Comme le discours solennel d'Emmanuel Macron, jeudi soir, applaudi par l’ensemble de la classe médiatique, et soi-disant accepté par 66 % des Français, nous paraît bien loin ! Loin de la réalité qui s'est invitée, samedi soir, dans le quotidien de tous les Français, lorsque le Premier ministre nous a annoncé le passage au stade 3.

N'ont-ils rien vu venir ? Et lorsque l'on apprend que le conseil scientifique nommé par l'Élysée compte, dans ses onze membres (parmi lesquels une anthropologue et une sociologue !), le professeur Didier Raoult, on peut s'angoisser ! Ne déclarait il pas, fin janvier, que « le Covic-19 était un délire de l'OMS basé sur trois Chinois morts » ?

Samedi matin, sur LCI, Jérôme Marty, président de l'Union française pour une médecine libre, n'hésitait pas à dire combien la avait mal géré la gravité du coronavirus. « En phase 1, on devait détecter, aux frontières, la maladie ne serait-ce qu'en prenant la température des voyageurs. On a mis des affiches, et l’épidémie est entrée. En phase 2, on s'est contenté d'établir des closters sans oser faire plus, et on est entré en phase 3, avec retard à l'allumage. Le gouvernement doit prendre des décisions pour éviter que nos services de réanimation ne soient dépassé. » Bref, on est décalé depuis le début. Nos gouvernants sont décalés. Malheureusement, ce n'est pas la première fois qu'on constate ce décalage.

Mais, hélas, les services de réanimation seraient déjà dépassés : 5.500 lits pour l'ensemble de la France, chiffre annoncé ce dimanche matin sur Europe 1 par le professeur Marty. À La Rochelle, par exemple, il n'y a que quinze places de disponibles. Et je ne parle même pas de la des masques, du gel et surtout des tests !

J'ai un ami cardiologue qui vient de m'envoyer ce triste message, preuve supplémentaire que ce gouvernement nous endort : « L'amplitude de la contamination est telle qu'il n'y a plus de pour les soignants à partir de ce vendredi et les derniers sont réservés aux malades qui vont très mal. Il y en aura d'autres peut-être la semaine qui vient, pour aider le personnel soignant à savoir s'ils peuvent reprendre le travail au bout des 14 jours. Je n'ai donc pu faire le test nécessaire et ferme mon cabinet pour les deux prochaines semaines. Je vais rester confiné. Au revoir à tous. »

Il est donc évident que le nombre de cas qui nous est annoncé chaque jour est loin de nous donner la réalité des dégâts de ce virus.

Et pendant ce temps-là, le Président nous parle de l'Europe qui n'aura jamais autant été désunie devant cet ennemi invisible. Des sages ont fermé leurs frontières. Mais en France, pays de liberté, vous n'y pensez pas ! Ou alors ce serait donner raison à Marine Le Pen. Il y a quelques mois, nous faisait peur avec la « peste nationaliste »...

22543 vues

15 mars 2020

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.