Pollution, retour en force du plastique, mesures ubuesques… vous y comprenez quelque chose, vous, à ce  ? Moi, j’ai du mal…

Le port du masque, pour commencer. Comme déjà dit ici, le masque est l’accessoire à la mode, ce printemps, à condition d’être porté en sautoir, en mentonnière, en boucle d’oreille… bref, un peu partout sauf sur le nez et la bouche. Et puis, quand il tient trop chaud, on le balance. N’importe où, de préférence, comme les papiers gras et les canettes vides. Sale un jour, sale toujours, le Covid-19 n’y a rien changé.

Comme l’écrit Sophie Coignard, dans Le Point : « Vivement la trêve des confineurs ! », et qu’on en finisse avec ce voyage en Absurdie, tant il est vrai que « les incohérences entre ce qui est autorisé et interdit suscitent des interrogations croissantes ». Et de citer Stéphane Bern s’étonnant, sur France Inter, qu’on puisse visiter le château de Chantilly mais pas son parc, ou bien que le château de Chambord soit, lui, interdit aux visiteurs. On va rouvrir le Puy du Fou, et c’est tant mieux, mais pas les musées où il semble pourtant aisé de circuler… Et pas encore les terrasses des restaurants à l’ombre des platanes… Comprenne qui pourra.

Certes, on en sortira, plutôt mal que bien, mais on en sortira. En revanche, on se prépare des siècles de pollution aux plastiques, lesquels font leur retour en force au prétexte de l’hygiène et de la santé.

Particuliers, commerces, entreprises, marchés… partout, c’est la débrouille pour tenter de s’adapter aux directives de distanciation physique et autres gestes barrière. Vitres en Plexiglas™, rubans adhésifs, autocollants, rubans de signalisation, kilomètres de film plastique étirable autour des étals… Voilà notre nouvel univers, celui qu’on affronte avec masques, gants et visières. Un monde tout plastique, donc.

Ce plastique honni jusqu’à l’apparition d’un méchant virus qui renvoie la pollution aux oubliettes de l’Histoire. « Avec le Covid-19, le plastique à usage unique, diabolisé ces dernières années, se refait une santé », écrit Le HuffPost. Car à ce qui est énoncé ci-dessus, il faut ajouter l’explosion des emballages par l’augmentation des drive en période de confinement, plus les millions de bouteilles de gel hydroalcoolique et celles qui remplacent, désormais, les carafes sur les tables des cantines. Gros boum, également, sur les couverts jetables, en plastique bien sûr, destinés à remplacer le métal de tous les dangers…

Faux, d’ailleurs, car selon une étude publiée dans la revue The New England Journal of Medicine, « le nouveau coronavirus est détectable jusqu’à deux à trois jours sur des surfaces en plastique ou en acier inoxydable, contre 24 heures par exemple sur du carton ». On aurait donc tout intérêt à fabriquer des emballages en carton, mais ça ne ferait pas l’affaire des puissants lobbies du plastique, tout heureux d’avoir repris la main.

Quant aux masques jetables et lingettes, c’est la catastrophe absolue. Fabriqués à partir de polypropylène, ils vont occasionner une pollution sans précédent. « Le polypropylène n’est pas biodégradable dans la nature, ni compostable. Il va se dégrader par l’action des UV, l’oxydation dans un processus qui peut prendre des dizaines voire des centaines d’années. Mais sans qu’au final il ne soit biodégradé », dit un chercheur. Confirmation d’Étienne Grau, de l’université de Bordeaux : « Ce n’est pas le pire des polymères, mais on estime généralement que le polypropylène massif met environ 500 ans à se dégrader, avec les masques, comme il s’agit de couche fines, cela pourrait être légèrement plus rapide. »

Allez, disons 350 ans et on n’en parle plus !

À lire aussi

Nouvelle vague sur Lampedusa : pas de pause Covid-19 pour les migrants !

On détecte en nombre des cas positifs parmi ceux qui débarquent… …