Emmanuel Macron osera-t-il assister à la finale de la Coupe de France ?

macron foot

Il y a un an, l’argument servi par la quasi-totalité des médias se résumait globalement à ce slogan : votez Emmanuel Macron, parce qu’avec Marine Le Pen, ce sera le chaos. Un an après, les Français ont les deux : Macron et le chaos.

Et c’est là que la situation devient de plus en plus problématique. Réfugié à l’Élysée, ce Président par défaut ne peut même plus recevoir le roi Charles III d’Angleterre avec les honneurs qui lui sont dus, par crainte de la colère montant des tréfonds du pays. Pour Paris, l’humiliation est terrible et mettra du temps à être oubliée des chancelleries. Pis : la visite qu’il est censé rendre au Stade de France, ce samedi 29 avril, à l’occasion de la Coupe de France opposant Nantes et Toulouse, risque à son tour d’être mouvementée, voire compromise.

Depuis 2017, jamais Emmanuel Macron n’avait manqué cet événement annuel, l’un des favoris des véritables amoureux du ballon rond. L’année dernière, lors de la finale opposant Nice à Nantes (0-1), il avait déjà été copieusement sifflé. Pour le millésime 2023, cela pourrait être pire encore. Toutes les organisations syndicales de Seine-Saint-Denis ont promis de ne pas lui faire le meilleur accueil.

Ainsi, 30.000 tracts, de format rectangulaire et imprimés en rouge vif, portant l’inscription « carton rouge à la retraite à 64 ans », devraient être distribués aux abords des lignes de métro et de RER permettant de rallier le stade dionysien. Le but de la manœuvre ? Que les spectateurs les brandissent tous ensemble à la 49eminute et demie de la rencontre, en référence au 49.3 mis en œuvre par Élisabeth Borne, bien sûr. Les services de sécurité ont d’ores et déjà prévu la présence de quatre groupes électrogènes au lieu d’un habituellement afin que cette finale périlleuse puisse se tenir sans encombres.

Car, selon le service sport de TF1 Info, « outre cette contestation visuelle et sonore, des coupures d’électricité sont à craindre, alors que la CGT a brandi la menace d’actions coup de poing lors de plusieurs événements culturels et sportifs ». En ligne de mire ? Rien de moins que « le Festival de Cannes, le tournoi de Roland-Garros ou encore le Grand Prix de F1 de Monaco ». Si même la principauté monégasque n’est plus à l’abri de cet « ouragan », jadis chanté par la princesse Stéphanie…

Tout cela peut évidemment prêter aux rires et aux sarcasmes, surtout de la part des 41,5 % d’électeurs ayant choisi de voter Marine Le Pen. Mais cela demeure problématique pour les Français en leur ensemble. Qui peut se réjouir que notre pays soit la risée de l’étranger, même si cette colère est amplement méritée ? Et dire qu'Emmanuel Macron a encore quatre ans à tenir (ou à tirer).

Le président de la République n’a aujourd’hui que le choix entre de mauvaises options. Retirer son projet sur la réforme des retraites ? Trop tard : le texte n’attend plus que les décrets d’application. Sans négliger le fait qu’un tel retournement lui ferait perdre son dernier quarteron de supporters, pour continuer de filer la métaphore footballistique. Son futur projet de loi sur l’immigration lui permettra-t-il de se refaire la cerise ? Rien n’est moins sûr, notamment parce qu'il est porté par Élisabeth Borne, avec le talent qu’on lui connaît.

Quant à cette finale de Coupe de France ? S’il s’y rend, Emmanuel Macron prend le risque d’une nouvelle humiliation publique. S’il sèche ce rendez-vous hautement populaire – il peut avoir piscine, ce jour-là –, les observateurs y liront un nouveau signe de faiblesse. Et le prix politique à payer pourrait être insupportable.

