« Glottophobie » ? C’était un canular plus vrai que vrai !

Laetitia Avia

Le principe même d’un canular consiste à faire plus vrai que vrai. C’est à ça qu’on le reconnaît et qu’il nous fait généralement rigoler ; sauf pour les allergiques à l’humour, troupeau désormais singulièrement intrusif, surtout depuis que les crétins semblent être élevés sur le mode massif propre à la ferme des Mille vaches.

Canular plausible ? Celui lancé par Laetitia Avia, députée LREM, obéit aux canons du genre, puisque femme issue de la diversité. Proposer une loi contre la « glottophobie », soit la haine consistant à stigmatiser les accents régionaux, semble donc couler de source. L’ambiance y est ; l’actualité, aussi. Un Jean-Luc Mélenchon, qu’un rien agace et que moins que rien semble énerver, entre perquisitions au siège de son parti et enquête relatives au financement de ce dernier, est la cible idéale, après avoir raillé les accents de nos belles régions de France et physiquement menacé flics et juges - ce qui n’est pas bien, on en conviendra.

Dans la foulée, tout le monde y croit, sachant que le monde nous pousse à y croire. La preuve par Boulevard Voltaire, site dans lequel le camarade Georges Michel se fend d’un papier, spirituel et mordant, preuve que les militaires peuvent aussi faire preuve d’une drôlitude que leur fonction d’antan ne laissait pas forcément deviner. Il en va souvent ainsi, des clichés.

Sauf que tout cela n’est qu’une blague, une vaste blague. Laetitia Avia : "On a rédigé le texte en moins d’une heure, en prenant pour références les deux premiers articles qui apparaissent sur Google." Comme quoi les marcheurs, quand ils n’ont pas pour ambition de sauver république et démocratie, peuvent aussi se montrer farceurs. Les pauvres… Ils oublient juste que, dans notre univers de la transparence et de réseaux sociaux, le second degré ne règne pas fatalement en maître ; et cette même « drôlitude » encore moins, d’où ces innombrables réactions humanistes et offusquées.

La plus belle, signée NplmsBack et citée par 20 Minutes : "Eh bien pas bravo à @LaetitiaAvia ? la #Glottophobie est bien un racisme et une discrimination réelle. Ce n’est pas drôle. Vous n’avez décidément aucune dignité. Honte à vous." Une petite dernière, pour la route ? @Laétia Véron : "Donc cette proposition de loi était bien une blague. Nos députés prennent vraiment la vie politique au sérieux, ça fait plaisir tout ce respect. Idée : attendez le bistrot pour faire des blagues, et arrêtez de vous foutre de nous, merci."

Hormis les allusions sournoisement « bistrophobes » du tweet en question – à quand une possible proposition de loi visant à protéger les amoureux du zinc ? –, tout cela est finalement assez révélateur de l’état de notre société. Ainsi les dingueries y sont-elles devenues si banales que même leurs parodies y passent pour officielles.

Après, sachant qu’il est toujours licite d’aller plus loin dans le grand rien, les internautes stigmatisant Laetitia Avia pourront-ils être, à leur tour, poursuivis pour avoir stigmatisé cette femme « racisée » ? Faible créature à laquelle nos ancêtres n’aurait laissé que les abats de la viande de mammouth, expliquant ainsi leur petite taille – pardon, leur verticalité contrariée – et leur propension à pleurnicher devant des films d’amour alors que les hommes, les vrais, préféreraient regarder le football ?

Laetitia Avia, pour le moment – mais l’enquête doit probablement suivre son cours –, ne semble pas avoir encore expié ses crimes en attendant juste châtiment. En attendant, elle nous aura bien fait rigoler, fût-ce à l’insu de son plein gré.

Nicolas Gauthier
Nicolas Gauthier
Journaliste à BV, écrivain

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois