Le pays des libertés aura-t-il vécu avec ce virus que les autorités avaient négligé dès la première alerte ? Même au pire moment des guerres qui se sont succédé sur le territoire national, jamais les Français n’avaient été obligés de se confiner chez eux, tels des prisonniers volontaires ou pas.

La liberté de circuler, d’aller d’un point A à un point B, n’avait jamais été condamnée par un régime. Sauf lorsque la France fut coupée en deux, en juin 1940, enfermant la population à l’intérieur de deux zones : la zone libre au sud-est et la zone occupée par l’armée allemande au-delà d’une frontière de 1.200 kilomètres.

aime parler de la liberté. Parfois en s’en éloignant, comme lors de son discours devant le Conseil de l’Europe le 1er octobre dernier, où il essayait de se justifier face aux manifestations des gilets jaunes, fortement réprimandées par sa police. Prendre des libertés avec… les libertés. À peu de choses près, en effet, tel pourrait être le résumé de ce discours.

Notre Président et son Premier ministre sont dépassés par la tâche qui les accable. Ils sont tous deux désemparés quant à la méthode qu’ils estiment nécessaire pour enrayer la progression de ce sinistre Covid-19. Ils tergiversent, ils changent d’avis, ils nous plongent dans une psychose collective à force de ne pas savoir comment faire face. Ils ont donc choisi la seule solution, celle employée par maints pays, celle de nous confiner et de nous obliger à rester à l’intérieur de nos frontières familiales.

Deux mois plus tard, le plan de déconfinement dévoilé va poursuivre sa politique liberticide en repoussant nos frontières jusqu’à cent kilomètres. Mais ce n’est pas tout. Ce maudit virus va non seulement mettre à bas notre économie et nos économies mais, si l’on en croit Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’État en charge du tourisme, ce sont nos vacances qui seront gâchées cet été (selon ses propos rapportés par L’Obs). Les Parisiens seront limités à la Seine-et-Marne, les Marseillais à leurs calanques, les Bretons à la Bretagne, les Bordelais à Arcachon, les Grenoblois à Chamonix, etc. L’industrie touristique pourra-t-elle supporter une telle mesure ?

Enfin, pour l’instant, il ne s’agit que d’une possibilité car, évidemment, ce virus, s’il insiste à nous bousiller notre vie, peut nous renvoyer dans nos foyers. Adieu veau, vache, cochon, couvée, comme l’a si merveilleusement écrit Jean de La Fontaine. Adieu nos vacances chères à notre qualité de vie, en tout cas pour les privilégiés qui peuvent s’éloigner de leur quotidien.

Il nous restera à rêver à nos vacances passées ou à regarder, sur Internet, les merveilles de la nature qu’un virus encore indompté nous aura empêchés de connaître de visu.

À lire aussi

Crise sanitaire : à quand la fin de la paralysie ?

La déprime, la catastrophe à tous les niveaux, économique, sociale, morale. En quelques mo…