France Soir pose la question cruciale qui taraudait déjà bon nombre d’entre nous. Comment draguer alors que l’objet de la convoitise a le visage aux trois quarts dissimulé par un  ? Pour peu que l’inconnue porte des lunettes de soleil et voilà notre homme en proie au frisson du joueur face à une roulette de casino. « Rien ne va plus », se dit-il. Le bon numéro se cache peut-être derrière ce voile bleuté. Esmeralda ou Cruella. Brrrr. Il lui faut savoir.

Le dragueur ayant réussi à convaincre la belle mystérieuse de venir s’asseoir à une terrasse de café, arrive le moment fatidique… L’heure de la révélation. La jeune ou moins jeune femme va enlever son masque pour porter le verre à ses lèvres… elle retire un élastique… puis le deuxième. L’instant est torride. Le dragueur transpire à grosses gouttes. Dans un geste lascif, la future buveuse de soda laisse tomber le morceau de papier filtrant…

Elle a une bouche ! Un nez. Des joues. Victoire ! Il s’agit d’un être humain. Pas de bec de lièvre, toutes ses dents ou presque, rien ne manque. « C’est curieux, je vous imaginais plus… ou disons moins… » Alors que le conquérant, sûr de son fait, enlève machinalement son masque pour déguster sa bière, celle qui lui fait face pousse un cri d’effroi, se lève et part en courant. Tout est à refaire. Une autre passante, un autre suspense. Sur la plage, peut-être. Avec la distanciation, le lancer de message griffonné sur un bout de papier peut donner quelque résultat. « Je vous imagine jolie, accepteriez-vous de prendre un verre ? » Pliage du papier, lancer. Un coup de vent et c’est la très grosse dame sur la gauche qui reçoit l’invitation. Flattée. « Un verre, pourquoi pas. » Notre ami dragueur, qui n’est pas un mufle, termine donc ses vacances au bras de cette baigneuse, certes charmante, mais en très net surpoids. « Une photo ? Heu… oui, mais pas sur Facebook, d’accord ? »

Le chasseur de supermarché est contraint de se poster à la sortie. Certaines clientes enlèvent leur masque dès la porte franchie. Avec les autres, il loue la beauté du Caddie™. « Vous en avez choisi un vraiment superbe. Vous êtes une femme de goût, je le sens. » Le dragueur expérimenté sait s’adapter à la difficulté de la situation.

Mais n’oublions pas le langage des yeux. Une étincelle dans le regard et le cœur s’enflamme. La suite sera torride. Le découverte du visage, le soir, dans la pénombre d’une chambre d’hôtel. Le reste n’importe plus. L’âme est là tout entière dans la manière de sourire. Les yeux étaient joyeux mais la bouche est triste. L’ensemble est indéfinissable. Une alchimie étrange se dégage de cette personne rencontrée au hasard des vacances. La fin de l’été sent bon l’orage. La foudre et tout ce qui s’ensuit.

À peine sorti de cette torpeur romantique, le dragueur rend les armes. Son cœur de midinette a été mis au jour. Le voilà pour la première fois démasqué.

À lire aussi

Oraison funèbre du maire de Bordeaux pour « l’arbre mort » de Noël

Les obsèques de l'arbre de l'année dernière l'ont plongé dans une profonde tristesse. La v…