Corbière, Autain et les autres : La France insoumise en voie d’explosion ? 

corbière

Que se passe-t-il au sein de La France insoumise ? Depuis quelques jours, le mouvement d’extrême gauche est en proie à de nombreuses critiques de la part de figures médiatiques. Alors que la nouvelle direction a été choisie le 10 décembre, certains s’en agacent, pointant du doigt le manque de pluralisme au sein des instances dirigeantes. LFI est désormais dirigée par Manuel Bompard, un très proche de Jean-Luc Mélenchon qui remplace Adrien Quatennens, le dauphin déchu pour les raisons que l'on sait.

Des personnalités historiques du mouvement ont été exclues de la nouvelle direction, comme François Ruffin, Alexis Corbière ou encore Clémentine Autain. C’est la députée de Seine-Saint-Denis qui a ouvert le feu en premier. Dans un entretien accordé à Libération, le 11 décembre, elle a appelé à « démocratiser La France insoumise ». « La direction a été choisie par cooptation, ce qui favorise les courtisans et contribue à faire taire la critique. Aucun effort de pluralisme n’a été fait dans sa composition », affirme l’élue du 93. Elle ajoute : « Je suis d’accord pour ne pas reproduire les batailles de congrès des partis classiques. Mais pas en marginalisant ceux qui ont une parole différente du noyau dirigeant actuel. Je ne vois pas comment on peut porter la VIe République et assumer un tel fonctionnement. »

Clémentine Autain n’a pas été la seule à réagir. Son collègue Alexis Corbière s’est, lui aussi, plaint aux journalistes du Monde. « Ce qui m’intéresse, c’est qu’une certaine tradition politique y soit portée [au sein de la direction du parti, NDLR]. Je suis un républicain, social, écologiste, attaché à la laïcité émancipatrice authentique, qui essaie – c’est mon côté prof d’histoire – de rattacher le combat que nous menons à une histoire politique », confie-t-il au quotidien. En accordant cette interview, Alexis Corbière soutient de facto la dissidence au sein de LFI entamée quelques jours plus tôt. « François Ruffin ou Clémentine Autain disent des choses stimulantes, d’autres dans lesquelles je ne me reconnais pas. Tous ces tempéraments forts, et d’autres encore, doivent se retrouver dans une équipe de direction pensante », explique-t-il à ce sujet. Clémentine Autain a, elle aussi, confié partager l’analyse de son collègue député.

Si François Ruffin s’est, lui aussi, dit « triste que plutôt qu’un élargissement, on ait un rétrécissement » au sein de LFI, le député de la Somme reste à part. Alors qu’on lui prête des intentions présidentielles, il est habitué à porter un discours dissonant en adoptant une ligne plus soucieuse de la « France périphérique » trop délaissée par Jean-Luc Mélenchon et ses proches. En somme, il est ce qu’il reste d’une gauche à l’ancienne.

La réponse de LFI aux dissidents 

Proférer des critiques sur le fonctionnement interne de La France insoumise n’est pas sans risque, et les principaux visés n’ont pas attendu pour réagir. Sur France Inter, Manuel Bompard a balayé d’un revers de main les dissensions. « Mon problème aujourd’hui, ce n’est pas Clémentine Autain ou François Ruffin, mon problème, c’est Emmanuel Macron, mon problème, c’est l’extrême droite. […] Mon rôle, c’est d’assurer notre unité, c’est d’assurer le travail de développement de notre mouvement et certainement pas d’arbitrer en 2022 qui sera le prochain candidat à l’élection présidentielle de 2027. » En meeting, vendredi, à Saint-Étienne, Jean-Luc Mélenchon a déclaré : « Je suis le paratonnerre des ambitions de mes amis. » Son entourage affirme qu’il est très remonté et qu’il y a « trop de gens qui veulent exister pour 2027. Ils perdent tous un peu la tête, ils veulent tous remplacer Jean-Luc Mélenchon. » Corbière, Autain et les autres ?

Kevin Tanguy
Kevin Tanguy
Journaliste stagiaire à BV, étudiant en journalisme

Vos commentaires

43 commentaires

  1. Le dérèglement mental affligeant qui caractérise désormais un pourcentage important de la bulle politique française porte un nom. C’est la chienlit annoncée en son temps par le Général de Gaulle.
    Nous la voyons s’épanouir aujourd’hui, il faut bien le dire, toutes tendances confondues !
    Bref, ces gens, qui se prennent pour le sel politique de « la terre-village-global » ont l’esprit tellement affecté par leur obsession fumeuse de débats bordéliques qu’ils finissent par se l’appliquer à eux-mêmes au lieu de la réserver à ceux qu’ils veulent détruire !!!
    (Cf. : également, les Républicains et les Socialistes, définis naguère par le F. N. en tant qu’ U. M. P. S., qui se prenaient également pour les meilleurs et qui s’éclatent aujourd’hui dans l’apothéose de la gloire Macronnienne. Reconnaissons que dans le genre, ils ne sont pas mal non plus !)

  2. Enfin, dans la grisaille politique et la triste situation nationale combiné par des grandes inquiétudes mondiale, enfin une très bonnes nouvelle ! Le rififi de la France Islamiste est en marche. C’est la tactique lambertiste (dont le leader maximo est issu) de faire implosion et se faire harakiri. Même la petite secte trotskiste, le NPA a éclaté en deux. La NUPES en guenilles…Ce n’est pas moi qui va pleurer

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois