Accueil Editoriaux Inégalités des richesses : Mélenchon, un personnage de La Bruyère ?
Editoriaux - Réflexions - Société - 22 janvier 2020

Inégalités des richesses : Mélenchon, un personnage de La Bruyère ?

« Onuphre n’a pour tout lit qu’une housse de serge grise, mais il couche sur le coton et sur le duvet ; de même il est habillé simplement, mais commodément, je veux dire d’une étoffe fort légère en été, et d’une autre fort moelleuse pendant l’hiver ; il porte des chemises très déliées, qu’il a un très grand soin de bien cacher », décrit brillamment La Bruyère au XVIIe siècle. L’auteur des célèbres Caractères imaginait-il que sa peinture des mœurs fût à ce point si juste et si visionnaire au sujet de nos contemporains ?

Et si l’on s’amusait à remplacer les noms, en prenant au hasard celui de M. Mélenchon ? En 2020, nous écririons : le député des Bouches-du-Rhône s’offusque, 1 % de la population la plus riche du monde détient plus du double de 90 % des êtres humains. Il s’indigne, condamne et tweete pour avertir qui veut bien le lire et l’entendre : « En France, 7 milliardaires ont autant qu’un tiers de la population. » Quelle belle âme et quelle exemplarité, serait-on tenté de penser face à ce détachement des biens de ce monde.

Seulement voilà. Tel Onuphre, M. Mélenchon « joue son rôle […] il pousse des élans et des soupirs », ajustant sa communication comme l’autre adapte son comportement. Si Onuphre, le faux dévot, prend soin d’éviter les églises désertes et solitaires, , indigné par le dernier rapport Oxfam sur la répartition des richesses mondiales, veille à ne surtout pas rappeler qu’il ferait partie de ce 1 % le plus riche. Citons nos confrères du Point : « Selon la méthodologie retenue par l’ONG et le Crédit suisse, on entre dans le club très fermé des 1 % les plus riches à partir d’un million de dollars de patrimoine… Ce qui équivaut au patrimoine déclaré par le leader de La France insoumise dans sa déclaration de ressources transmise à la HATVP en 2017. »

Ainsi va la vie. Nos politiques n’ont décidément rien inventé. Ils n’ont tiré aucune leçon de l’héritage du passé. Or, pour nous faire la morale, nous préférerons toujours l’original à la copie. De Molière, La Fontaine ou La Bruyère relisons la poésie…

À lire aussi

Vous aussi, en un clic, soutenez la communauté LGBTQ+ !

Si on l’ignorait encore, voici une illustration de la toute-puissance planétaire de ces gé…