En pleine mobilisation des avocats contre la réforme des retraites, le député Sacha Houlié, du groupe LREM – lui même avocat -, a déclaré, lors de discussions à l’Assemblée nationale, que le nombre des avocats allait diminuer avec l’utilisation d’algorithmes pour traiter les contentieux.

Des propos polémiques qui n’ont pas manqué de faire réagir la profession. Au micro de Boulevard Voltaire, Me Hervé de Lépinau dénonce « des propos délirants et choquants » et rappelle les raisons de la colère des avocats. Par ailleurs, colistier du général de La Chesnais à Carpentras (Vaucluse) sur une liste d’union des droites, il évoque les élections municipales qui peuvent être l’occasion de sanctionner Emmanuel Macron… à condition, selon Hervé de Lépinau, de pouvoir identifier les macronistes qui se présentent masqués !

Il semblerait que le nombre d’avocats va baisser. D’après le député Sacha Houlié, la profession va profondément évoluer car les algorithmes feront bien mieux que les avocats. Les algorithmes vont-ils faire évoluer votre métier ?

Je me permets de dire que le propos de monsieur Houlié est complètement délirant. Il est d’autant plus choquant qu’il a été proféré de la bouche d’un jeune avocat. Monsieur Houlié n’a pas beaucoup d’expérience. Je crois qu’il n’a été que quatre années blanchi sous la robe. Sur le fond, ce qu’il a dit est absolument monstrueux. Ce pouvoir régalien repose sur l’humain, tant au niveau de la défense, qu’au niveau de la fonction de juger. Le jour où la machine prendra la place de l’homme, je crains que nous renvoyions Orwell au rang de petite blague.

Y a-t-il un problème d’agenda politique dans les propos de Sacha Houlié ?

C’est très particulier. Soit ces gens sont complètement crétins, soit La République En Marche s’est fait de la proctologie une spécialité. Mais on ne peut plus continuer à aller envers et contre toute volonté politique et populaire comme ils le font actuellement.
Les soixante-dix mille avocats font l’unité contre le projet de réforme qui les concerne. Je rappelle que nous sommes une profession indépendante, et non une profession dite spécialisée. Nous sommes autonomes. Par conséquent, il n’y a pas matière à nous incorporer de gré ou de force dans un régime qui n’est pas le nôtre.
En 47, on ne voulait pas des avocats. Pourquoi veut-on en 2020 subitement nous intégrer ? Le fond de l’affaire est qu’il y a deux milliards de fonds propres qui intéressent le gouvernement pour colmater les brèches.

Êtes-vous complètement opposés à la réforme des retraites que propose le gouvernement ?

Oui, car elle est totalement injuste. Les avocats ont peut-être bien vécu à une époque parce que les charges étaient raisonnables. Chaque année, depuis 20 ans, les charges augmentent. Au final, l’avocat va passer les trois quarts voire les neuf dixièmes de son temps à travailler pour payer ses charges. Je rappelle que nous avons 90 jours de carence en cas de maladie et n’avons pas d’assurance chômage. Un avocat peut se mettre physiquement en danger à partir du moment où ça devient un système de marche ou crève.

Vous êtes aussi candidat aux municipales sur la liste du Général Bertrand de la Chesnais.
C’est une liste d’union des droites. La Macronie est en grande difficulté pour ces élections.
Le logo de La République En Marche est quasiment absent des campagnes électorales. Les municipales vont-elles être un vote sanction contre le gouvernement plutôt qu’un vote de projet ?

Ce sera un vote de sanction à condition de pouvoir identifier ses représentants. Nous savons tous, hélas, qu’une grande majorité de nos concitoyens ne s’intéressent pas à la chose publique au quotidien. S’ils avancent tous masqués, beaucoup vont être trompés par ce stratagème. Fort heureusement, les partis dits traditionnels font cause commune pour dénoncer la supercherie.
Voir un mouvement politique faire ainsi l’unanimité contre lui est historique. Cela me fait d’ailleurs dire que monsieur Macron ne passera pas le cap du premier tour à la prochaine présidentielle.

28 février 2020

Partager

À lire aussi

Que César rende ce qui ne lui appartient pas !

Messeigneurs, la mollesse ou l’esquive ne sont plus de mise face à ceux qui ne veulent que…