Une chose m’avait frappé lorsque éclata, le 25 janvier dernier, l’affaire Fillon : c’était la réaction immédiate du ministre de l’Intérieur au micro de RTL. Il était dans les starting-blocks, visiblement. Lui qui aurait dû affronter les questions d’Élizabeth Martichoux sur les cafouillages-tripatouillages des chiffres de la primaire socialiste, il avait du meilleur pain à se mettre sous la dent et à nous déverser dans le micro : l’affaire Fillon et cet article du Canard. De longues minutes à nous dire que « cette affaire était très grave », que, pour un « candidat à la magistrature suprême », etc.

M. Le Roux n’est pas candidat à la magistrature suprême. Il est juste ministre de l’Intérieur chargé d’organiser les . Accessoirement, depuis le début de cette affaire-opéra dont il entonna l’ouverture au micro de RTL, il en est le grand commentateur, prodiguant ses leçons : « Il faut que M. Fillon donne des explications. » Et au Point, le 2 mars dernier :

Le gouvernement n’est absolument pour rien dans les turpitudes de . Il n’y a pas de complot. On a l’impression que c’est le gouvernement qui mène l’enquête contre François Fillon. Non, ce sont les juges. Pourquoi faudrait-il qu’il y ait toujours un complot quand on doit répondre devant la et quand on est un élu ? Il n’y a pas de complot, il y a des faits qui sont reprochés et sur lesquels chacun doit s’expliquer, François Fillon comme d’autres. Il n’y a aucune dimension […] À faire monter les extrêmes, on se retrouve vite dans une situation qui peut devenir difficile.

C’est ce qu’il y a de bien, avec les socialistes : pas besoin d’en rajouter, ils ont tout dit. Il suffit de changer Fillon et de mettre Le Roux. À quelques différences près, tout de même : pour un socialiste, la presse va mettre des mois à enquêter, si elle daigne le faire, Le Canard ne s’ébrouera pas si vite et les juges, eux, vont… temporiser. Au moins n’ont-ils pas pu faire autrement, avec , que d’ouvrir une enquête préliminaire…

Mais on ne peut qu’admirer la constance des socialistes au pouvoir. Le quinquennat Hollande s’ouvrit avec la à la fraude fiscale dont le héraut était M. Cahuzac et va se terminer par les leçons d’éthique dans le recrutement des collaborateurs parlementaires données par M. Le Roux.

Au fait, nos bruyants porteurs de casseroles sont-ils allés réveiller M. Le Roux ? Ou Mme Houlette ?

22 mars 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Mort de Philippe Jaccottet, grand poète et prodigieux traducteur d’Homère

Philippe Jaccottet restera un modèle d'humanisme enraciné, dans un lieu et une culture eur…