La candidature de Donald Trump aux présidentielles de 2024 est-elle une fausse bonne idée ?

TRUMP 2024

2020 n’était pas la fin de l’histoire. Ce mardi 15 novembre, Donald Trump a annoncé sa candidature pour les présidentielles de 2024. Depuis sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, son discours d’une heure eut de quoi réjouir les indéfectibles trumpistes.

Discours brillant, selon l’ancien gouverneur de l’Arkansas, Mike Huckabee, interrogé sur Fox News : « S’il continue, il sera imbattable en 2024. » On retrouve en effet l’homme de 2016, même éloquence et même énergie contagieuse, voulant se battre contre l’establishment et redonner à l’Amérique son âge d’or ; l’Amérique telle qu’il l’a quittée en 2020 – avant l’ère Biden.

C’est d’ailleurs là son meilleur atout : les résultats obtenus lors de son premier mandat, martelés ce 15 novembre (économie, indépendance énergétique, politique extérieure, immigration…). Loin d’être des promesses de campagne, ces assertions font partie d’un bilan bien mesurable. Dans ce sens, la « pause Biden » et ses résultats catastrophiques n’auront fait que jouer en sa faveur. Confiance qui se retrouve dans les enquêtes d’opinion. Le magnat de l’immobilier reste très populaire parmi l’électorat républicain (80 % ont un avis favorable à son sujet).

Néanmoins, cela suffira-t-il ? De nombreux obstacles restent en vue. N’étant plus en exercice, Donald Trump devra repasser par les primaires du Parti républicain. Et la course s’annonce rude. Bien qu’aucun ne se positionne encore comme candidat, Ron DeSantis est l’un des favoris du Good Old Party (GOP). L’homme de quarante-quatre ans vient de se faire réélire gouverneur de Floride par 59 % des voix, avec près de vingt points d’avance - du jamais-vu. Victoire sans doute bien amère pour Trump.

Lors d’un entretien au journal Politico, le milliardaire Kenneth Griffin expliquait que « pour une litanie de raisons, je pense qu’il est temps de soutenir la génération suivante.... Ron DeSantis a des résultats fantastiques en tant que gouverneur de Floride. Le pays aurait tout à gagner s’il était président. » Peur, peut-être, de revivre la défaite de 2020.

Plus surprenante, l’analyse de Mike Pence (on sait la relation entre les deux hommes difficile depuis l’assaut du Capitole). L’ancien vice-président vient tout juste de publier son autobiographie So Help Me God. Au micro des journalistes, il explique que dans les mois à venir, « les Américains auront de meilleurs choix que Trump ». Pour lui, Trump divise trop, a fait son temps (il a actuellement 76 ans), le peuple américain ayant désormais besoin d’unité. Dans ce sens, certains des candidats soutenus par Trump n'ont pas brillé lors des élections de mi-mandat (en Pennsylvanie, Douglas Mastriano a échoué pour le poste de gouverneur, de même pour le chirurgien Mehmet Öz au Sénat). Son soutien se serait finalement révélé handicapant…

Autre déconvenue, sa propre fille, Ivanka, annonce que, cette fois-ci, elle ne participera pas à la campagne de son père. Pourtant, on sait combien le couple de conseillers spéciaux formé par Ivanka et Jared Kushner a eu de l’influence à la Maison-Blanche.

Enfin, l’ancien président est actuellement au cœur de plusieurs enquêtes majeures : dossiers confidentiels saisis à Mar-a-Lago cet été par le FBI, rôle dans l’assaut du Capitole, procès de fraude fiscale pour la Trump Organization, enquête sur les résultats controversés des élections de 2020 en Géorgie

Dans son discours du 15 novembre, Trump, en habitué des vents contraires, a promis de se battre comme il ne l’a jamais fait auparavant. Aura-t-il ses chances ? En 2016, le site spécialisé dans l’analyse de données en ligne FiveThirtyEight (plutôt de gauche) avait surpris par la justesse de ses prédictions (il ne donnait pas Hillary Clinton en tête). Mardi dernier, le site signait un article en faveur de Donald Trump pour la primaire du Parti républicain, « Les sondages et l’Histoire sont de son côté ». « La leçon est toujours la même qu’en 2016 : n’ayez pas trop confiance dans les prédictions statistiques. Avec Donald Trump, tout peut arriver. »

Gaëlle Baudry
Gaëlle Baudry
Chroniqueuse à BV, spécialiste des Etats-Unis, consultante indépendante

Vos commentaires

20 commentaires

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois