Élisabeth Borne présidait, ce lundi 21 novembre, lendemain de la Journée mondiale de l’enfance, un Conseil des ministres des enfants. Vingt galopins âgés de 8 à 12 ans, dont on peut douter qu’ils maîtrisent totalement la division et le passé composé, ont donc été accueillis par le afin d’élaborer des propositions sur l’environnement, l’école, la santé et le handicap, l’accès à la culture et au sport et le numérique. Ils ont pu s’adresser directement aux ministres concernés, puisque Pap Ndiaye (Éducation), Christophe Béchu (Transition écologique), Rima Abdul-Malak (Culture), François Braun (Santé) et Jean- Barrot (Numérique) étaient également présents. Rien que ça.

Dans la famille des gadgets gouvernementaux, je demande le baby-sitting. Si la était un pays en paix, prospère et en pleine croissance, on pourrait imaginer qu’Élisabeth Borne, lasse de se tourner les pouces ou de se vernir les ongles des doigts de pied, cherche quelques activités pour occuper ses journées. Dans une école de l’excellence qui coifferait au poteau au classement PISA tous les autres pays, on pourrait faire perdre leur temps à une vingtaine d’élèves à l'âge des apprentissages fondamentaux. Mais là !

Dans la République de la « com' » et de l’esbroufe, être gentil avec des bambins, faire mine de tous les prendre pour des mini-Greta Thunberg en les écoutant avec componction fait joli dans le décor. Un moment « inspirant et nécessaire », comme disent les recensions littéraires de Elle. Un précédent Conseil des ministres des enfants avait d’ailleurs déjà eu lieu en 2017 avec l’UNICEF. Il s’était déroulé à l’Élysée avec Emmanuel Macron.

Mais entre 8 et 12 ans - ceux qui ont la tranche d’âge chez eux le savent -, que pourraient exprimer des enfants sur des sujets régaliens qui ne leur aurait été soufflé, d’une façon ou d’une autre, par un adulte, en dehors d’une blague Carambar ? N’est-ce pas précisément parce qu’un enfant n’a pas le recul, l’indépendance, l’expérience, la maturité pour analyser par lui-même qu’existe le concept de minorité ? Ce sera un « Conseil des ministres inversé », peut-on lire dans La Croix : « Ce sont eux qui présenteront des projets de réforme à une brochette de ministres. » C’est follement drôle, qu’est-ce qu’on s’amuse. Encore une-idée-disruptive-pour-casser-les-codes.

Ce Conseil des ministres des enfants s’inspire sans doute du Conseil municipal des enfants (CME) imaginé dans les années 70 (on en compte environ 2.000, aujourd'hui). C’est peu ou prou, d’ailleurs, à la même période (1969, dans la foulée de Mai 68) qu’est apparue l’élection du délégué de classe, scrutin qui envoie bien souvent dans les pattes des professeurs des caïds pérorants, parce qu’à cet âge, ce sont ces « qualités » qui s’imposent. Sans que l’école, en France, s’en soit trouvée améliorée d'un iota, bien au contraire.

Car, paradoxalement, alors que l’on porte l’enfant au pinacle, que l’on boit ses paroles comme celles d'un oracle, on le laisse conspuer par les écolos, qui en ont fait un synonyme de pollution, on constitutionnalise l’ qui le menace, via l’IMG, jusqu’à la veille de sa naissance, on le met en danger via une impéritie sécuritaire et migratoire croissante, on fait fi de sa santé mentale via des mesures sanitaires d’enfermement (dont les conséquences pourraient se ressentir durant de nombreuses années, selon un rapport récent de l’UNICEF). On pourrait rajouter, pour rester dans l’actualité, qu’on se moque bien, aussi, qu’il soit arraché à sa famille : car si les mineurs isolés sont bien ce qu’ils disent être, c’est une grande violence de les inciter implicitement à venir chez nous et à quitter les leurs. La Convention internationale des droits de l’enfant, dont on parle si souvent, donne pourtant à tout enfant le droit à une famille.

Mais il est vrai que la famille n’a plus la cote. est le dernier à avoir créé un ministère dédié, « des familles »,  qui était en fait un déprivatif. Son ministère « défamille » a détricoté son objet, ce qui explique peut-être pourquoi il a ensuite disparu.

Aujourd’hui, l’UNICEF réclame d’ailleurs un ministère de l’Enfance, comme si celle-ci était un électron libre sans attache. L’État appelle depuis longtemps de ses vœux un citoyen « né orphelin, resté célibataire et mort sans enfant », comme l’écrivait Ernest Renan. Nous y serons bientôt.

6977 vues

21 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

48 commentaires

  1. Franchement tout ce cinéma n’a pas de sens ! N’y-a-t-il pas assez de problèmes à résoudre en France ? Que ces ministres, au lieu de s’amuser, s’occupent sérieusement des questions relevant du domaine qui leur est confié. D’ailleurs, leur agenda doit être bien vide quand on voit par exemple Beaune débarquer du jour au lendemain dans les Hauts de France parce Xavier Bertrand se plaint de la diminution importante des trains dans sa région ou la venue d’Attal dans le Pas-de-Calais le lendemain matin suite à l’assassinat d’un inspecteur principal du Trésor Public ! Pourtant, vu la situation de notre pays : sécurité, immigration, délinquance, violence… les heures de travail et de réflexion ne devraient pas manquer ! Encore faut-il qu’ils en soient capables car les les Français attendent mais ne voient rien venir !!!

  2. Consternant de stupidité ! C’est de l’esbroufe à l’état pur.
    Il serait en effet beaucoup plus utile à l’avenir de ces enfants et à celui de la France que Mme Borne et M. Pap Ndiaye s’occupent de rétablir la vocation de l’école pour des enfants de cet âge : apprendre d’abord à lire, écrire et compter. Chaque jour démontre les lacunes grandissantes dont souffre notre jeunesse à cet égard.

  3. Lassés de prendre les Français pour des enfants, ils ont donc décidé de s’adresser directement à eux. C’est plus facile et ça râle moins.

    1. Personnellement j’ai un petit-fils âgé de 7 ans. Il n’irait certainement pas jouer les marionnettes avec Borne et ses ministres. Il a bientôt plus de réflexion que ceux qui nous gouvernent !

  4. un « truc » de plus stupide inutile et risible à l’image du Président que reçoit à l’Élysée deux comiques dont j’ignorai l’existence avant cette pitrerie présidentielle, une de plus…..A quand la prochaine ? Sauf que cela ne fait absolument pas rire, au contraire.

  5. Essayons de voir le côté positif des choses. Vu que ce gouvernement considère qu’en modifiant le droit au chômage cela conduira les sans-emploi à accepter le premier travail qui se présentera, alors quand ces ministres seront remerciés, ils pourront offrir leurs services dans les crèches et tous ces établissements en sous effectifs pour assurer la garde des enfants.

    1. Ils n’auront pas besoin de chercher du travail. Ils seront recasés comme notre ancien premier ministre CASTEX (RATP) et bien d’autres. Et de toutes façons ils toucheront leurs indemnités de ministre et de député ou les deux indemnités pour certains. Vu le montant des indemnités ils auront le luxe de ne pas travailler !

  6. Du temps de mes grands parents, les enfants avaient à peine le « droit » de parler à table…
    Maintenant, ils parlent au Conseil des Ministres… ou presque !
    C’est le PROGRES !!

  7. Comme d’habitude vos articles sont frappés au coin du bon sens . On peut même dire que ceci n’est pas un gadget mais une action nuisible quant à l’éducation de nos enfants. D’emblée on « dit » aux enfant :  » vous avez des droits et un budget à dépenser ». Je pense qu’il faudrait leur faire comprendre: « vous avez des devoirs et vous aurez la nécessité de travailler pour subvenir à vos besoins ». (« Tu gagneras ta vie a la sueur de ton front » m’a-t-on enseigné quand j’étais moi-même enfants il y a plus de 50 ans)

  8. Mamie manque de petits-enfants elle les a trouvé et ça m’occupe…. Elle va peut-être faire un conseil avec les 26 évadés de l’ocean viking ? Leurs revendications sont précieuses pour la France surtout lorsque les grands veulent juste jouer au basket…

  9. Désolant et dramatique. Les futurs petits robots sont hélas déjà issus de parents clonés après quarante ans de conditionnement. D’où l’apathie quasi générale face à cette nouvelle mascarade gouvernementale! Le bateau coule, et il n’y a plus guère d’embarcations de sauvetage…Pauvre France massacrée, dont l’élite future risque d’être, par ta faute,aussi navrante que l’actuelle.

  10. « Après une visite du bâtiment, la vingtaine d’enfants présents, issus du réseau d’associations de l’aide à l’enfance, travailleront deux par deux sur cinq grands thèmes. Ils réfléchiront ainsi sur l’environnement, l’école, la santé et le handicap, le numérique, ainsi que l’accès à la culture et au sport. Le but est, avec l’aide d’adultes des associations, qu’ils proposent des idées concernant ces secteurs. »
    Ce ne sont pas n’importe quels enfants…

  11. Choix judicieux de combat politique.
    Le danger majeur de cette manœuvre de manipulation de l’enfance, c’est le formatage des jeunes esprits afin de façonner les générations montantes dans le sens de la doxa « politiquement correcte » !
    C’est d’une efficacité redoutable. Les enfants sont durablement influencés.
    Les parents qui acceptent de rentrer dans ce jeu en connaissance de cause portent une responsabilité énorme. En agissant ainsi, ils font en quelque sorte l’oblation de la personnalité de leurs enfants à la « pensée unique » comme certaines familles font l’oblation des leurs au milieu sectaire qui les tient sous influence.
    C’est aussi pourquoi certains (et certaines) sociologues aux idées avancées militent pour une éducation des enfants dans l’abstraction obligatoire de leur milieu familial.
    Nous avons, jusqu’ici, sous-estimé leur nuisance.

  12. Madame Borne ferait mieux de veiller à ce que les parents de ces enfants ne soient pas ponctionnés sur leur budget, par un coût du carburant et de l’énergie prohibitifs. Le prix d’un carburant lié à la spéculation de ceux qui profitent des guerres, pour engranger les bénéfices , Ce que l’on appelle pudiquement le pragmatisme . Le prix du carburant dont la plus grande partie est constituée de taxes dont l’état pourrait moduler le montant en cette période de guerre larvée . Le prix du carburant lié à ce bras de fer entre l’OTAN et les Russes, auquel madame Borne veut absolument apporter sa contribution, UE oblige . C’est dans ces secteurs que madame Borne devrait faire valoir ses compétences . Madame Borne préfère chausser ses gros sabots dans une opération de com à deux balles, liée aux fêtes de Noël, où il est bon de faire croire que l’on se soucis du bien-être des enfants .

    1. On aurait pu s’attendre à une réaction massive des parents, que nenni! Comme dit l’autre: « on est mal barrés »!

  13. La macronie n’est pas à cours d’arguties pour faire consacrer son idéologie.
    Avoir recours aux enfants en osant les « dématérialiser », c’est tout simplement honteux et indigne d’un gouvernement, même si celui-ci est à l’agonie.
    PAUVRE FRANCE ! ! !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter