Née à Moscou dans une famille franco-russe, russophone, agrégée d’allemand, Héléna Perroud fut une collaboratrice du Président Jacques Chirac, qu’elle accompagna notamment lors de ses voyages en Russie. Ancienne directrice de l’Institut français de Saint-Pétersbourg de 2005 à 2008, elle a signé Un Russe nommé Poutine aux Éditions du Rocher (2018). Cette spécialiste de la contemporaine qui suit quotidiennement l’actualité du pays a accepté, pour Boulevard Voltaire, de décrypter les événements actuels en éclairant les motivations, bonnes ou mauvaises, du géant russe.

L’Ukraine est aujourd’hui assaillie par Vladimir Poutine. Comment le maître du Kremlin peut-il à ce point poser sa botte sur un pays indépendant ? C’est incompréhensible, à l’Ouest.

Parce qu’il y a une appréciation différente de l’Histoire. Le point de départ de 2014 [en février 2014, le président d’Ukraine Viktor Ianoukovytch est destitué durant ce qu’on appellera la révolution de Maïdan, NDLR] n’est pas du tout le même quand on le regarde avec un œil occidental ou un œil russe. Depuis 2014, les Russes considèrent ce tournant comme un coup d’État alors que nous, Occidentaux, nous le voyons comme une révolte populaire contre un président corrompu aux mains des Russes.

Comment cette situation s’est-elle cristallisée récemment ?

Les Russes sont à l’initiative, depuis le 17 décembre, avec deux textes rendus publics pour régler la question de la sécurité de la Russie : leur proposition est irrecevable par les Américains et par l’OTAN. Les Russes en ont tout à fait conscience. Tout part d’un sentiment d’humiliation et de trahison par les Russes, et par Poutine en particulier. Il a, par rapport à ses interlocuteurs européens, la mémoire des événements tout simplement parce qu’il a été lui-même acteur de toutes ces dernières années. Poutine est aux commandes de la depuis août 1999 : il a en tête les engagements successifs des uns et des autres. Il a eu beaucoup d’interlocuteurs : côté américain, il en est à son cinquième président. Côté français, à son quatrième Président et côté allemand, à son troisième chancelier. Il a la mémoire du temps long et, en face, des interlocuteurs qui font un bout de chemin avec lui ou contre lui. Le problème de fond s’enracine en 1990. La réunification de l’Allemagne se fait avec l’accord de l’URSS de l’époque, moyennant cette fameuse promesse non écrite de James Baker, secrétaire d’État du président Bush de 1989 à 1992, de non-élargissement, à l’est, des frontières de l’OTAN, et de non-élargissement, à l’est, d’une Allemagne réunifiée. C’est cela, le nœud du conflit.

Car cette promesse n’a pas été respectée, estime Poutine.

Non, depuis cette promesse non écrite, il y a eu cinq élargissements à l’est de l’OTAN. Ce n’est pas par la tectonique des plaques que la s’est retrouvée aux frontières de l’OTAN ! Aujourd’hui, des pays de l’OTAN sont frontaliers de la Russie. En 1999, trois pays, et pas des moindres - la République tchèque, la Pologne et la Hongrie -, ont rejoint l’OTAN. Sept pays ont suivi en 2004, deux pays en 2009, un en 2017 et un en 2020 (la Macédoine du Nord). Pourquoi Poutine insiste-t-il sur ces textes du 17 décembre 2021 proposés à la signature des États-Unis et de l’OTAN ? Pourquoi insiste-t-il sur les frontières de l’OTAN telles qu’elles étaient en 1997 ? Le premier et dernier texte signé en 1997 entre la Russie moderne par Boris Eltsine et les dirigeants des pays de l’OTAN de l’époque, l'Acte fondateur OTAN-Russie, jette les bases d’une relation apaisée entre la Russie nouvelle tournée vers l’Occident qui voulait en finir avec son passé communiste et les pays occidentaux de l'OTAN. C’est la pierre fondatrice de l’édifice de sécurité en Europe. Tout ce qui s’est passé depuis 1999, toutes ces vagues d’élargissement sont pour Poutine sujettes à caution. Elles se sont faites contre la Russie.

Pourquoi, du coup, se concentrer sur l’Ukraine avec tant d’insistance et d’alacrité ?

Pour le comprendre, il faut revenir aux années 1990, aux balbutiements de cet État tout neuf qu’était la Fédération de Russie. La n’est plus l’URSS : elle ne se définit pas comme, d’emblée, ennemie de l’Occident, j’espère que cela ne changera pas... On a, depuis les dernières élections américaines à la Maison-Blanche, un homme d’un certain âge. Joe Biden a dix ans de plus que Poutine. Toute sa vision du monde s’est forgée au moment de la guerre froide, dans cet affrontement idéologique très violent entre le bloc soviétique et le pays de la liberté que sont les États-Unis. Paraît, à cette époque, un texte fondateur que les diplomates et militaires russes connaissent par cœur, c’est Le Grand Échiquier, de Zbigniew Brzeziński. Cet Américain d’origine polonaise (les Polonais et les Russes ne sont pas les meilleurs amis) est conseiller de Jimmy Carter à la Maison-Blanche. Il reste très influent jusqu’à son dernier souffle, en 2018. Dans Le Grand Échiquier, il explique en substance que, pour que la paix règne dans le monde, il faut que les États-Unis continuent à dominer le monde. Pour cela, il faut gagner la partie sur le grand échiquier qu’est l’Eurasie et, sur « ce grand échiquier », l’autre joueur important, c’est la Russie.

Il veut donc pratiquer une politique de containment, de contingentement ?

Oui, pour que la Russie devienne une puissance régionale et non plus mondiale, il faut la détacher de ses pays satellites, ceux d’Asie centrale, les pays en « stan » et ceux d’Europe orientale. Et parmi ces derniers, un pays a une signification toute particulière : l’Ukraine. Brzeziński le dit noir sur blanc en 1996, à une époque où Boris Eltsine vient d’être (mal) réélu, lors d’une élection trafiquée pour éviter le retour des communistes au pouvoir. Brzeziński écrit alors : « Il faut d’ores et déjà, même si cela paraît lointain, annoncer à l’Ukraine qu’elle pourra, dans la décennie 2005 à 2015, rejoindre l’Union européenne et l’OTAN. » Les Russes lisent les événements de cette décennie, la révolution orange de 2004 et le renversement du régime ukrainien en 2013-2014 comme l’agenda américain défini par Brzeziński. Ils considèrent que ses successeurs ont suivi très fidèlement cet agenda.

Vous pourrez lire dès demain la suite de cet entretien.

13984 vues

25 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

63 commentaires

  1. c est une stature comme le Président Poutine qu il faut a la France……!!! l étoffe du courage…de la détermination…un exemple…..Respect…

  2. Ce qui m’étonne le plus c’est que l’Ukraine ait pu être désolidarisée de la Russie alors qu’elle est géographiquement et historiquement russe… Si je ne me trompe, l’indépendance de l’Ukraine n’est qu’illusoire, en raison de la corruption et des mafias… Plus cette guerre sera courte moins il y aura de morts. Que les Ukrainiens le comprennent assez tôt car comment la Russie ne pourrait-elle être gagnante en finalité ?

  3. Avant de mourir car il est malade de la maladie de parkinson et un cancer de l’abdomen il veut être le nouveau Staline .
    Ce que je dis est vrai , il suffit de faire des recherches sur internet .

  4. 40 ans de progande médiatique asservie aux intérêts mondialistes américains, ont successivement seriné
    que l’URSS surarmée était pacifique et que le Président républicain Reagan (camp des vilains) était un « va-t-en guerre » pour avoir déployé des missiles contre elle
    puis….après la chute du communisme que le Président Poutine qui nous a maintes fois tendu la main, menaçait la paix du monde, nos amis étant les Américains s’ils élisent 1 démocrate
    Bon courage !

  5. Très bien analysé, raconté, On sait ce qu’il faut faire, mais le Grand Satan (démocrate U.S.) tire les ficelles depuis l’autre côté de l’Atlantique, et ceux qui dirigent la France et aussi en U.E. s’accrochent à leurs basques, en raisons de pleins de déraisons qui leurs sont propres pour leur hégémonie malfaisante. Si Macron devait être ré élu avec la majorité de Gauche au Parlement, nous avons bien du souci à nous faire. Vite Zemmour et Reconquête mais que Pour la France en UE mais sans l’OTAN

  6. Les Occidentaux vivent au pays de John Lenon ..seulement la Russie (et la Chine) vivent dans un autre monde.
    Pas beson d etre un expert de la Russie pour savoir que plus on impose de sanctions a Poutine , plus il va prendre la mouche et si on insiste il mettera sa menace a execution et là « good bye everybody »
    l OTAN est tetanisé et n existe que dans la tete des singes qui nous gouvernent et s agittent en sautant de branche en branche !

  7. Merci à BV d’informer si clairement la situation. Celui de ce jour et celui d’hier (Hervé Juvin) en sont un excellent exemple. Puissiez-vous les diffuser sur d’autres médias afin que les français aient un meilleur jugement de leurs représentants politiques ??

  8. Je trouve que nos politicards au lieu de matraquer sans cesse Poutine feraient bien mieux de se poser la question pourquoi les Américains (( premiers semeurs de pagailles par tout ou ils passent)) poussent l’Ukraine à rejoindre L’OTAN si ce n’est que pour provoquer la Russie , d’ou le résultat aujourd’hui’ hui Je doute que les Américains apprécieraient que les russes installent une armée près de leurs frontières

  9. Les USA sont allés trop loin avec l’OTAN, et la CIA.
    De plus les Biden père et fils sont très impliqués à titre personnel dans « Burisma Holding Gaz et Énergie ».
    À force de s’en prendre à la Russie et à Poutine les américains se sont tirés une balle dans le pied, maintenant ils portent la majorité des problèmes sur les épaules.
    Leur marionnette pas très nette à la tête de l’Ukraine leur a échappés, ils ne la contrôle plus.

    1. Et ils vont se retrouver en but non à la Chine d’un côté et à la Russie de l’autre , mais à la Chine + la Russie unies.

      1. Plus l’Inde qui serre les rangs avec les deux autres, et la Grande-Bretagne et le Commonwealth !
        Commonwealth que tous ce qui ne vit pas en Grande-Bretagne, ne prend pas au sérieux…
        Et pourtant tout le monde devrait.

  10. Le problème est que les belles âmes sont au paroxysme de l’autosatisfaction vertueuse. Ces justiciers sont plus intéressés à punir le coupable de leur choix plutôt qu’à trouver des solutions qui ne nous ruineraient pas. Un vrai gâchis qu’a dénonce E.Zemmour hier à Chambéry. Espérons qu’il sera écouté.

  11. Je viens de voir sur internet que Poutine est malade avec la maladie de parkinson et un cancer avant de mourir il veut mettre le monde à feu et à sang .

    1. Il voudrait surtout faire le ménage et redonner à son pays tout le lustre d’autrefois. Les Russes sont fiers et courageux. Sommes nous intervenus dans le conflit Serbo-Croate? On a laissé faire car la Russie n’y était pas impliquée et que les US n’en n’avaient rien à faire.

Les commentaires sont fermés.