Bref, quoi qu’il fasse, c’est l’impasse. On n’aimerait pas être à sa place, mais c’est lui qui a choisi d’y être, après tout. Dans l’histoire du sport à onze, nombre de cartons rouges ont été reçus sans avoir été réellement mérités. Ce ne sera pas le cas du carton qui devrait être infligé au Président français, samedi prochain.

Nicolas Gauthier
Nicolas Gauthier
Journaliste à BV, écrivain

Vos commentaires

33 commentaires

  1. les anglais doivent être malade, il n’a pu recevoir Charles parce qu’il ne pouvait assurer sa sécurité, et il va assister à un match de foot, quoique avec 3000 policiers et gendarmes pour encercler le stade, il est peinard, il v arriver en hélicoptère peut être ?
    La réforme des retraites demandée par la commission européenne contre le versement des 40 milliards d’euros d’aide à la relance post covid, va nous couter 30 milliards d’euros, parce que pour 40 milliards reçus on devra en rembourser 70 milliards d’euros, il faut donc annuler cette réforme pour éviter de perdre 30 milliards.

  2. Que lui souhaiter ? … Mais qu’il fasse quand même attention, il ne sera pas toujours président de la république entouré de sa garde prétorienne, Et il y en a qui pourraient avoir des idées de vengeance.

  3. Les photos de ce personnage (un f.selon le mot d’Onfray) sont accablantes pour la dignité de notre pays : coupe du monde de foot, rap gay à l’Élysée, signe du démon à la Maison Blanche, boîtes de nuits au Congo, Rihanna). Quant aux déclarations sur Benalla, les ouvrières, les passants dans les gares, les chômeurs…Et les scandales financiers. Honte, honte honte !

  4. On me souffle dans l’oreillette qu’il ne se rendra pas sur le terrain pour le traditionnel salut aux joueurs.

    Sans blague !

    Quelques « conseillers » ont dû avoir un éclair de lucidité.

  5. Foin de pronostics ! Ils seront en masse, les amateurs de foot ( et les autres…) devant leur TV demain soir, pour assister au spectacle…si Macron se rend au stade.

  6. Bien sûr qu’il ira, et même sur la pelouse….Jusqu’au boutiste…..Il a bien été choisit par ses Pairs dont Attali….
    Il est en Mission, les débats sont pour les Sermons….Les Jésuites étaient déjà l’avant garde du Mondialisme et ont participé à la « colonisation »….A chacun son tour, à nous donc….
    Se montrer toujours plus, le sourire aux lèvres, et couper la parole quand il est en difficulté est son habitude, et gare si vous tenez tête même avec respect, il y aura toujours un ou une défenseur(e) pour vous dire, même le crier de loin : « vous n’avez pas honte, vous parlez au Président »…
    Y aura t’il cartons rouges et sifflets ? Attendons de voir…
    Il y a déjà une un panneau de Pinocchio avec le long nez….

  7. Hé oui, on dirait du Ceaușescu !
    Même lorsque Macron se déplace en province, l’énormité de la procession de véhicules en tous genres qui l’accompagnent, s’est vue augmenter d’un camion équipé de générateurs.
    Ce ne sont plus des des « déplacements », ce sont des « envahissements locaux », telle une armée d’envahisseurs.
    On touche le délire !

  8. Au risque de me répéter, les Français n’ont que ce qu’ils méritent.
    Le 24 avril 2022, fallait bien réfléchir.
    Personnellement, je n’en veux pas tant à ceux qui ont voté pour lui, mais plutôt, à ceux qui n’ont pas voté « contre » lui.
    Nous l’avions eu pendant 5 longues années en période d’essai. Le délai n’était il pas assez long ?

    • Déjà en 2017, après ses premières vociférations lors de sa (seule) campagne, j’avais compris qu’on allait placer au pouvoir un fou mégalomane; puisque son seul rival sérieux fut « écarté » très opportunément.

      Un peu que j’ai voté contre lui. Le pire est que beaucoup en sont rendus à voter contre et non pour.

      J’avais eu un petit espoir avec Eric Zemmour.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois