Audio - Document - Editoriaux - Entretiens - Politique - Table - 21 juin 2017

“Entre Les Républicains et le FN, il faut sortir des anathèmes et des postures !”

Jerôme Rivière, ex-député UMP qui a rejoint le Front national, donne son sentiment après le bureau politique du parti. Les échanges ont été denses et tous les sujets étaient sur la table, y compris celui de la ligne et des alliances. Il a pu y exposer sa position d’union des droites, sur leurs “valeurs communes”, à commencer par la défense de l’identité de la France. Marine Le Pen y a présenté une feuille de route et un calendrier court pour préparer le séminaire de juillet.

Vous étiez ce matin au bureau politique du Front National.
Alors que certains imaginaient un règlement de compte après les résultats de la Présidentielle et des Législatives, comment s’est passée cette réunion ?

J’ai le sentiment qu’on a eu des échanges très longs – cela a duré 6 heures – et très constructifs.
Marine Le Pen nous a proposé une méthodologie pour refonder le parti.
Cela consiste à réfléchir à travers quelques petites commissions pour élaborer un document qui sera présenté à l’occasion d’un séminaire qui devrait avoir lieu à la mi-juillet.
Nous sommes, d’une part, sur un calendrier court avec des décisions qui doivent être prises avant l’été (mi-juillet).
D’autre part, il s’agit d’une méthode qui va permettre d’aller sur l’ensemble des sujets qui font débat pour que l’on parte sur de bonnes bases.

La ligne de Florian Philippot a été mise en cause par certains cadres.
Est-ce que c’est par exemple un sujet qui a été discuté ?

On a discuté de tous les sujets.
Nous avons effectivement parlé de la ligne politique ni droite ni gauche.
J’ai pu exprimer très clairement ma position qui était de dire qu’après la dédiabolisation, il fallait maintenant engager le décloisonnement.
Je crois que sur ces sujets-là, nous sommes au clair.
Nous allons entamer ce débat. Je pense qu’en six heures, il était impossible d’en avoir les conclusions.
Il a été constructif justement parce que nous nous sommes donné le temps et les moyens d’arriver à des conclusions qui seront abouties.
Une analyse doit se faire sur de bonnes bases.
Je suis aujourd’hui résolument optimiste sur les conclusions que nous arriverons à prendre.
La logique est celle que j’ai entamée depuis que j’ai rejoint le Front National et qui était celle que j’exprimais en 2006 quand j’étais député UMP, celle d’une alliance des vraies droites.
Il s’agit de trouver les moyens de discuter avec ceux des Républicains qui ne sont pas dans la majorité d’En Marche !. Il faut trouver les moyens d’un débat qui permette de faire avancer les valeurs, qui sont les valeurs notamment de l’identité de la France.

Les Républicains ont de leur côté annoncé qu’il y aurait deux groupes à l’Assemblée. Un qui serait dans la construction avec Emmanuel Macron et l’autre, on imagine, qui sera plus solide sur ses appuis.
Imaginez-vous une alliance possible sur certains sujets dans l’hémicycle pour ceux du Front National qui ont été élus députés, dimanche ?

Le Front National incarnera une vraie force d’opposition.
Si des Républicains s’alignent sur de l’opposition résolue aux textes présentés par le gouvernement d’Édouard Philippe, nous les retrouverons mécaniquement.
Il faut maintenant sortir des anathèmes et des postures.
On a depuis un moment une posture des Républicains qui consiste à dire que l’on ne parle pas avec le Front National.
Je leur rappelle qu’en 1986, le Front National et le RPR-UDF ont gouverné la région PACA ensemble.
En 1998, d’autres régions ont été gouvernées dans le cadre d’alliance.
En 1988, sur la totalité de la région PACA, il y a eu des accords de désistement réciproque aux élections législatives.
Lorsqu’il y a une volonté de partager des valeurs communes, ce qu’avait dit Charles Pasqua sur ces valeurs communes, nous devons être capables de nous renouveler.
De part et d’autre, il faut être clairs.
Le principal travail à faire au Front National, c’est de clarifier la ligne sur laquelle nous souhaitons travailler.
Une fois que nous avons une ligne propre, nous pouvons nous retourner et chercher des partenaires.

À lire aussi

“Les dommages réalisés à nos armées vont être irréversibles !”

Jérôme Rivière réagit à l'annonce faite par le gouvernement de faire une coupe de 850 mill…