Ce mardi 4 janvier, peu après la du matin, un individu entre dans l’édifice religieux, chef-d'œuvre d’art gothique qui abrite la nécropole des rois de France. Il désire se rendre derrière l’autel, au niveau du chœur. L’accès lui est refusé par la sécurité. Contrarié, il repart, sort de la basilique, pour y revenir quelques instants plus tard armé d’une barre de fer.

Il brise alors une vitrine, s’attaque à la crèche puis se dirige vers les statues disposées au niveau des chapelles, qu'il renverse. En se fracassant au sol, la tête de Saint-Denis, se brise en biais. Ironie du sort, ce martyr a été décapité en 250 après Jésus-Christ. Une statue de sainte Marie perd son bras gauche tandis que celle qui représente saint Antoine est criblé d’entailles, comme le montrent les photographies que nous a transmises un fidèle.

Le personnel de prévient aussitôt la police, jugeant trop dangereux de s’interposer directement. Le vandale mesure 1,80 m et semble menaçant. « J’en ai marre ! » « J’ai la haine », répète-t-il plusieurs fois, selon un témoin. La basilique est évacuée.

L’agresseur sort, suivi par un bénévole de la paroisse qui indique la localisation du suspect aux forces de l’ordre. Habillé d'un survêtement, il est appréhendé par les policiers pour être conduit au commissariat. Selon le recteur de la basilique, l'homme a été placé en garde à vue.

S’agit-il d’une attaque résolument malveillante contre un édifice catholique ? Selon le curé de la paroisse, le père Jean-Christophe : « Il n’y a aucune inquiétude à avoir. C’est un fait divers, comme il peut s’en produire partout. On a affaire à un déséquilibré. »

En 2019, un migrant pakistanais avait saccagé l’orgue et les vitraux multiséculaires de la dernière demeure des rois de France.

8 janvier 2022