Justice : manifestants de Romans-sur-Isère, encore un deux poids deux mesures ?

justice-540x475

Entre cinq et dix mois de prison ferme : c'est ce qu'a requis le parquet contre les sept hommes qui comparaissaient, ce mardi 7 février, devant le tribunal correctionnel de Valence pour « participation et préparation à un groupement formé en vue de commettre des dégradations et des violences », le 25 octobre dernier, dans le quartier de la Monnaie après la mort de Thomas à Crépol. Ils seront fixés sur leur sort le 21 février.

« Des réquisitions extrêmement sévères, réagit, auprès de BV, Maître Alain Belot, bien connu de nos lecteurs et avocat de deux des prévenus, au mépris de la jurisprudence de la Cour de cassation selon laquelle "aucune disposition légale ou réglementaire n'incrimine le seul fait de participer à une manifestation non déclarée" et rejette "toute idée de responsabilité pénale collective". C'est bien la démonstration d'une politique pénale extrêmement répressive lorsqu'il s'agit de l'extrême droite. »

« Il s'agissait de manifester leur soutien à Thomas »

Rappel des faits : en réaction au meurtre de Thomas, le 25 novembre dernier, un groupe de jeunes (entre 50 et 100, selon Maître Belot) se donne rendez-vous dans le quartier de la Monnaie. Leur but ? « Pour l'immense majorité d'entre eux, il s'agissait de manifester leur soutien à Thomas », nous précise l'avocat. Mais le climat est tendu, les Français sont sous le choc, l'opinion publique inflammable ; c'est « un drame qui nous fait courir le risque d'un basculement de notre société, si nous ne sommes pas à la hauteur » craint alors Olivier Véran. Parmi les manifestants, certains sont armés de bâtons ou bombes lacrymogènes, leur colère est palpable.

La suite nous est racontée par Maître Alain Belot : « La fameuse CRS 83 (créée par Darmanin) est intervenue immédiatement en dehors de tout cadre légal, sans sommation. Les manifestants ont été littéralement pourchassés. Certains ont essayé de s’enfuir en passant au-dessus d’un grillage le long d’un chemin de fer. Le grillage a cédé, certains sont restés accrochés ou se sont retrouvés dessous. Les CRS n’y sont pas allés de main morte, douze d'entre eux nous racontent avoir été blessés (curieusement, leurs « caméras piéton », qui auraient pourtant permis d'identifier les fauteurs de troubles, n'étaient pas en service). D’autres ont été interpellés plus loin alors qu’ils étaient en train de partir. Il n’y avait aucune raison de les interpeller. Enfin, d’autres ont fait l’objet de simples contrôles d’identité et relâchés. »

Six de ces jeunes seront, à l'issue de leur garde à vue, condamnés en comparution immédiate à maximum dix mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Ils passeront donc Noël en prison et seront libérés sur demande de leur avocat aux premiers jours de janvier.

Quelques remarques.

Les mêmes peines de prison pour les uns et pour les autres

Entre cinq et dix mois de prison ferme : c'est la peine (huit mois) infligée à un certain Sébastien P. par le même tribunal, en décembre, pour avoir menacé de « décapiter » et « vouloir jongler avec le crâne de Marie-Hélène Thoraval », maire de Romans-sur-Isère. Un individu converti en prison, multirécidiviste, condamné 23 fois, notamment dans le cadre d'un projet d'attentat.

Huit mois de prison, c'est aussi la durée moyenne des peines d'incarcération des 742 personnes arrêtées et condamnées pour les émeutes en juin dernier. Les jeunes manifestants de Romans-sur-Isère sont, eux, « parfaitement insérés et nullement récidivistes », nous précise Maître Alain Belot. Selon une source policière, ce 25 novembre, « rien n'a d'ailleurs été incendié ». Si une seule victime sera à déplorer, tombée dans une embuscade, rouée de coups et grièvement blessée par des jeunes de la cité, elle s'inscrit du côté des manifestants.

Des militants parfaitement identifiés d'un côté, un tueur au mobile passé sous silence de l'autre

Deuxième remarque : une grande lucidité d'un côté : des individus parfaitement identifiés, « des militants d'extrême droite venus en découdre » « ultra-nationalistes », proférant des « slogans nationalistes » tels que « justice pour Thomas » ou « la France, la rue nous appartient » et, de l'autre, cette exaspérante cécité pour des autorités incapables de mettre les vrais mots sur le mobile du meurtre de Thomas. Pourtant, les témoignages accablants n'ont pas manqué : celui d'Alain, habitant de Crépol, auprès d'Olivier Véran (les parents des agresseurs ont élevé leurs enfants « dans la haine de la France et des Français »), celui de l'ami de Thomas qui se confiait à notre collègue Jordan Florentin, ceux de neuf personnes présentes le jour du bal déclarant, lors de l'enquête, avoir « entendu des propos hostiles aux Blancs », et les alertes multiples de Marie-Hélène Thoraval n'ont, à ce jour, pas suffi à la Justice pour reconnaître le motif raciste de l'agression. Au mépris total des demande des familles de victimes de Crépol. Pourquoi ?

