Accueil Santé Coronavirus J’ai écouté le président de la République
Coronavirus - Editoriaux - Politique - Société - 13 mars 2020

J’ai écouté le président de la République

Que nous le voulions ou pas, nous sommes entrés dans une période épidémique lourde. Les autorités en font-elles trop ? Prennent-elles les bonnes décisions ? Emmanuel Macron nous conduit-il avec justesse et pertinence ? Les polémistes ne se tairont pas. Les imbéciles continueront de diffuser leurs âneries sur les réseaux sociaux.

Je fais partie de ces Français qui ont toujours un avis sur tout et qui ont la critique facile… Je crains même d’avoir déjà écrit beaucoup de bêtises ; il faut savoir le reconnaître !

Nous devons faire confiance. Nous avons la chance de vivre dans une nation à la tête de laquelle se trouve un État structuré et bénéficiant de grandes compétences, en particulier en matière de santé.

L’heure n’est pas à l’indiscipline. Elle est à l’union nationale.

De pareils événements font l’Histoire. Celle-ci a son lot d’épreuves qu’il faut savoir accepter.

Mon avis, ton avis, lecteur, n’ont aucune importance. Je dois, tu dois, nous devons nous dire que ceux qui ont les informations et la science prennent les bonnes décisions. Comme à la guerre.

Il faut accepter et regarder demain.

Élisabeth II a eu des mots très justes : « Keep calm and carry on! »

Les épreuves sont un don de la providence. À nous de les surmonter ! Elles doivent nous faire réfléchir. Méditer la remise en cause d’un équilibre social, économique et politique dont nous mesurons la précarité. Car oui, tout n’est que vanité.

Cette crise est l’occasion d’un retour à l’essentiel : la vie. La vie qui est passagère et fragile, qui à tout moment peut s’arrêter ou simplement nous faire perdre une partie de nos acquis matériels. Car s’il ne s’agit pas de s’imaginer que nous pouvons tous mourir, loin s’en faut, il est question d’intégrer que notre existence peut être moins confortable et nous enlever ce que nous pensions si précieux et nécessaire pour en même temps nous faire redécouvrir ce qu’elle recèle de beau, de riche et d’irremplaçable !

Le confinement qui se met en place sera l’occasion d’une redécouverte du lien spirituel et mystérieux qui peut tous nous unir. Un lien qui n’a besoin ni de poignées de main, ni d’embrassades, ni d’accolades, ni de proximité physique, mais qui EST.

C’est aussi le moment de se dire que cette épidémie nous prépare à une découverte d’un mode de vie moins précaire, mois dépendant, moins tributaire des autres sur tous les plans. Le Président a évoqué les ruptures qu’il faudra provoquer. Dont acte.

Il y aura un après. À nous de le préparer en mettant justement à profit ce temps de retour sur nous-mêmes, sur nos ressources individuelles et collectives.

Le temps de la polémique viendra bien assez vite…

Le blog de Bernard Hawadier.

À lire aussi

Affaires Houlette, Sarkozy, Kohler : ce qu’il faut changer à la Justice

Toutes les réformes de l'institution judiciaire n'y changeront rien. Si les hommes ont per…