinte disproportionnée » à sa « vie privée et familiale ».

5821 vues

7 août 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter