Décidément, le débat actuel sur le prend une tournure totalement délirante. Voici que , ancien Premier ministre, président de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage, ose à son tour vouloir réécrire l’histoire en s’en prenant à Colbert. En effet, dans une tribune publiée dans sous le titre « Comment comprendre que, dans les locaux de l’Assemblée nationale, une salle porte encore le nom de Colbert ? »,
l’ex-maire de sort sa plus belle plume pour se ranger aux côtés des racialistes (qui l’eût cru ?). Ayrault valide donc les positions sectaires de la Ligue de défense noire africaine () et son controversé porte-parole ?

Ce qui est cocasse, c’est que Jean-Marc Ayrault a été, durant onze ans, maire de Saint-Herblain (banlieue nantaise) puis maire de Nantes durant 23 ans. Cette ville ayant été le premier port négrier de France durant l’esclavage, on s’interroge sur la cécité de celui qui en a été son édile pendant plusieurs décennies. Pourquoi n’avons-nous pas entendu Jean-Marc Ayrault s’en prendre à Colbert entre 1977 et 2012 ?

Rappelons, également, que Jean-Marc Ayrault a été élu député de Loire-Atlantique pour la première fois en 1986 et a donc pu, 25 ans durant, cheminer dans les allées du palais Bourbon et, incontestablement, il a participé à des réunions en salle Colbert de la chambre basse du Parlement. Pourquoi n’avons-nous pas entendu le député Ayrault dénoncer le fait qu’un lieu de l’Assemblée nationale porte le nom de l’auteur du Code noir ?

Navré de le dire aussi directement, mais la position de Jean-Marc Ayrault est purement politicienne, il fait de la récupération, pure hypocrisie sur laquelle la fonde sa doxa depuis des années.

Jean-Baptiste Colbert a été un grand homme d’État, il a marqué l’Histoire et inscrit son nom dans le roman national, il mérite les actes de reconnaissance par des statues, des noms de lieux et autres que la France lui porte.

14 juin 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.