Sabine de Villeroché
Sabine de Villeroché
Journaliste à BV, ancienne avocate au barreau de Paris

Vos commentaires

66 commentaires

  1. A garder pour tous les Neuneus de votre entourage qui votaient à droite avant de se reporer sur Macron…..En leur expliquant bien que « l’extrême droite » selon les médias, ce sont des jeunes Français qui se battent – eux !- pour qu’on puisse un jour à noouneau vivre en paix xur le sol de France…..Il paraît que c’est mal…..

  2. Au lieu de se lamenter depuis plus de 10 ans sur ce 2 poids 2 meusres que tous les gens normaux ont 1000 fois constaté, mieux vaudrait en dénoncer les rouages et les causes….Pourquoi la « justice » est-elle de gauche (sauf pour juger les affaires neutres entre particuliers), quel est le but, la gauche étant supposée être le parti des faibles pourquoi autant de pouvoir ? Quand on a compris que la gauche n’est plus que la fausse opposition au pouvoir de l’argent, qui l’a placée à la justice exprès pourassure la pérennité de son pouvoir de corruption des politiques, alors que la droite (parti des petits possédants et travailleurs vaillants) pourraient plus le menacer que celui des travaileurs médiocres et hargneux qui votent à gauche, tout s’éclaire….Entre l’affaire Fillon, les déboires de Sarkozy pour des pécadilles (et pas pour avoir nié le résultat du référendum de 2005 … ), la cécité sur les actions anti France de Macron quand il était ministre de Hollande…..Nous avons une fausse justice dont il nous faut nous débarrasser si on veut revenir à la vraie Démocratie…..

  3. Le peuple devrait faire un grand ménage dans la justice. Il faudrait faire venir MC Kinsey pour un audit complet. Ils sont efficaces.

  4. Une preuve de plus de la décadence de ce pays…Un gouvernement, qui laisse faire à leur guise une partie des juges et des procureurs qui font passer leurs convictions politiques avant la décision de justice en leur âme et conscience !
    Au temps de l’URRS on se révoltait contre cette dictature et son Goulag….Quel différence aujourd’hui avec la France…
    Pas de goulag ! pour le reste idem ;…

  5. Que reste-t-il de la  » justice » où le deux poids deux mesures est devenu le dérèglement de la balance ? Les juges, protégés de tout et de tous, évoluent dans une zone de  » non- droit » , dans une zone de leurs droits où l’aveuglement idéologique et politique les éloignent de toute déontologie. C’est une honte.

  6. « Justice pour Thomas” n’a rien d’un slogan mais d’un « VOEU » et si notre Justice était en parfait état, elle devrait avec autorité accomplir son devoir pour laquelle nous la rémunérons avec nos impôts, qu’elle ne l’oublie pas.

  7. encore hier un OQTF entre dans une école avec 2 cutters, arrêté par un policier hors de son service il est aussitôt remis en liberté, par contre les manifestants de Romans sur Isère, ultra droite eux ont eux le « sévice spécial darmanin contre l’ultra droite », maintenant vous êtes condamnés , parce que vous seriez susceptible de commettre un délit, ça ressemble grandement à un délit de faciès pour darmanin protéger la gauche est un sacerdoce, jamais condamnés, jamais dissout, ça casse ça blesse les forces de l’ordre, mais pénard, eux ont droit à la câlinothérapie.

  8. Habituel constat…Fustiger, déplorer, voire pleurnicher en défilant avec des fleurs, ne pensez-vous pas que cela suffit, et qu’il serait grand temps de réagir autrement qu’en paroles? En votant intelligemment, par exemple…L’acceptation est devenue synonyme de lâcheté et de servilité face à ceux qui nous détruisent le plus…légalement du monde!

  9. N’y comptez pas chers Gaulois, malheureusement, depuis quelques décennies et plus encore actuellement, la JUSTICE est à 100 % pour la racaille importée par nos gouvernants et l’INJUSTICE est réservée aux Gaulois. D »ici peu, nous espérons que tout va s’inverser.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois