Emmanuel Macron veut se lancer « dans un vrai travail de civilisation ». Rien que ça.

C’est ce qu’il a déclaré, mercredi soir, devant un millier de maires invités par l’Élysée à l'occasion du 104e congrès des maires de France. Il entendait ainsi répondre aux inquiétudes de certains, confirmées par une étude du CEVIFOP : le pourcentage de maires déclarant avoir été victimes de menaces verbales, d'injures ou d'insultes a fortement progressé.

« La violence s'installe dans nos sociétés. L'action que je compte conduire dans les prochaines années [...] est celle d'un combat profond contre ce qui ne doit pas être une fatalité mais qui doit être un vrai travail de que nous avons à bâtir ensemble. » Si l'on manque de tout, dans ce pays, le culot, lui, coule à flots....

Et si la civilisation, comme l’écrit le Larousse, est « l’ensemble des caractères propres à la vie intellectuelle, artistique, morale, sociale et matérielle d'un pays ou d'une société », force est de constater qu’il n’est pas un seul de ces points, on peut les égrainer - intellectuel, artistique, moral, social, matériel -, qui n’ait été consciencieusement détricoté depuis cinquante ans, avec une accélération durant le règne d'Emmanuel Macron, comme si l’on arrivait au bout de la pelote.

« La vérité cruelle est que notre s'effondre. Elle a duré 1.500 ans », constatait Michel Onfray dans Conversations françaises (Les Éditions du Cerf, 2016). Le modus operandi est varié, les outils sont multiples : coups de burin, dissolution, déshérence… la cancel culture peut être passive ou active - l'absence d'entretien en est aussi une forme soft. On appelle parfois la destruction « déconstruction », pour reprendre le mot de la French Theory et de Jacques Derrida, mais, entre les deux, il n’y a qu’une différence de chronomètre.

« La décadence est la grande minute où une civilisation devient exquise », écrivait Jean Cocteau. L’ensauvagement est la minute d’après quand, la boucle étant bouclée, la civilisation exquise mouchée par la décadence comme une une bougie tremblotante, la loi du plus fort reprend ses droits. La violence ne « s'installe » pas dans notre société, elle y a déjà repris ses droits, comme la mauvaise herbe dans un jardin à la française déserté.

La définition lapidaire qu'a donnée Emmanuel Macron de la colonisation durant sa première campagne électorale est devenue célèbre : « un crime contre l’humanité ». A-t-on a assez fustigé la mission civilisatrice dont se sentaient investis les « colonisateurs ». Pourtant, aujourd’hui, que viennent chercher les migrants, chez nous, sinon la paix, la prospérité, bref, les conditions de vie - ou les vestiges qu'il en reste - bien préférables à celles qu’ils ont connues chez eux, dans leur modèle de société, pétri par leur civilisation. La nôtre est la pire, comme disait Churchill de la démocratie, à l'exclusion de toutes les autres. Il aurait fallu le reconnaître, et la protéger quand il était encore temps.

Assis sur un tas de ruines fumant, Emmanuel Macron propose de « bâtir ensemble » un « travail de civilisation » ? Si, plus modestement, nous tentions de sauver ce qu'il reste de la nôtre ?

8634 vues

24 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

102 commentaires

  1. Encore une preuve de sa volonté de détruire la civilisation française ; pour bâtir, il faut un terrain dégagé. Son projet est de faire disparaître la nation française (civilisation, culture, langue, histoire…) au profit d’un état- croupion des Etats Unis d’Europe façon Orégon, Michigan, …ou Californie (déjà évoquée)

  2. Plus le temps avance avec cet individus , plus je pense au diagnostic de ce psychiatre italien qui avait diagnostiqué avant l’élection de 2017 l’état cérébral du candidat Macron !!
    On peut avoir peur pour les 4 années à venir ….

  3. Si Macron veut bâtir un travail de civilisation, c’est qu’il considère que nous sommes déjà remplacés. On pourrait lui rétorquer que s’il n’aime pas la France lui qui avoue n’en pas connaître la culture, rien de le retient. Qu’il parte pour le plus grand bien de la France.

  4. Ce que les migrants viennent chercher chez de l’argent, le notre, et c’est tout.
    Celui qu’on leur donne via les aides sociales et celui qu’ils peuvent nous arracher d’une manière où une autre.
    Voilà l’explication à l’augmentation parallèle de l’immigration et de la délinquance/criminalité.

  5. « Assis sur un tas de ruines fumant, » qu’il a fortement aspergé pour qu’il n’en reste quasiment plus rien, et ça pérore c’est la seule chose qu’il sache faire. A l’image de ceux qui l’ont élu. Les non votants n’avaient qu’à faire leur boulot , le renvoyer aux oubliettes. Qu’ils se taisent, et ceux qui pleurent, idem.

  6. Est-ce qu’il sait seulement ce qu’est une Civilisation et qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ?
    Ce gamin prétentieux s’acharne à vouloir détruire notre Civilisation vieille depuis plus de 20 siècles pour la remplacer par du vide sociétal.

  7. « Bâtir » « un travail de CIVILISATION » ????? Il devrait tourner sa langue dans sa bouche une bonne centaine de fois avant de parler car sa réflexion est en effet très mal construite mais quoi de surprenant chez ce personnage qui n’a même pas encore achevé sa propre construction mentale.

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter