Dépisteur de Covid : le nouveau job étudiant qui rapporte gros 

test covid 19

Depuis que le Covid-19 s’est installé en France, un nouveau job a la cote auprès des étudiants, celui de dépisteur. Les petites tentes blanches ont envahi nos rues, elles se sont installées pour une durée indéterminée devant nos pharmacies. Les Français s’y précipitent afin de savoir s’ils sont porteurs de la maladie. Selon l’enquête de France Info, « plus de 220 millions de tests de dépistage du Covid-19 ont été réalisés, en France, depuis le début de la crise sanitaire ». Il existe un point commun entre tous ces petits centres de dépistage : les « testeurs » ont une vingtaine d'années. On pourrait croire que ces jeunes gens sont en études de santé. Ce n'est pas le cas, loin de là, à en croire France Info : « Les étudiants croisés dans les barnums de Paris viennent de tous bords : architecture, ressources humaines, coiffure, etc. »

Mais d'où vient l’attrait pour ce nouveau travail ? Comme souvent, c’est uniquement une raison pécuniaire : tester rapporte gros. Ils peuvent encaisser un SMIC à la fin du mois en travaillant seulement 15 heures par semaine. Certains peuvent empocher jusqu’à 25 euros de l’heure. Le travail ne manque pas, compte tenu de la politique de dépistage massif menée par le gouvernement, couplée au variant Omicron qui contamine énormément de gens.

Mais une question reste en suspens : quelle habilitation, pour ceux qui réalisent ces tests ? En réalité, aucune. N’importe quel Français ayant suivi une initiation au « dépistage en ligne », ainsi qu’une « formation pratique de sept heures auprès d’un professionnel de sant« » peut effectuer des tests sous la tente. Dans la pratique, c'est un peu différent : de nombreuses alertes sont formulées par les syndicats de pharmaciens sur le fait qu’il n’y a « pas assez de places disponibles en formation pratique », toujours selon France Info. Conséquence : l’appât du gain est tel que certains testent en toute illégalité.

Toujours en théorie, un pharmacien ou un médecin doit assister l’étudiant qui teste. Normalement, le « jeune teste, c’est-à-dire qu’il insère l’écouvillon dans la narine du patient, mais en revanche, le reste du dépistage est assuré par le professionnel de santé », détaille le site du service public. Comme souvent, la réalité est bien plus complexe que les consignes édictées par l’État, avec des testeurs sans expérience et sans professionnel avec eux. « Faire l'extraction, ça relève du professionnel de santé », explique Pierre Olivier Variot, président de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine (USPO) à France info. « Mettre le produit sur le test, s'assurer qu'il s'agit du bon test, conservé à la bonne température, c'est du domaine du professionnel de santé. Et le rendu du résultat, c'est aussi au professionnel de santé de le faire », énumère-t-il, en reconnaissant qu'en pratique, « ça ne se passe pas du tout comme ça ».

L'État si exigeant pour ses administrés n'est décidément pas un modèle de vertu. Bien détectée, cette maladie-là ne se soigne pas aisément, semble-t-il...

Kevin Tanguy
Kevin Tanguy
Journaliste stagiaire à BV, étudiant en journalisme

Vos commentaires

16 commentaires

  1.  » Comme souvent, c’est uniquement une raison pécuniaire : tester rapporte gros. » Et pas qu’aux testeurs.
    Chez un professionnels de santé, la déclaration d’un nouveau cas positif : 25 €. C’est une belle incitation au crime, de multiplier les nouveaux cas.. Ce qui peut expliquer leur avalanche actuelle… d’autant que la fiabilité des tests ne dépasse pas 50 %….
    Pareil pour la vaccination : 80 € de l’heure pour un médecin retraité présent 4 heures/jour, cumulé avec sa retraite.

  2. Quand il est navrant de constater que la « petite histoire » de la Covid tourne en fait, et surtout, autour du fric, depuis les labos qui se gavent à outrance, jusqu’aux plus « petites mains » qui sont dénoncées (à juste titre…) ici. Et au milieu ne coule pas un long fleuve tranquille…

  3. Et l’arnaque continue dans cette Coronafolie généralisée qui devient plus contagieuse que le virus lui même, en train de s’éteindre…..

  4. Un test en laboratoires d’analyse s’élevait en août 2921 à 71,06 € ( info mon compte Ameli )
    Le ministre peut donner donc 25 € à ces personnes là !
    Ils voteront En Marché à coup sûr

  5. Des milliards dépensés pour des tests faussés (amplification débile et non scientifique) qui pourraient servir à construire des hôpitaux à former des soignants et aussi à financer la dépendance. Du gâchis une gabegie organisée par une dictature qui ment à longueur de journée. Il y a longtemps qu’on aurait dû arrêter ça mais les cas ça fait peur bien sûr !

  6. C’est certain que ça doit rapporter davantage que les 1€ quotidien que Macron leur a jetés dédaignesement !

  7. Et comme cela il vont peut être pouvoir valider une 1ère année de médecine et intégrer les études. Bonjour les dégâts. Quel pays.

  8. Pour assurer le succès de l’opération Covid, ils ont prévu depuis le début que suffisamment de catégories bénéficient d’argent public (c’est l’Etat qui paye!), soit par des aides, soit par le renforcement ou la création d’ «activité».
    On ne mord pas la main qui vous nourrit et le contribuable paiera. Honte à tous ceux, en particulier médecins des vaccinodromes, qui ne se sont pas posé de question de peur de nuire à leurs petits intérêts personels.

  9. Attention ces Tests peuvent être dangereux s’ils sont mal faits.Trop en faire n’est pas bon et conserver le matériel au froid peut induire de faux positifs Alors méfiance …

  10. Au Portugal c’est 90 euro le test. 220 millions de tests réalisés c’est 2 milliards d’euro, une paille dans ce le quoi qu’il en coûte. Par contre se faire tester par un apprenti plombier m’inquiète.

  11. « ça ne se passe pas du tout comme ça. »
    Je confirme pour m’être fait tester, pour Noël, par 2 jeunes femmes d’une 20taine d’années sous un barnum devant une pharmacie où elles effectuaient les tests et analysaient le résultat, sans professionnel de santé ! Et pour corroborer la présence « d’étudiants », il y avait une pancarte, « vantant les bienfaits » du test sur laquelle j’ai pu relever pas moins de 6 fautes d’orthographe sur 3 lignes de texte !! Que voulez-vous, on a les étudiants qu’on mérite.

  12. Et surtout ils-elles, ont presque toujours la main extrêmement lourde. Trop de zèle qui remplace de l’expérience!

  13. Encore du grand n’importe quoi , encore du fric dépensé pour rien , quand cette mascarade va t’elle prendre fin , quand quelqu’un va t’il arrêter et enfermer ce grand malade qui gouverne n’importe comment et qui dilapide l’argent que nous n’avons plus , qui massacre l’hôpital au profit de ces tests bâclés et inutiles .

  14. Ils sont vraiment capables de n’importe quoi pour faire du chiffre et c’est la sécu qui paie des gens à la compétence douteuse…
    Ces étudiants ont ils des quotas à respecter ?
    Qui est responsable en cas d’incident lors du prélèvement ?
    En fait les « amateurs décideurs » déléguent à des amateurs tout court, nous sommes dans inquiétant système…

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois