Les titres vont dans tous dans le même sens : « “L’Émission politique” : quand se débine » (Le Parisien), « Christophe boude le plateau de “L’Émission politique” » (Le Point). Et ils ne sont pas à la gloire du secrétaire d’État et délégué général du parti présidentiel : ce Christophe que l’on voyait si à l’aise devant les journalistes quand il était porte-parole du gouvernement a donc refusé d’aller porter la bonne parole sur le plateau de Léa Salamé pour la dernière de « L’Émission politique ». L’affiche était pourtant belle car il aurait affronté les leaders des trois autres grands partis : Jean-Luc Mélenchon, Laurent Wauquiez et Marine Le Pen.

À vrai dire, on ne comprend pas bien cette dérobade. Surtout quand on a pour modèle un Emmanuel Macron qui ne cherche rien tant que d’aller au-devant des critiques et surtout les plus virulentes. C’est, en effet, une constante de la stratégie du Président que d’avoir systématiquement recherché le dialogue avec ses opposants les plus remontés, en campagne comme au pouvoir : souvenons-nous de ce jeune syndicaliste, durant l’été 2016, mais aussi du débat face à Marine Le Pen dont il avait d’emblée accepté le principe, et plus récemment encore de son grand oral face à Edwy Plenel, dont il est sorti vainqueur. Aller au-devant de ses plus virulents détracteurs, s’imposer à eux, en prenant les Français à témoin, est l’une des plus éclatantes réussites de communication du Président Macron.

On comprend donc difficilement que M. ait refusé l’occasion qui lui était donnée d’affronter ses trois opposants. En digne émule de Jupiter, il aurait été un splendide Horace terrassant successivement ces trois Curiaces lancés à ses trousses.

Et ce, d’autant plus que les trois opposants du moment ne sont pas vraiment des Curiaces impressionnants. Commençons par le plus bas dans les sondages : M. Wauquiez, ou M. 8 %… Comme il aurait été facile de lui opposer la sagesse et la cohérence de MM. Philippe et Le Maire, ses anciens amis, qui appliquent intelligemment le programme économique de la alors que M. Wauquiez sombre dans une critique facile. Quant à M. Mélenchon, il se discrédite tous les jours un peu plus en voyant de l’extrême droite partout quand ce sont zadistes, Black Blocs et autres enragés de SUD Rail qui créent blocages, occupations et violences. D’ailleurs, M. Darmanin a dénoncé la dérive d’extrême droite de M. Mélenchon. Quant à Mme Le Pen, il eût suffi de rappeler le débat d’il y a un an qui la disqualifia.

Non, pas besoin de longues soirées de coaching face à ces trois-là : il suffit de les « extrême-droitiser » et le tour est joué. LREM, c’est ça, c’est tout ce qui n’est pas l’extrême droite ! Or, comme même l’extrême n’a jamais voulu en être, En marche !, c’est tout, c’est vous ! Ce débat à quatre était une nouvelle occasion de recruter encore pour M. Macron. Comment, adepte d’un si courageux Président et face à des opposants si peu consistants, M. a-t-il pu se dérober pour faire cette démonstration d’éclatante lumière jupitérienne : vous ne pouvez pas être avec eux, donc vous êtes En Marche !

Il paraît que, dans l’entourage du Président, on n’aimait pas trop le relatif retrait du Premier ministre ces dernières semaines, qui ne jouait pas assez son rôle de fusible, comme c’est l’usage dans la Ve République. M. Castaner, qui n’a visiblement pas le courage d’un Horace, ne s’est pas trouvé non plus une tête de fusible. Il pourra toujours prétexter un burn out en faisant signer son mot d’excuse à l’Élysée et chez Léa Salamé. En effet, la même bonne presse qui nous apprenait qu’il « se débinait » nous révèle aussi que « l’équipe est au bord du burn out » (Le Parisien), « sur les genoux » devant le « tourbillon » imposé par M. Macron. Une chose est sûre : le storytelling continue et ne connaît pas de burn out, lui.

5 mai 2018

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.