À l’hommage aux victimes du 7 octobre, des députés de La France insoumise ont été accueillis par la foule attroupée par des huées et des sifflets. On la comprend. Certains, dans la presse, comparent leurs larmes de crocodile à celles de Jonathan Daval le jour de la marche blanche en l’honneur de son épouse Alexia qu’il venait de tuer. De fait, qui ne chasserait pas à coups de taloche de l’enterrement de son enfant assassiné un individu ayant qualifié le meurtrier de résistant ? Comment ne pas interpréter cette présence comme une cynique provocation ?

 


Bien sûr, ce ne sont pas eux qui ont tenu les couteaux et les fusils du Hamas, mais ils donnent à ses thuriféraires, ici comme là-bas, les outils rhétoriques et conceptuels, le narratif qui sont le moteur inépuisable de la rancœur. La rancœur envers LE colon, qu’il soit israélien en Palestine ou français en Afrique (du nord et subsaharienne) et qui doit payer pour l’éternité. Les armes idéologiques sont parfois plus puissantes que les vraies.

Mais la vérité force à dire que ce ras-le-bol de la foule ne devrait pas se limiter aux députés de La France insoumise. Comme d’habitude, le discours et la mine grave d’Emmanuel Macron ont été parfaits. Il excelle dans cet exercice. Expert ès chrysanthèmes et éloge funèbres. La France se meurt, la France est morte. Non pas l’aigle de Meaux mais l’aigle des mots : le sens de la formule. Sauf que pour nos maux, ce n’est pas un aigle. C’est même tout le contraire : il fait le canard. Canard, silence radio, sur l’immigration, ce cheval de Troie de l’antisémitisme lancé au galop qui traverse tous les jours nos frontières sans que l’on cherche seulement un peu - un tout petit peu - à le maîtriser. N’est-ce pas Emmanuel Macron qui a personnellement saisi le Conseil constitutionnel pour qu’il retoque un projet de loi mal ficelé ?

Cet air de circonstance et ces accents lyriques sonnent, eux aussi, comme une provocation. Silencieuse et propre sur elle, en souliers de satin plutôt qu'avec les gros sabots de Mathilde Panot, mais une provocation quand même : rien, absolument rien de sérieux, n’est fait pour éviter d’autres hommages du même type à l’avenir. « Plus jamais ça », selon l’expression consacrée ? Mais ce gouvernement ne s’en donne aucun moyen ! Non, il n’y a pas que La France insoumise qui méritait le courroux de la foule rassemblée.

14924 vues

07 février 2024 à 20:35

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

69 commentaires

  1. Ras-le-bol des « hommages » de Foutriquet…..n’est-il pas responsable de la mort du colonel Beltrame avec son immigration incontrôlée ??

  2. Paroles paroles paroles … comme chantait Dalida . Alors du théâtre , des discours , Macron sait faire , il excelle même , biberonné par une prof de théâtre devenue sa femme . Mais il y a des limites à l’expression orale , parler de terrorisme , quelle audace ! mais de terrorisme islamiste non ! Ne pas désigner l’ennemi , il est dangereux , plusieurs centaines de morts et de blessés en France , et cela continu , la cinquième colonne est bien là , plus de 10% de la population , en augmentation , implantée , et elle fait sa loi. Et ils arrivent par milliers tous les ans avec l’immigration cheval de Troie .

    1. 68 millions qui pleurent. Et que font les autres? Car il me semble que nous sommes un peu plus que ça en France. Que sous-entend ce chiffre sorti de je ne sais où?

  3. Un peu moins de sensiblerie, un peu plus de musculature n’auraient en rien altéré la prestation présidentielle. Mais n’est pas De Gaulle qui veut! Macron aurait dû opter pour le théâtre de boulevard plutôt que de jouer au président.

  4. Macron n’allait pas écarter d’éventuels sauveurs de voix aux européennes. Mélenchon est toujours là, tapi dans l’ombre.

  5. Avant, beaucoup de gauche étaient fiers de ce qu’ils voulaient mettre en œuvre, et avec raisons pour la plupart. Puis il y a eu Mitterrand… et maintenant LFI et la Nupes.

  6. Je me permettrai encore de noter que quelqu’un a dit cette semaine que la présence de LFI à cet hommage était « une insulte à l’état-juif ». Je ne sais hélas plus sur quel média: CNews peut-être, ou autre. Israël n’est en rien reconnu comme « état-juif »: c’est sa revendication, toujours refusée. Ceci révèle donc que tout le monde avait des arrière-pensées lors de cette cérémonie: les israélites, LFI, et Macron. Ce n’était donc pas un hommage de la France à ses morts.

  7. Certes la venue des membres de Lfi n’était pas de circonstance , mais d’autres personnalités auraient eu tout intérêt à « raser les murs » car sans vouloir les accabler , ils ont été par leur manque de courage et leurs prises de position des inconditionnels pour des causes dans la même veine, je pense notamment à ce cher hollande qui se précipitait au chevet d’un voyou notoire, qui se mettait à genou pour implorer le retour de la pauvre Léonarda; mais aussi de son adjoint Ayrault qui fût longtemps maire de Nantes , une ville en tête des lieus de France où il faisait bon vivre et qui est devenue un « vivier islamo gauchiste wokiste » . Toutes ces dérives ont contribué à ce que notre monde ne considère pas les exactions du Hamas comme de la barbarie, j’extrapole certes mais le climat de notre pays en est imprégné.

  8. C’est vrai que Macron, frère entonneur des oraisons funèbres, a vêtu son habit de curé et pris sa voix d’église avec un léger écho, donnant à son homélie une sonorité grave surgie d’outre tombe, touter adaptée aux circonstances. C’est son meilleur rôle d’acteur, il est bon pour les enterrements, comme celui d’Alstom, du nucléaire, Safran, EDF, des « hospices »français, la Sécu, la sécurité, l’armée, la France en général, ne mégotons pas. Nous pouvons nous féliciter avec une certaine inquiétude d’avoir un « undertaker » (l’anglais peut mieux passer la surveillance, moins dur que la traduction française) de premier ordre.
    Que dire de plus, ce ne sont que paroles qu’un vent mauvais a déjà emportées. Et rien ne bougera, tristesse de France…

  9. Un discours sans empathie, sans chaleur, sans cœur…. et toujours ce regard fixe qui m’interroge, m’interpelle, voire, qui m’inquiète… ce regard fixe observé depuis plusieurs fois récentes serait il le signe révélateur d’un homme sous ´´ substances ´´ ???
    Shalom à nos amis Juifs et à Israël !!!

  10. Si j’étais juif ,je ne serais jamais venu assister à cette pièce de théatre car organisée par un monsieur qui a refusé de participer à la manifestation contre l’anti-JUDAISME du 12 Novembre……Qui n’a pas eu le courage d’interdire à LFI de participer à cet Hommage en se cachant derrière LA LOI de cette démocratie qui a fait un procès à Zemmour quand il expliquait que les islamistes étaient prêts à donner leur vie pour leur cause…Qui a prévu une commémoration dans une semaine pour célébrer les victimes gazaouis d’un ÉTAT(ISRAEL)qui SAIT encore se défendre ( Pasqua:“un état qui ne se défend pas, ne doit pas compter sur les autres pour le faire“)…Qui le jour de la Toussaint Rouge 2023 met sous le tapis les victimes civiles de la Toussaint Rouge de 1954 en se permettant d’écrire au président Tebboune…Qui a envoyé son ministre Darmanin fleurir le monument aux morts du FLN qui a massacré des milliers de victimes civiles
    francaises(Hommes,femmes,enfants,foetus) comme le Hamas.
    LFI est la vedette de cette pièce de théâtre :on parle d’eux .
    Les francais ne se battent qu’ avec des mots…pas que les francais,l’Europe entière. Qui refuse de voir la RÉALITÉ.

  11. C’est une journaliste de « quotidien » qui apparaît à la fin de la dernière vidéo? Je serais curieux de savoir comment cette émission a déformé le sujet conformément à son habitude.

Les commentaires sont fermés.