Les dernières décisions de Joe Biden pour sanctionner la Russie ne font que confirmer ce que tous les observateurs indépendants constatent depuis des décennies sur tous les continents : America first! Dans tous les domaines (militaires, économiques, stratégiques), ce sont avant tout les intérêts américains qui priment.

Lorsque Joe Biden annonce que la décision américaine d’un embargo sur le pétrole et le gaz russes a été prise « en étroite coordination » avec ses alliés, on peut légitimement en douter lorsqu’on sait que la totalité des importations de pétrole et de produits pétroliers russes ne représentent environ que 8 % du total américain, alors que certains pays européens comme la Pologne (plus de 65 %) ou l’ (30 %) en sont fortement dépendants. La France, à un degré moindre mais réel, est également potentiellement impactée par une pareille décision (environ 13 % de ses importations de pétrole proviennent de Russie). On devine sans difficulté la déflagration économique que pourrait engendrer une telle décision si elle était totalement appliquée...

Les annonces de Biden font consensus auprès de la représentation fédérale démocrate et républicaine, mais l’envolée des prix à la pompe (on approche du prix d’un dollar pour un litre d’essence) pourrait rapidement provoquer un retournement de popularité car le coût du gallon d’essence (3.78 l) est un sujet très sensible dans certains États américains.

C’est dans ce contexte que, de manière stupéfiante, le président Nicolás Maduro a confirmé, lundi 7 mars, sur Twitter, avoir reçu, samedi soir, en présence de son épouse Cilia Flores et de Jorge Rodríguez, le président de l'Assemblée nationale élu en 2020, une délégation du gouvernement des États-Unis où « les questions sensibles intéressant les deux pays », dont celle de l’énergie, ont été abordées pendant « deux heures ». À la suite de cet « échange », le président vénézuélien a même affirmé que le Venezuela était prêt à vendre du pétrole et du gaz aux États-Unis en précisant que la production pourrait rapidement passer d’un million de barils de pétrole brut par jour à trois millions !

En avril 2019, Washington décrétait un sévère embargo sur le pétrole vénézuélien (avec, de plus, le gel de tous les avoirs de la PDVSA, la compagnie pétrolière de l’État vénézuélien) pour tenter d’effondrer l’économie vénézuélienne, très dépendante de sa ressource pétrolière (le Venezuela exportait, fin 2018, plus d’un demi-million de barils par jour vers les États-Unis) et, ainsi, provoquer la potentielle démission de Maduro. Les sanctions ou une partie d’entre elles seront-elles levées ? Nul ne le sait ni ne connait, à ce jour, la date d’une prochaine entrevue. Mais quoi qu’il en soit, l’annonce de la venue d’une délégation américaine à Caracas est un véritable camouflet pour le président autoproclamé Juan Guaidó, mis sur orbite... en janvier 2019 par les États-Unis !

Le 5 juillet 2021, jour de la fête nationale vénézuélienne, Joe Biden avait même adressé un courrier adressé au « président » Guaidó dans lequel il lui confirmait le soutien de son pays : « Plus que jamais, nous restons déterminés à soutenir la lutte pour la liberté pour tous les Vénézuéliens à travers une transition pacifique et démocratique. » America First...

3816 vues

9 mars 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

19 commentaires

  1. Tous les présidents américains, même si le si adulé Obama n’ont pensé et ne pensent qu’aux US quitte à trahir ses sois disants alliés européens, à les courcicuiter dans des marchés juteux et avec un pseudo président français qui ne fait que courir après, ce n’est pas près de s’arrêter.

  2. Quand comprendra-t-on que les américains sont prêts à toutes les compromissions pour servir leurs propres intérêts ?
    Rappelons-nous qu’ils ne sont entrés dans le conflit 39/45 que lorsqu’ils ont senti que leurs intérêts étaient menacés.

  3. Les américains surtout « démocrates » voient d’abord leur intérêt et soutiennent tous les dictateurs qui peuvent leur être utiles. Ils ont toujours joué pour eux et contre nous contrairement aux idées répandues. Cela avec la complicité des média; voir le Kosovo et l’Irak et les media intoxiqués propagande.

  4. La preuve que la Gôche française qui a soutenu Obama et Biden est lobotomisée. Un président américain n’a qu’un seul objectif: défendre l’Amérique quitte à étouffer ses serfs européens

  5. Et oui, nous sommes le pantin de l’Amérique et, bien pire encore, cela fait des décennies que nos président concourent avec l’Angleterre pour avoir l’honneur d’être le toutou de l’Amérique …. Et ce sont les Français qui trinquent !

      1. Pas seulement : «La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort.» François Mitterrand (que pourtant je déteste cordialement).

  6. Non seulement les US recherchent l’embargo total sur l’énergie Russe mais ils vont piller tout ce que les autres pays peuvent produire et tant pis pour les idiots de l’UE qui ne sont capables que de pondre des contraintes de toutes sortes pour anéantir l’économie.

    1. les idiots du peuple mais certainement pas les dirigeants complices qui pourront toujours trouver refuge et continuer de servir chez leur maître.

  7. La politique étrangère des USA peut se draper sous divers prétextes (lutte contre le terrorisme, le communisme, droits de l’homme, …) , elle n’est jamais motivée que par une seule et unique raison : leurs intérêts.

  8. Il n’y a pas moyen que la présidence française de l’UE prennent des sanctions contre la Russie sans que la population française doive les financer?

    1. Vous avez mis dans le mille !!!
      Depuis les sanctions françaises (Poutine tremble…) le litre de gasoil est à plus de deux euros à Paris ….. à Moscou il est à 60 cts d’euros !!!
      Nos grands spécialistes stratèges internationaux Macron Lemaire Castex se tirent une rafale dans le pied !! Pathétique …. et Macron est à 33% !!! c’est surréaliste …

    2. Si virer le président tournant actuel et la présidente de la Commission européenne.
      cela ne fera aps tout, mais le terrain commencera à être déblayé.

  9. Oui, mais la trés corrompue famille biden avec l’ukraine, dira qu’en 2019 l’embargo vénézuélien était du à Trump ! Ben voyons !

  10. À part les Ukrainiens, les Russes et les Européens, cette guerre arrange pas mal de monde….

    1. cette guerre arrange surtout et avant tout son unique initiateur les USA avec la complicité de certains chefs d’états européens.

  11. Rien de surprenant sur le volte face des US vis à vis de Maduro qu’ils voulaient renverser il y a quelques mois, ils sont prêts à toutes les trahisons pour le business.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter