Audio - Editoriaux - Entretiens - Société - 18 janvier 2019

Julien Rochedy : “Le post-féminisme est une idéologie qui considère la masculinité comme toxique !”

La marque de rasoirs Gilette a sorti une publicité inspirée du mouvement féministe #MeToo, évoquant l’oppression masculine.

Julien Rochedy réagit à cette stratégie commerciale inattendue et apporte sa vision positive de la masculinité.


Bad Buzz pour Gilette. La célèbre marque de rasoir a sorti une vidéo qui s’inscrit dans le mouvement #MeToo.
Pour cette marque, ça suffit, ça suffit d’être un homme, ça suffit d’être un oppresseur.
Que traduit cette vidéo ?

Dans un premier temps, j’avais juste vu un extrait de cette publicité. Elle ne m’avait pas paru scandaleuse du tout. J’avais vu un homme qui n’allait pas agresser une fille dans la rue. Ce n’est finalement pas si mal.
Les personnes autour de moi, et particulièrement des filles, m’ont dit qu’il fallait à tout prix que je regarde, parce que c’est une attaque en règle contre la masculinité et surtout un amalgame de celle-ci avec de la toxicité. C’est un argument des post-féministes extrémistes. J’ai été assez surpris que Gillette, cette marque à destination des hommes, reprenne à son compte un argument aussi extrémiste. J’ai donc regardé cette publicité.


Sur You Tube ce film a dépassé les 11 000 000 de vues.
S’agit-il d’une stratégie marketing qui veut toucher un public et créer le débat ? Ou au contraire, le message #MeToo est-il tellement bien passé qu’on s’auto-culpabilise désormais sans même s’en rendre compte ?

Il est assez hallucinant de constater qu’on pense souvent que l’idéologie est soumise aux intérêts commerciaux. On s’aperçoit que l’idéologie est encore plus forte que les intérêts commerciaux. Il est évident que si l’on veut vendre quelque chose à quelqu’un, on ne commence pas par l’engueuler. Gilette qui vend des choses aux hommes commence par les engueuler en disant qu’ils sont mauvais, méchants et qu’il faut qu’ils changent. C’est quand même la pire des stratégies commerciales.
On s’aperçoit à quel point le post-féminisme est une idéologie extrêmement forte. J’aimerais rappeler à tous les zélés du post-féminisme qu’ils sont subventionnés, institutionnels et même assez puissants pour passer devant les intérêts purement commerciaux. C’est quand même extraordinaire.
Plusieurs choses me font halluciner dans cette publicité. La masculinité est totalement amalgamée avec une toxicité et des éléments caricaturaux. Je ne vois pas en quoi c’est toxique de voir des petits garçons se bagarrer. Les garçons aiment se bagarrer et se chamailler. Cela leur permet d’avoir ensuite la fraternité, l’esprit de corps, l’honneur, le désir d’aller plus loin et de se dépasser. Ce sont autant de qualités qui ont permis aux hommes de ne pas rester à l’âge de pierre et surtout de ne pas disparaître de la surface du globe.
Beaucoup de filles aimeraient se faire interpeller dans la rue par un garçon surtout quand il est beau gosse, plutôt qu’il aille sur Tinder ou des applications absolument détestables.
Certaines choses de ce genre sont poussées très loin pour arriver à des amalgames détestables.
Et finalement, tout cela pour nous montrer un ensemble de garçons devant leur barbecue avec l’image classique de l’homme, ce beauf qu’on aime tant détruire dans les médias dominants. Mais ce type devant le barbecue, c’est aussi le père de famille, le type qui a acheté une maison pour sa famille, qui donne à manger en faisant le barbecue et qui a le sens des responsabilités.
On a l’habitude de montrer l’homme sous ses plus mauvais angles. Je ne comprends pas tellement. Et si demain, Gilette faisait une pub sur l’épilation des jambes à destination des femmes où elles seraient vénales, menteuses et salopes. Même si ce type de femme existe, je pense qu’il serait stupide de montrer la féminité uniquement sous cet angle là.
Il existe certes des hommes méchants qui agressent des filles et déprécient des femmes, mais ce n’est pas du tout ce qui fait l’essence de la masculinité. C’est totalement incompréhensible de voir Gilette entrer là-dedans.


Y-at-il une demande de formation de plus en plus forte de la la part d’hommes qui ne savent plus vraiment qui ils sont et comment évoluer dans cette société ?

Certains hommes sont paumés parce que nous vivons dans une contradiction absolue et sommes soumis à des injonctions contradictoires. J’en veux pour exemple que parallèlement à cette pub Gillette qui essaie de nous faire comprendre que les hommes sont méchants s’ils osent aller parler aux femmes, une autre publicité, sur la même chaîne lui succède. Elle met, elle, en scène une centaine de femmes qui dansent à poil et qui bougent leurs fesses en disant : ‘’viens me sauter, viens me sauter’’. On ne peut pas dire que cela mette en valeur la dignité de la femme.
Il faut sortir la tête de là pour retrouver une masculinité classique. On a en effet besoin de se former dans la tradition classique de nos grands-pères et de nos arrières-grands-pères pour nous construire une colonne vertébrale qui nous permette de survivre dans ce monde parfois détestable.

À lire aussi

Julien Rochedy : “Il ne faut pas confondre la virilité et la brutalité contre les femmes”

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleLors des débordements durant la Coupe du monde…