Editoriaux - Société - 13 février 2019

École : les “père” et “mère” vont-ils disparaître des formulaires officiels ?

Objectivement, il y a de très belles mécaniques. Pensez, par exemple, à une montre, pas une montre à quartz, mais une vieille, une de celles où des engrenages, des rouages, des pignons et des balanciers aux mouvements précis entraînaient celui des aiguilles. Elles étaient belles. Parfoi, même, l’horloger laissait voir une partie de cette mécanique en ouvrant une brèche sur le cadran.

Et puis, il y a des mécaniques perverses, des engrenages douteux, tout aussi redoutablement efficaces que ces belles machines à mesurer l’écoulement du temps. Vous souvenez-vous du PACS et de Mme Guigou assurant, en 1999, que non, ce ne serait jamais l’antichambre du mariage entre personnes de même sexe ? Quatorze années après, les mêmes votent la loi Taubira, bien sûr en jurant que la PMA, il n’en est pas question. Seulement six ans après, les mêmes (ou presque) souhaitent instaurer cette PMA pour toutes – en fait, une PMA sans père -, tout en clamant haut et fort que vraiment, la GPA, ce n’est pas possible : c’est de l’exploitation du corps de la femme. Mais en laissant un Marc-Olivier Fogiel en faire la promotion et en lui ouvrant toutes grandes les portes des médias. Comment ne pas penser à l’Ingsoc, le parti socialiste et totalitaire (oui, c’est un pléonasme) imaginé par Orwell dans 1984, et à son ministère de la Vérité ?

En 2012-2013, parmi les polémiques suscitées par le projet de loi Taubira, a été évoquée la disparition des mentions « père » et « mère » du Code civil et des papiers officiels. Des opposants de l’époque s’en étaient émus. Le pouvoir n’a, alors, pas hésité à dénoncer un procès d’intention. Erwann Binet, rapporteur de la loi, indiquait que l’emploi de parents au lieu de père et mère, d’époux au lieu de mari et femme, n’interviendrait qu’a minima, quand l’ambiguïté interdirait à un juge de juger. “Parler de parent 1 ou 2, c’est aussi une manière de désincarner le débat, de le déshumaniser”, disait-il.

Non, M. Binet, c’était juste prémonitoire. Les députés viennent de voter, mardi 12 février, un amendement à la loi sur « l’école de la confiance ». Il était présenté par la députée Valérie Petit, de La République en marche (ce parti où tant de socialistes se sont reconvertis), qui vise à remplacer dans tous les formulaires de l’Éducation nationale les termes « père » et « mère » par « parent 1 » et « parent 2 » afin de ne pas exclure. Rendons justice au ministre Jean-Michel Blanquer et au rapporteur de la loi Anne-Christine Lang de La République en marche : ils ont émis un avis défavorable.

Petite gausserie de matheux en incise. Toutes les belles âmes se targuent d’un égalitarisme irréprochable, mais 1 et 2, dans ce cas, c’est ordinal ou cardinal ? Et si c’est ordinal, d’abord, c’est discriminant, et ensuite, sur quel critère le juge jugera-t-il des contentieux au sein des couples qui se déchireraient pour l’octroi du 1 ou du 2 ? Et le 1 et le 2 seront-ils immuables ou interchangeables en cas de pluralité d’enfants ?

Sachons-le : si rien n’est fait, rien n’arrêtera la course folle des progressistes vers une société libérale-libertaire où toutes les transgressions anthropologiques seront permises. Pour eux, la limite, c’est qu’il n’y en a pas ! Ils laissent juste croire tactiquement qu’elle existe et se situe entre la prochaine transgression en cours et la suivante.

Deux mots, pour conclure :

Vous tous, belles âmes bien-pensantes qui, en 2012-2013, dénonciez la Manif pour tous comme hurlant à un loup qui ne viendrait jamais, assumez-vous plutôt des erreurs ou alors des mensonges ?

“L’affaire des progressistes est de continuer à commettre des erreurs. L’affaire des conservateurs est d’éviter que les erreurs ne soient corrigées”, écrivait, non sans humour, G.K. Chesterton. Et si nous décidions collectivement qu’en matière anthropologique, il est permis de corriger les erreurs des progressistes ? L’abrogation de la loi Taubira – entre autres – n’est pas un sujet tabou.

À lire aussi

Notre-Dame : attention au recel de détournement de fonds caritatifs !

Il y a un principe essentiel à respecter dans toute action caritative, c’est une allocatio…