Samedi 13 juin, la famille d’Adama Traoré appelait à une manifestation nationale, place de la République, à Paris. Entre 15.000 (selon la police) et 150.000 personnes (selon les organisateurs) se sont réunies illégalement. Vers 15 heures, une quinzaine de militants de Génération identitaire ont déployé une grande banderole depuis le toit d’un immeuble sur la place. L’occasion de rendre hommage aux victimes du racisme… anti blancs.

Sur la place, les réactions ne se font pas attendre : des centaines de personnes s’insurgent contre cette dénonciation d’un racisme qu’ils ne souhaitent pas prendre en compte dans leurs revendications. Certains manifestants ont même crié « sales juifs » à la vue de la banderole.

Des voisins ont tenté d’arracher partiellement la banderole de 60 m2. Mais le message est passé, et le buzz assuré, comme pour rappeler que la vie des Blancs, aussi, compte.

Évacués par la police

Peu avant leur évacuation, un groupe d’une vingtaine de « racailles et d’antifas », selon un témoin, ont réussi à atteindre le toit afin de s’en prendre aux manifestants. Ils seront repoussés.

La police a interpellé les membres de Génération identitaire. Conduits au commissariat, ils ont été relâchés après un contrôle d’identité.

À lire aussi

Formule 1 : le pilote Carlos Sainz refuse de s’agenouiller et dénonce les pressions

Le président de la Fédération internationale de l'automobile, Jean Todt, a quant à lui est…