L’affaire est un scandale.

Parce que s’il n’y avait pas eu ses frères pour frapper inlassablement à toutes les portes, distribuer des flyers aux quatre coins du quartier, le jeune homme serait resté la victime anonyme et inexpliquée d’un accident de tramway ?

Parce que, par voie de conséquence, on peut imaginer que d’autres drames similaires, dans des familles moins pugnaces, ont pu passer sous les écrans radar ?

Parce que la France est devenue un pays si peu sûr que même un trentenaire - porteur d'un léger handicap ayant peut-être suscité les moqueries de ses bourreaux - ne peut s’y promener, le soir, sans danger ?

Parce que si les ne s’étaient pas emparés de l’affaire, forçant les grands médias à s’en saisir, personne n’en aurait parlé ?

Non, le scandale est que « certains l'instrumentalisent ». L'habituel chœur médiatico- dénonce le « danger de l'instrumentalisation ». Comme si c'était l'instrumentalisation que les Français redoutaient de croiser, le soir, dans une rue sombre.

« On a tous été bouleversés par les scènes qui ont été rendues publiques », a déclaré Emmanuel Macron, rappelant que l’Élysée s’était entretenu avec les parents de la victime dès lundi soir. Mais il rajoute : « Des drames humains, il y en a chaque jour, ils ne doivent pas donner lieu à des manipulations politiques quelles qu’elles soient. » Suivez mon regard. Qu’est-ce à dire, au juste ? Lorsque le père de la victime - comme celui-ci l’a reconnu - a appelé à l’aide Éric Zemmour, celui-ci aurait dû le repousser ? Parce que c’est la présidentielle, il faudrait que les candidats évitent de parler de ces sujets, comme si ce n’était pas précisément le moment ou jamais de montrer sans fard la réalité ?

Ce n’est pas Éric Zemmour qui a instrumentalisé le père de Jérémy Cohen, mais celui-ci qui a vu en Éric Zemmour un instrument de justice, pour que toute la lumière soit faite. Gérald Cohen est d’ailleurs venu remercier de son aide le candidat dans son QG.

Le 4 avril 2017, à Belleville, quelques jours avant l’élection présidentielle qui allait voir s’affronter Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour, puis finalement consacrer Emmanuel Macron, était sauvagement assassinée Sarah Halimi. Un drame passé sous silence, ou presque, dont le caractère antisémite ne fut reconnu que quelques mois plus tard.

Pour Jérémy Cohen, « l’antisémitisme n’est pas prouvé », précise Maître Gilles-William Goldnadel, mandaté par la famille pour les dysfonctionnements policiers, personne n’étant capable, par exemple, de dire si le jeune homme avait sa kippa au moment des faits. Mais « à tout le moins, le rapport de cause à effet direct entre l’ et la mort du jeune homme est très clair ». Faudrait-il, en sus, occulter cette agression, par délicatesse, pour ne pas souligner de façon fâcheuse l’échec de ce quinquennat en matière de sécurité ? Sur , le chroniqueur et conseiller en communication Arnauld Champremier-Trigano, proche de EELV, juge que « parler d’un fait divers (sic) à quatre jours d’une élection n’est pas neutre ». Ce qui serait neutre, sans doute, ce serait de ne pas en parler, comme en 2017 pour Sarah Halimi ? Nous prend-il tous collectivement pour des abrutis ?  Si « l’extrême droite » tire parti de ces sujets, ce n’est pas parce qu’elle en parle, mais parce que les autres n’en parlent pas.

5533 vues

5 avril 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

42 commentaires

  1. Le « pas de vague pour avoir la PAIX SOCIALE » génère l’INSUCURITE. Si le père de Jérémy COHEN n’avait pas fait le nécessaire, ce fait sordide passait aux oubliettes comme des milliers d’autres, c’est ça la transparence en France, elle est opaque ! Et si l’INSECURITE du pays est l’argument de bataille d’E. ZEMMOUR, c’est parce que ce PROBLEME est MAJEUR, une fois résolu, tous les autres le seront plus aisément. Qui de normalement constitué mentalement ferait un FESTIN dans une PORCHERIE ?

  2. C’est lâche de se cacher derrière les arguments usés comme ce gouvernement ne cesse de le faire. Tous les jours ce sont des agressions, des viols des meurtres, des vols. Les conditions du décès de ce jeune homme sont écœurantes. Il est urgent que tout cela change. Il faut que la peur change de camp,

  3. Comme d’habitude, on tarde ou on refuse de voir l’acte antisémite, car les auteurs de l’acte sont issus d’une communauté qu’on veut protéger, pour des raisons électorales elle représente plus de 10 % de la population, ou par peur , elle tue sur notre sol jusque dans nos prisons , pour appliquer sa loi religieuse.

  4. j’ai le sentiment que l’impunité cohabite avec la réalité d’une insécurité croissance .

  5. Jérémy Cohen : le seul danger, ce n’est pas l’instrumentalisation, c’est l’insécurité
    ##
    Mais non, voyons! C’est juste un sentiment, l’insécurité! Surtout quand on porte une kippa en Seine-Saint Denis…

  6. C’est résumé par la maxime: « lorsque le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt »…. à force de fixer le doigt, les idiots gauchistes vont souffrir d’un strabisme permanent!

  7. « Des drames humains, il y en a chaque jour, ils ne doivent pas donner lieu à des manipulations politiques quelles qu’elles soient. Des drames humains ? M. Macron , il y en a 1800 par jour en France ! Et vous et votre politique en êtes RESPONSABLE. Chaque drame est unique et atteint une personne unique. Mais 1800 drames / jour c’est un FAIT SOCIOLOGIQUE et POLITIQUE qui fera que les Français vous mettront à la porte à la fin de cette semaine. Vous n’arriverez même pas au 2° tour !

  8. Le scandale qui va faire tomber Macron. Qui ne sera pas au deuxième tour. Les Français vont dire NON à l’intolérable qui se reproduit TOUS les jours PARTOUT. 1800 agressions par jour en France ! Dont plus d’une centaine au couteau. MACRON DEHORS.

  9. Impossible de savoir si la victime portait une kippa ou si son léger handicap pourrait expliquer les violences….Laissez moi rire ! Dans ces quartiers où tout se sait, où l’on a une certaine lecture du « rapport à l’autre », dans le jugement et le contrôle permanent, maintenant, il faut prendre toutes les précautions possibles et inimaginables pour éviter le « pas d’amalgame ».

  10. On refuse d’admettre que l’antisémitisme que l’on qualifie parfois de nouveau, qui fait des victimes en France , provient exclusivement de la communauté musulmane , par importation des communautés d’origine , et la communauté musulmane croit fortement (natalité, immigration) , donc mécaniquement, le problème va s’amplifier , la France se libanise à bas bruit.

  11. Comme d’habitude dans ce genre d’affaire, et malheureusement ce n’est pas la seule ces dernières années, on veut protéger la communauté dont est originaire la victime, communauté ultra minoritaire en France (moins de 1% de la population) et parfaitement pacifique (pas d’attentat) ; mais on veut en même temps protéger la communauté dont sont originaires les agresseurs , beaucoup plus nombreuse en france (plus de 10% de la population) et violente (attentats).

  12. L’édito de Mme Cluzel est très juste et met en évidence qu’au sommet de l’état on minimalise de tels faits. La réalité est plus proche du Bataclan que du jardin d’Eden.

  13. la seul question que je me pose c’est portait il la kippa ou non !
    il semblerait qu’il l’ai retrouvé au sol , pourquoi n’en parle t’il pas .
    cela dis je suis contre les kippa et voile hors des lieux de culte . ce qui n’excuse en rien ce crime ça va de soit .

  14. L’antisémitisme n’est pas le problème. Le plus grave c’est l’anti-jeunisme et la francophobie qui pourrissent la vie des habitants de nos banlieues. Bobigny est la première ville où on a osé construire cinq « gratte-ciels » avant la guerre. Personne ne s’en souvient plus, mais c’est une banlieue des cités que l’on voyait depuis le square du Chapeau Rouge du quartier Brunet (dans le 19°), avec la tour illuminée de l’Illustration : des gloires d’avant la guerre (de 40) ! J’ai grandi dans ce quartier

  15. Ce qu’il y a de plus dégueulasse (pardon) dans cette histoire sordide du racisme et de la délinquance ordinaire et quotidienne en France, est non seulement le silence assourdissant des médias de gauche, car ça la fout mal en pleine campagne électorale, ni plus ni moins !
    Cerise sur le gâteau, la sortie ignomineuse du mec MacKinsey qui cherche à banaliser !
    Il aura fallu que le papa de Jérémy fasse appel à Zemmour, ce qui dénote dans le tableau du « vivre ensembles » gaucho !

  16. Ça fait des années qu’on dissimule le nom des « jeunes » auteurs de crimes et délits.
    Ça fait des années que les auteurs d’agressions souvent étrangers en situation irrégulières sont soustraits à la justice au prétexte « d’altération de leurs facultés » ou « d’abolition du discernement.
    Ça fait des années que l’on demande au Français de ne pas voir ce qu’ils voient sous peine d’être traités de racistes.
    Zemmour est le seul à avoir VRAIMENT la volonté de mettre fin à cette situation.

  17. Il est scandaleux et contraire au principe d’égalité de considérer qu’un délit ou crime soit plus puni pour des raisons de religion, de race, de physique ou autre. Tous les citoyens, y compris les forces de l’ordre doivent être soumis aux mêmes lois, Cela même si la motivation du coupable est plus ou moins honteuse.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter