Au début d’une mission temporaire importante, la présidence du Conseil de l’Union européenne, illustrée par les claquements prétentieux d’un emblème bleu étoilé sous l’Arc de Triomphe, Emmanuel est redescendu dans l’arène nationale face à des Français moyens. Retombé bien bas avec une seconde polémique sur des propos abusifs entachant la fonction, voire la légitimité de l’auteur…

On l’attendait plutôt à Bruxelles, portant ses grandes ambitions. En effet, rappelons-nous.

Le 9 décembre, lors de la présentation de ses objectifs pour la présidence du Conseil de l’Union européenne, il déclarait en premier : « S’il faut résumer en une phrase l’objectif de cette présidence […], je dirais que nous devons passer d’une Europe de coopération à l’intérieur de nos frontières à une Europe puissante dans le monde, pleinement souveraine, libre de ses choix et maître de son destin », appuyant sur le fait qu’il souhaitait « une souveraineté stratégique européenne ». « Ce concept, qui paraissait impensable il y a quatre ans, permet d’ancrer que nous, Européens, que nous soyons membres de l’OTAN ou pas […], avons des menaces communes et des objectifs communs. »

Le « OTAN ou pas » éclaire sur la réalité cacophonique de l'Union européenne en matière de défense, quant au recours au parapluie américain.

La menace que fait peser la du côté de l’Ukraine semble concerner davantage les avec l’OTAN comme arme dissuasive que notre continent voisin de ce pays de l’Est !

Certes, s’est entretenu, en décembre, avec Poutine, mais il semble bien que ce soit qui mène actuellement le jeu avec le président russe, dans ce conflit potentiel. Et c’est aussi ce dernier qui fait des propositions de deux traités en vue d’une désescalade de la tension potentielle, l’un destiné aux États-Unis, l’autre à l’Alliance…

« Ce qui manque le plus à l’Europe, cette Europe de la Défense, c’est une culture stratégique commune. » C’est le Président français qui le soulignait, comme obligation à une action pressante et sujet primordial de sa mission semestrielle…

Il est donc attendu en direct de Bruxelles sur le sujet, nonobstant la campagne tricolore du candidat non déclaré...

5 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 2 votes
Votre avis ?
18 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires