La Fédération française des motards en colère organisait, ce week-end, dans plusieurs villes de France, des manifestations contre le contrôle technique (CT) des deux-roues motorisés. Elles font suite à la dernière manche d’un ping-pong juridique qui oppose depuis douze ans la France à l’Union européenne, créatrice de cette exigence. À Toulouse, par exemple, ils étaient 900, sur le périphérique, selon BFM TV. À Lyon, plus de 1.400 manifestants se sont rassemblés place Bellecour.

Depuis 2014, nos différents gouvernements étaient parvenus à retarder la mise en place de cette mesure, plus par crainte du pouvoir de blocage des routes que par opposition sincère.

Mais patatras ! voila que trois associations, dont Paris sans voiture, se sont tournées vers le Conseil d’État qui - fidèle à la doctrine selon laquelle les traités internationaux sont supérieurs aux volontés nationales - n’a pu que leur donner raison. Il a donc récemment annulé l’échelonnement prévu de la date d’entrée en vigueur de cette mesure selon les numéros d'immatriculation : 1er janvier 2023 pour les véhicules immatriculés avant 2016, puis des dates échelonnées entre 2024 et 2026 pour les véhicules immatriculés à partir de 2016. L'obligation devrait donc peser sur tous dans un mois !

Les moyens techniques ne sont évidemment pas prêts, mais cela tombe bien : les contrôleurs sont censés être titulaires du permis motos. Le contrôle technique des deux-roues ne sera au début que « visuel ». Autant dire une bénédiction devant le véhicule...

Le Conseil d’État s’est largement fondé, dans son rapport, sur des considérations environnementales (pollution, bruit) alors que l’objectif premier devrait être la sécurité. On l’a compris, la nouvelle religion écologique est pratique pour justifier tout et n’importe quoi. C’est le couteau suisse du législateur suprême.

Quant à l’intérêt d’un contrôle technique pour les motos, il est permis de s’interroger. Une étude de la Mutuelle des motards (qui assure plus de 300.000 motos) montre que les incidents mécaniques ne sont en cause que dans 0,3 % des accidents de . Quel motard, en effet, serait assez fou pour enfourcher sa bécane avec des pneus lisses ou des freins défectueux ? Alors à quand le contrôle technique des vélos et des patins à roulettes ?

Une illustration de plus de la perte de souveraineté des nations, du « pouvoir des juges » et de l’intrusion permanente de l’Union européenne dans tous les domaines de nos vies quotidiennes. Est-ce vraiment ce que voulaient les six pays fondateurs ?

4825 vues

27 novembre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

37 commentaires

  1. Je ne vois pas pourquoi les motos et autres engins à moteur seraient exonérés du contrôle technique . Y compris les moins de 50 cc . Ces engins sont hyper bruyants et polluants . Le contrôle technique doit insister sur la pollution sonore :. Et s’ils sont contrôlés par la Police , leur engin doit être conforme , sinon : PV ! Non , mais …

  2. Le contrôle technique doit être appliqué à tous les véhicules à moteur, quels qu’ils soient. C’est tout à fait normal de se conformer à des règlementations régissant le code de la sécurité routière. Un bidouillage des moteurs, pots d’échappement plus ou moins libres ou débridés. Tout doit être aligné sur des bases solides.

  3. 20 fois plus de morts par kilomètre parcouru en moto qu’en voiture.
    Quand les motards commenceront à ne plus rouler à 200 sur les départementales, à ne plus doubler sur la ligne jaune, à ne plus trafiquer leurs échappements pour faire hurler leur engin, à se moquer des radars car ils n’ont pas de plaque de police à l’avant, à respecter les riverains au lieu de les effrayer,
    alors on commencera peut-être à les défendre

  4. ils feraient mieux d’entretenir les routes pourries et dangereuses en France.
    Le but ,c’est juste de nous mettre des taxes en plus .
    A la lanterne !

  5. Si l’on commence à énumérer les décisions, lois et réglementations prises sans aucun sens de l’intérêt général mais uniquement destinées au service de la complaisance envers une idéologie brumeuse , on n’a pas fini

  6. Le problème des motos , des vélos , des trotinettes , est que ces gens là circulent en mode compétition , ignorent le code de la route , le piéton à l’impression d’être importun sur les trottoirs …

  7. A quand un contrôle technique sur les vélos , les brouettes et trottinettes …tout est bon nous ponctionner jusqu’à la moelle avec l’appui de cette Europe pour laquelle nous avons voté contre en 2005. Au final voter ne sert à rien car avec une minorité nous avons un gouvernement qui fait comme il le souhaite à grand coup de 49.3.: c’est une dictature déguisée …

  8. Je ne suis pas moi-même motard mais cela ne m’empêche nullement de les soutenir totalement.
    Cela dit, quand je vois le niveau consternant de certaines réponses ici-même, je me dis que Macron et sa clique ont de beaux jours devant eux …

  9. La pollution sonore engendrée par une partie non négligeable des motards est un véritable fléau. C’est non seulement un sujet de sécurité routière mais aussi de santé publique.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter