Expulsion des migrants illégaux : Rishi Sunak joue les prochaines législatives avec sa loi Rwanda

RUSI SUNAK

Rishi Sunak parie 1.000 livres sur sa loi Rwanda avec le journaliste vedette de la télé britannique, Piers Morgan. Une poignée de main qui a fait couler beaucoup d’encre, depuis ce lundi 5 février, bien qu’il s’agisse d’un geste courant dans la culture populaire britannique.

Les députés ont adopté le projet de loi du gouvernement britannique qui prévoit d’envoyer des migrants illégaux au Rwanda. Jugé une première fois illégal par la Cour suprême britannique, ce texte a, depuis, été retravaillé en s’appuyant sur un nouveau traité Londres-Kigali qui définit le Rwanda comme un pays tiers sûr. Ce qui permettrait de renvoyer tous les migrants illégaux vers ce pays d’Afrique.

Adopté par les députés, le projet de loi est désormais entre les mains de la Chambre des lords, où siègent notamment des membres non élus du Parlement britannique parmi lesquels de hauts dignitaires de l’Église d’Angleterre. Dénoncé avec force par les associations humanitaires, ce nouveau projet de loi est également critiqué par l’archevêque de Canterbury Justin Welby, chef spirituel des anglicans. Le texte serait « préjudiciable pour les demandeurs d’asile qui ont besoin de protection »« préjudiciable pour la réputation du pays »« pour le respect des principes constitutionnels » et « pour l’État de droit ».

« Je vous parie 1.000 livres, à donner à une association d’aide aux réfugiés, que vous ne ferez monter personne dans ces avions avant les élections. Acceptez-vous ce pari ? », a défié le journaliste Piers Morgan en fixant comme date butoir les élections générales prévues au plus tard début 2025. « Je veux faire monter les gens dans l’avion », lui a répondu en souriant le Premier ministre conservateur. Ils ont ensuite échangé une poignée de main pour acter ce futur don à une association caritative.

Le sulfureux leader du Parti national écossais (SNP), le musulman Humza Yousaf, dont l’épouse vient de Gaza, estime que le Premier ministre « joue littéralement avec la vie des gens » et son parti a signalé ce pari « pour violation potentielle des règles ministérielles ». De son côté, le Premier ministre rétropédale au micro de la BBC, assurant : « Je ne suis pas quelqu’un qui fait des paris, j’ai été complètement surpris au milieu de cette interview. »

Un mois de février difficile pour Rishi Sunak. Le Parti travailliste britannique de Sir Keir Starmer a infligé, le 16 février, une double défaite aux conservateurs lors des législatives partielles de Wellingborough et Kingswood.

Ces deux élections sont aussi marquées par le score important réalisé par le nouveau parti de droite Reform UK, qui a fait 13 % à Wellingborough et 10 % à Kingswood, ses meilleurs scores lors d’élections partielles. Ces résultats montrent que le parti fondé par Nigel Farage a « gagné en popularité » et n’est « pas un mirage créé par les sondeurs », a analysé, sur la BBC, le spécialiste des études d’opinion John Curtice.

Le Parti travailliste subit néanmoins une baisse dans les sondages après une succession rapide de scandales antisémites, le forçant à suspendre trois candidats en deux semaines pour leurs commentaires sur Israël et Gaza. Azhar Ali, le candidat à la prochaine partielle de Rochdale, n’a plus le soutien du Parti travailliste. Il avait déclaré, lors d’une réunion à huis clos, qui a été secrètement enregistrée, qu’Israël avait autorisé l’attaque terroriste du Hamas qui a tué délibérément 1.200 personnes pour donner au gouvernement un prétexte à la guerre.

Des travaillistes coincés entre la démographie musulmane qui soutient les discours durs sur Israël et la nécessaire purge de l’antisémitisme régnant sous leur précédent chef Jeremy Corbyn.

Thierry Martin
Thierry Martin
Auteur, dirigeant d’entreprise, sociologue de formation

Vos commentaires

16 commentaires

  1. n’oubliez pas que la GB est un pays souverain maintenant, et qu’elle n’a plus d’ordre à recevoir de Bruxelles.

  2. S’ agissant de la gestion d’éventuels expulsés du Royaume Uni, le Rwanda me paraît être en capacité de le faire. C’est un des pays les plus crédibles d’ Afrique Noire.
    Kagamé gère et sa main est ferme.
    Je n’exclus pas une éventuelle déception mais j’en serais surpris.

  3. Transfert de migrants ? Chez nous, on verra bientôt arriver les mineurs isolés de Mayotte, qui ont l’habitude de manier la machette !

  4. Sunak est un mauvais conservateur et mauvais gouvernant: il essaie de flatter son électorat avec sa « Loi immigration » mais alors qu’il est en proie aux revendications salariales venant de partout il file tout le PIB de son pays à l’Ukraine. Chez nous pareil: Macron file 3 milliards vendredi à l’Ukraine (400 millions à nos agriculteurs) et dimanche B le Maire cherche 10 milliards, en nous serrant la ceinture sur les services publics.

    • Le personnel politique et religieux britannique est aussi incompétent que le nôtre, ce qui n’est guère consolant, en dépit du brexit!

  5. « succession rapide de scandales antisémites, le forçant à suspendre trois candidats en deux semaines pour leurs commentaires sur Israël et Gaza. » Ah bon, même en G.B., ils ne savent pas que la majorité des palestiniens est sémite, contrairement à la majorité des habitants du pays qui les massacre ?

  6. Les musulmans ont beaucoup de pouvoirs officiels en GB . Lord musulman chargé d’organiser le pélerinage à la Mecque , tribunaux de première instance qui appliquent la charia en matière civile , plusieurs maires de grandes villes dont la capitale, sont des musulmans , des quartiers ou l’on indique à l’entrée : à partir d’ici la charia s’applique . Et comme le signale l’article un Premier ministre musulman en Ecosse (parti indépendantiste) qui dit clairement vouloir appliquer la charia en Ecosse.

    • Le Grand Remplacement est encore plus avancé en GB que chez nous; d’origine indienne là-bas,, africaine ici. Mais, dans les deux cas, MUSULMANE ! Et les bisounours de continuer à dire:  » mais non, c’est exagéré »! Naïveté coupable que paieront leurs enfants.

  7. Je suis curieux de voir les rwandais gérer la délinquance de ces migrants. C’est vrai que depuis le temps le stock de machettes a dû baisser

    • Et puis surtout, il faudra qu’ils remettent leur frontière chez eux, et non plus à Calais !!! En plus, ils ne font plus partie de l’UE… Nous sommes encore une fois les dindons de la farce… Merci qui ?

  8. L’islamisme a gangréné la vie politique au Royaume-Uni, mais comme chez nous seul le détail du « pari » semble focaliser l’importance de cette loi pour contrer l’immigration dans un pays, qui comme la France n’en peut plus.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois