La grande mosquée de Reims conteste l’expulsion annoncée de l’imam islamiste Hassan Iquioussen, qui est intervenu régulièrement dans ses locaux depuis 1985. Une prise de position « intolérable », selon le maire de Reims, relate L’Union.

« Soutien sans réserve » et « reconnaissance » envers l’imam marocain

L’annonce de l’expulsion de l’imam marocain Hassan Iquioussen, réputé proche des Frères musulmans, soupçonné d’appels à la haine et à la violence contre la communauté juive notamment, a suscité de vives réactions en France. Ainsi, la grande mosquée de Reims a tenu à exprimer, dans un communiqué, son « soutien sans réserve et sa reconnaissance envers Monsieur Hassan Iquioussen qui a effectué de nombreuses interventions régulières au sein de ses locaux depuis 1985 ». Elle défend l’imam islamiste qui, selon elle, « a toujours tenu, avec constance, des propos en faveur du vivre ensemble, du respect des lois de la République et de l’engagement des musulmans dans la vie citoyenne […] Les interventions de Monsieur Hassan Iquioussen en faveur de la réussite scolaire ont contribué à préserver une grande partie de la jeunesse rémoise de la délinquance, de repli identitaire et de toutes formes de radicalisme. » La grande mosquée poursuit en se disant « sidérée face à cette procédure ».

L’iman, vivant à Valenciennes, est accusé par Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, de tenir « un discours haineux à l’encontre des valeurs de la France, contraire à nos principes de laïcité et d’égalité entre les femmes et les hommes ». Le ministre a d’ailleurs annoncé qu’« il sera[it] expulsé du territoire français ».

« Intolérable ! »

De son côté, le maire Horizons de Reims, Arnaud Robinet, a réagi sur son compte Facebook, se disant « stupéfait, surpris pour ne pas dire autre chose de ce communiqué de soutien de la grande mosquée de Reims à cette personne. Intolérable ! Un exemple parmi d’autres des prises de position qui ne respectent pas les valeurs de notre République. Hassan Iquioussen diffuse un modèle conservateur et patriarcal de la famille. Dans l’une de ses vidéos YouTube, il estimait "malheureux qu’aujourd’hui, les femmes considèrent que servir leur mari et leurs enfants soit une punition, alors que c’est une bénédiction". »


Le 5 aout, le tribunal administratif de Paris a suspendu l’expulsion de l’imam vers le Maroc, estimant qu’elle porterait une « atteinte disproportionnée » à sa « vie privée et familiale ».

5745 vues

7 août 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter