Editoriaux - Société - 20 octobre 2017

Un fiscalisme sans repères, à l’image de notre société

“Pour l’entrepreneur Sébastien Laye, la révolution fiscale macronienne profitera aux classes aisées au détriment des classes intermédiaires, sacrifiées du quinquennat”, nous dit Le Figaro du 16 octobre. La société française est basée sur une fiscalité délirante et une absence de repères.

Selon la Commission européenne, la France atteint 45,7 % de prélèvements obligatoires et passe pour la première fois devant le Danemark. En 2012, nous étions derrière. Mais Paris a augmenté ses impôts alors que Copenhague les baissait. Nous sommes les champions d’Europe des impôts !

L’immigration, selon les calculs de Gérard Pince, nous coûte environ 70 milliards d’impôts par an. Accueillir toute la misère du monde coûte cher. L’Allemagne est à 38 %, le Royaume-Uni 35 %, la Pologne à 33 % et la Roumanie à 32 %. Si nous avions le même niveau de prélèvements que l’Allemagne avec un PIB à 2.118 milliards d’euros fin 2016, l’État nous rendrait 163 milliards d’euros d’impôts !

Nous avons 360 impôts et taxes. 119 frappent la propriété, contre seulement 43 en moyenne dans l’OCDE. Certaines de ces taxes ont des noms incroyables : taxe pour le versement de plafond légal de densité, prélèvement sur la redevance pour pollution diffuse. L’inspection générale des finances dénombre 179 taxes d’un rendement inférieur à moins de 100 millions d’euros.

La charge fiscale était à moins de 10 % en 1910, la France étant alors une grande puissance sans chômage. L’empilement des textes est un autre fléau : 10.500 lois en vigueur. Avec, au sommet, les 3.600 pages du Code du travail, contre 200 en Suisse. Sans compter les textes européens qui fixent le poids des concombres à 250 g.

Notre État obèse n’a plus de repères. Ainsi, l’immunité parlementaire de Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine, a été levée le 27 septembre. Quel crime a-t-il commis ? Il a osé publier, sur Twitter, des photos des victimes de l’État islamique ! Il paraît que cela s’appelle de l’apologie du terrorisme. Nous faisons la guerre au terrorisme sans jamais dire d’où il vient, mais il faut ignorer ce qu’il fait.

Deuxième exemple d’une société sans repères : un homme de 28 ans est jugé pour « atteinte sexuelle » pour avoir eu une relation sexuelle avec une fillette de 11 ans, le 24 avril dernier. L’homme ne sera pas jugé pour viol parce que la fillette a été jugée « consentante ». Comme le dit Marine Le Pen, “honte au parquet de Pontoise, qui viole tous les principes de notre civilisation en exonérant le violeur d’une enfant de 11 ans !”

Libération jubile en apprenant que 76 % des musulmans d’Europe ont un lien fort avec le pays d’accueil. Pour les musulmans de France, seuls 11 % ont un lien exclusif avec le pays d’accueil, 84 % avec les deux pays (d’accueil et d’origine). L’étude dit aussi que l’approche multiculturaliste semble insoutenable sur le long terme.

Il est urgent de redresser la France, de lui redonner un cap. Mais y a-t-il réellement un pilote dans l’avion ?

À lire aussi

Le terrorisme des esprits prépare le terrorisme islamiste !

Les coupables de cette rupture de transmission sont désormais au pouvoir. Ce sont les enfa…