Nicolas Dhuicq, élu , mais aussi psychiatre des , dénonce le projet de Gérard Collomb de demander aux services psychiatriques de collaborer avec ses services pour lutter contre le .

Une telle idée révèle l’incapacité du ministre à penser ce qu’est réellement l’, sa doctrine, son , ses origines, son financement, ses réseaux, et d’abord à nommer cet ennemi.

D’où un amalgame inacceptable entre terroriste et malade mental. Ce qui est aussi très grave, non seulement pour lutter efficacement contre l’islamisme, mais aussi du point de vue des vrais malades et de leurs familles.

Nicolas Dhuicq rappelle aussi clairement le rôle de la à la fois dans la prise en charge des victimes et dans l’expertise pour la Justice.

24 août 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Nicolas Dhuicq : « Le bilan psychiatrique est assez lourd : augmentation des tentatives de suicide chez les plus jeunes et de la souffrance psychique chez les adolescents »

À la veille de la prise de parole d’Emmanuel Macron qui pourrait décider d’imp…