[Point de vue] Électricité : on en manque et on en exporte ? Explication

lumière ampoule

Des lecteurs de mon précédent article ont demandé : est-il raisonnable de supposer que l’on exporte de l’électricité alors qu’on en manque et qu’on doit en importer ? Oui, c’est malheureusement une hypothèse qui doit être envisagée. La raison en est qu’il y a deux types d’acteurs qui agissent indépendamment : EDF et ses filiales de transport d’une part, les nouveaux fournisseurs d’électricité d’autre part.

Or, ces derniers n’ont pas été créés pour assurer l’approvisionnement des consommateurs français mais pour faire de la concurrence à EDF sur les coûts de distribution.

Il y avait une autre motivation, dont l’Union européenne ne s’est pas vraiment cachée : celle d’enlever à la France l’avantage concurrentiel que lui donne son parc nucléaire, qui produit à coûts plus faibles. Ainsi, la centaine de TWh[1] qu’EDF est contrainte de vendre à ces fournisseurs chaque année à bas prix est certainement convoitée par des clients étrangers, dont les industriels allemands.

C’est pourquoi en France, et contrairement à ce que notre bon sens nous dit, les exportations d’électricité peuvent aller de pair avec des importations. Mieux : plus nos nouveaux fournisseurs exportent, plus nos opérateurs historiques doivent importer pour satisfaire les besoins français.

Est-ce le cas ? On n’a pas trouvé les données qui permettent de l’affirmer. Bizarrement, alors que le site de RTE nous fournit tous les quarts d’heure les chiffres de la production en cours[2], ces chiffres ne sont plus mémorisés depuis fin mai. Sur ceux disponibles, on a simplement remarqué que l’on a eu une nette augmentation des importations entre 2020 et 2021, de 9,4 TWh. On aurait pu attendre une baisse simultanée des exportations. Or, on constate qu’elles ont augmenté elles aussi, d’une valeur aussi importante, à 9,2 TWh.

L’opinion publique ne comprendrait sans doute pas que le gouvernement lui demande de restreindre fortement sa consommation alors que RTE exporterait de l’électricité. C’est pourquoi j’ai proposé que, dans la situation actuelle de pénurie, ces exportations soient interdites.

Je ne crois pas, en effet, que l’on puisse compter sur le sens du devoir des fournisseurs alternatifs. Comment pourrait-on le leur reprocher ? Ils sont entrés sur ce marché dans le cadre très libéral imposé par Bruxelles pour gagner de l’argent en faisant de la concurrence à EDF, un monopole public supposé inefficace. Un bon nombre d’entre eux sont d’ailleurs des filiales françaises de sociétés étrangères.

On découvre, d’ailleurs, que leur pénétration s’est faite à l’aide d’arguments publicitaires trompeurs. Pour comprendre pourquoi, il faut savoir qu’il n’existe en France qu’un réseau électrique, désormais géré par RTE et Enedis, dans lequel est injectée toute l’électricité produite. Cette injection faite, aucun consommateur ne peut savoir quel type d’électricité il reçoit : les électrons transportés par ce réseau sont totalement indistinguables.

C’est pourquoi annoncer, comme ils font, qu’ils fournissent une électricité 100 % française est déjà inexact. En 2021, la France a importé 7,8 % de l’électricité produite. Chacun en revend donc en moyenne la même proportion. Mais annoncer, comme ils le font presque tous, qu’ils fourniront une électricité verte à 100 % est, pour les mêmes raisons, un mensonge caractérisé. En effet, seule une petite minorité - 23,6 % - des électrons livrés en 2021 étaient d’origine verte – hydraulique, éolien, solaire, bioénergies. Les nouveaux fournisseurs ont donc fait livrer, comme le fournisseur historique. une électricité non verte pour plus des trois quarts.

On peut accepter ce mensonge lorsqu’il est formulé par les quelques nouveaux fournisseurs qui injectent dans le réseau de l’électricité verte – à la condition qu’ils ne fournissent pas davantage de kWh à leurs clients, ce qui demande vérification. En revanche, il s’agit d’une tromperie caractérisée de la part de ceux qui ne produisent rien, c'est-à-dire la plupart d’entre deux. Ils se donnent comme alibi l’achat de certificats dits « garanties d’origine ». Selon moi, cela confirme qu’ils sont conscients de tromper les consommateurs qui sont prêts à faire des efforts pour contribuer à la décarbonation de l’atmosphère.

[1] Le quart de la production nationale d’électricité à partir du nucléaire
[2] https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filiere

Daniel Fédou
Daniel Fédou
Ancien conseiller technique du directeur du Budget, ancien ingénieur général à l'IGEDD (Inspection Générale de l'Environnement et du Développement Durable), Polytechnicien, membre du corps des Ponts et Chaussées.

Vos commentaires

57 commentaires

  1. Cette affaire est tout simplement SCANDA.EUSE.. et laisse supposer que les personnalités politiques dûment informées n’ont pas opposé leur veto en raison.d’avantages personnels qu’ils en ont retirés !!!! (?)

    Honte à nos politiciens et à nos technocrates avertis qui ont accepté la magouille visant à détruire l’indépendance énergétique de notre pays !

  2. Les européens, et particulièrement les français sont les dindons de la farce européenne maastrichtienne. Encore quelques mois et pour la fin de le 2e ère macronienne nous seront bel et bien devenu un pays du tiers monde, sans plus aucune indépendance. Merci les électeurs de Jupiter !

  3. C’est bien joli de transférer de l’énergie d’un bout à l’autre du pays, voir de l’Europe, hélas les pertes en lignes augmentent avec la longueur des lignes à hautes tension, à un moment où on est à 1 ou 2 % près du black-out est-ce bien intelligent ?

  4. Encore une fois, nous qui lisons cela, restons, j’imagine, abasourdis ! alors imaginez tous ceux qui n’ont pas lu ou tous ceux qui ne comprennent pas ! et il y a de quoi ne pas comprendre ! il nous faut nous fédérer pour sauver notre pays, car nous seuls le pouvons ! nous avons voté, mal ! , et alors il faut rectifier le tir car bien sûr, seuls quelques uns vont s’en mettre plein les poches, les allemands notamment, mais pas que (eux ) ! il faut, comme pendant la dernière guerre ( et nous sommes en guerre ) , faire circuler l’info afin que le peuple sauve leur pays ! on peut faire appel à des retraités qui ont plus de temps, pour écrire les textes , les distribuer.. Voulez vous sauver votre pays ou bien continuer à lire derrière votre écran ??

  5. Avec des hauts des bas, depuis Bismarck qui a crée la Teutonie moderne en remplacement du St Empire nous vivons sous le joug allemand lequel est, pour perdurer, obligé de se mettre sous le protectorat des USA empire mondial depuis 1918. Dans tous les cas nous sommes perdants. Le seul pendant à cette affaire serait l’alliance franco-russe mais avec Macron c’et mal parti. Il donne au Ukrainiens ce que nous n’avons pas car nous sommes fauchés et endettés. Ces Ukrainiens ne savent pas qu’ils paieront ultérieurement lorsqu’ils devront acheter américain et que leurs céréales et oléagineux seront commercialisés par les leaders mondiaux en la matière. Tout se paie, notre idiotie aussi. Quant à nous nous achetons de l’électricité chère pour la revendre moins cher, il faut le faire. C’est une euthanasie du pays. Vive Macron !

  6. Elle est pas belle  » l’Union Européenne » ?? Tout n’est qu’argent, business, et intérêts au détriment des peuples. Un microcosme de non élus grassement payés et gobergés imposent les règles les plus aberrantes. Après la PAC qui a restreint notre production agricole, voilà une politique énergétique sidérante pour affaiblir encore la France et la priver de sa souveraineté.

    • Vous avez raison et c’est désespérant.Nous sommes minoritaires puisqu’au fil des ans ce sont les mêmes qui sont réélus.Là aussi ce serait la trouille ?

  7. Monsieur Fédou, nous commençons à savoir comment l’Allemagne étrangle peu à peu la France et détruit ses industries avec l’aide de la commission européenne, du Conseil européen , des diverses institutions dont l’écheveau a été conçu pour ôter toute possibilité de pointer les responsabilités. Tissant leur réseau à l’Est de l’Europe où ils ne manquent pas d’amis intéressés, les allemands ont pu ainsi nous imposer le deutchmark comme monnaie – rebaptisé euro (voir quelle était le rapport euro-deutchmark à la création de la monnaie unique) – Imposer via l’Europe la destruction de nos grandes entreprises nationales dépecées en entités diverses et endettées (EDF, SNCF, GDF, la Poste , etc.). Nous imposer le prix de notre électricité (nucléaire à 90%) à un tarif inacceptable pour tout individu doué d’une cervelle, mais accepté sans broncher par des politiciens qui n’ont plus de français que les papiers et les revenus et avantages divers. Notre pauvre pays est trahi de tous côtés par ces individus qui prétendent vouloir le bien des français et les escoquent en permanence.

  8. Faisons court !
    1) Considérons l’aspect technique de la production nationale initialement exportatrice dont nous savons tous qu’il a été sabordé par des traitres avec le secours de faibles d’esprit !
    2) Considérons l’aspect commercial sur le plan européen, dont nous savons tous qu’il est frelaté jusqu’à la moëlle !
    3) Nous pouvons dès lors considérer qu’il ne s’agit plus que de générer des profits dans les deux sens – importation + exportation – ceci au bénéfice exclusif de profiteurs mondialistes estampillés « Union Européenne », et sur le dos de la France et des Français qui n’ont toujours rien compris au film !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois