Il y a parfois des nouvelles qui nous changent agréablement de notre morne quotidien. Une au hasard : le sacre de Bergheim, qui a été élu village préféré des Français, cru 2022. À propos de cru, cette bourgade alsacienne de deux mille âmes est cerclée de vignobles. L’année précédente, c’est le village de Sancerre, dans le Cher, qui avait été distingué. Pas de jaloux ! Les amateurs de vin blanc seront contents. Ça s’arrose…

Bergheim est une cité médiévale, l’occasion de constater qu’en ces temps d’obscurantisme présumé, on savait construire solide et joli. Soit tout le contraire, pour ne citer que ce seul exemple, de Charles-Édouard Jeanneret-Gris, dit Le Corbusier, un de ces architectes déments qui semblait éprouver une sorte de haine pathologique de tout ce qui pouvait ressembler, de loin comme de près, à une quelconque forme de beauté.

La preuve en est que les riches d’aujourd’hui dépensent un pognon de dingue, comme dirait l’autre, pour habiter les maisons des pauvres d’hier. À croire qu’entre-temps un truc se soit manifestement perdu dans la transmission. Cela n’a peut-être pas échappé à madame le maire, Élisabeth Schneider, qui, devant l’excellent Stéphane Bern et sous un tilleul millénaire, a déclaré : « Je suis très émue. C’est une grande fierté de recevoir ce prix. » L’histoire ne dit pas si cette dame est écologiste.

On parie pourtant qu’elle doit l’être tout autant, si ce n’est plus, que sa consœur Anne Hidalgo dont la ville, elle, devrait être durablement épargnée par de tels honneurs. En effet, on apprend dans Le Parisien de ce 30 juin que la capitale cèlerait un autre trésor, un de ceux que l’on visite plus par obligation que par passion des beaux-arts : ces 9.496 chantiers en cours et dont l’achèvement semble par ailleurs avancer à la vitesse d’une moule au galop. Car, généralement, sur un chantier, il y a des pelleteuses et des ouvriers. Pas à Paris. De deux choses l’une : on n’y embauche que des fantômes et des hommes invisibles – c’est un concept – ou il s’agit d’installations ici installées parce qu’il n’y a plus de place à Beaubourg pour les exposer.

Pour sa défense, Jacques Baudrier, adjoint à la et chargé des travaux, explique : « On anticipe le changement climatique. Ça veut dire plus de pistes cyclables, de piétonnisation, beaucoup plus d’arbres. » C’est sûr que vu sous cet angle…

À propos d’angle, ce n’est évidemment pas celui de Rachida Dati, la pétulante maire du VIIe arrondissement : « Je dénonce l’anarchie de l’espace public à Paris. En mars, c’est plus de 4 % de la voirie qui était occupée par les chantiers. Cela représente un million de mètres carrés. […] Se déplacer à est devenu un enfer. »

En attendant, après avoir brillé de la façon qu’on sait lors de la finale de la Ligue des champions au Stade de France, on sent les autorités au taquet pour les Jeux olympiques de 2024. Zigzaguer entre les plots de béton tout en évitant les rats, les trottinettes à réaction, les livreurs de sushis à vélo et en tentant d’échapper aux pickpockets pourraient donc bientôt devenir une discipline à part entière. Bref, on l’aura compris, Bergheim n’est pas Paris. Pour son plus grand bonheur, au demeurant.

5043 vues

1 juillet 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

20 commentaires

  1. Grâce au 152ème RI de Colmar, j’ai pu découvrir cette magnifique région. Tout le monde n’a pas la chance d’être né à Breuchwickersheim ou à Niedershchaeffolsheim ou à Schwindratzheim. Pour bien prononcer l’alsacien, il faut hacher de la paille!

  2. je propose à Mme Hidalgo ,qui semble apprécier le renouveau , des avant-jeux olympiques , dans lesquels participent les Parisiens , avec surtout une nouvelle épreuve sportive .. »le slalom piéton  » entre les trottinettes , vélos et travaux …félicitation à Bergheim qui mérite ce titre , les autres aussi , mais il fallait un vainqueur ..

  3. Puis-je suggérer que les constructions « du Moyen Âge » n’ont presque pas pu survivre,les maisons ainsi désignées remontant rarement au-delà de 1700 ?

  4. Pic de la Mirandole rêvait de « mettre Paris à la campagne », Hidalgo veut faire l’inverse : « La Campagne à Paris ». ! Mais une « Campagne » hyper bétonnée…
    Des vélos pour les Jeunes, pas de bagnoles pour les Vieux… Interdictions partout.
    Et comme Macron, elle a été réélue !

  5.  » Le Corbusier, un de ces architectes déments qui semblait éprouver une sorte de haine pathologique de tout ce qui pouvait ressembler, de loin comme de près, à une quelconque forme de beauté. » Vérité vraie, mais vous prenez un sacré risque en vous attaquant frontalement à un phare du stalinisme triomphant!

    1. Il n’y a qu’à voir la chapelle de Ronchamp, imaginée par le même Corbusier, qui ressemble beaucoup plus à une salle des fêtes qu’à une chapelle. Une horreur.

    2. Partageant l’opinion; j’estime que nous avons le droit et même le devoir de penser et dire que nous n’aimons pas.

  6. Il est parfaitement évident qu’au moins les 3/4 des chantiers parisiens sont bidons. Ce ne sont que des palissades qui amputent une voie de circulation pour créer délibérément des embouteillages, et décourager à la longue les banlieusards (et les provinciaux) de se rendre à Paris en voiture. C’est très clair pour tout le monde…

  7. Je suis heureux de saluer mon homonyme et de confirmer la beauté de ce village Alsacien que connaissent bien mes petit-enfants (et arrière petits enfants) établis à Strasbourg et Kinzheim.

  8. L’Alsace, ça n’est pas vraiment la France car les alsaciens ont toujours fait en sorte de cultiver l’authenticité et la beauté de leur région, contrairement à d’autres. Hélas, avec l’ invasion des mosquées poussant comme des champignons, les alsaciens ont bien du souci à se faire. Espérons que la beauté des villages d’Alsace ne devienne pas qu’un joli souvenir.

    1. En Alsace il existe encore l’amour du propre, du beau et du bien fait. Je souhaite beaucoup de plaisir à tous ceux qui tenteraient, dans nos villages, de noircir ce savoir vivre.

  9. Merci à ce village de nous donner l’occasion d’être fier de la beauté de la France. Et à tous ceux qui ont voté, comme je l’aurais fait, pour ce fleuron alsacien…A contre-courant de la déconstruction systématique de notre pays !

  10. Je suis d’accord se déplacer à Paris est devenu un enfer y compris pour les piétons ….

  11.  » Zigzaguer entre les plots de béton tout en évitant les rats, les trottinettes à réaction, les livreurs de sushis à vélo et en tentant d’échapper aux pickpockets pourrait donc bientôt devenir une discipline à part entière  » !

    Dame Hidalgo a encore le temps de faire inscrire aux JO de 2024 cette toute nouvelle discipline : Ziguezaguer …. etc. … Gageons que les parisiens décrocheraient l’or haut la main.

    1. zigzaguer entre les représentants de la « diversité » en baissant les yeux et en rasant les murs. Tel est le destin des francais historiques . Tant pis pour eux, il fallait aller voter RN.

  12. On a les prix que l’on mérite, Paris pourrait recevoir celui de la ville la plus rebutante à l’image de l’innénarable Anne Hidalgo, son vénérable maire.

  13. Quatrième village alsacien élu plus beaux villages de France depuis le début de ce concours : trois dans le Haut-Rhin et un dans le Bas-Rhin .Trop belle l’Alsace .Et pourtant certains osent dénaturé ces magnifiques paysages avec la construction de mosquées qui dénaturent certains sites .Nous n’accordons plus aucune crédibilité aux bâtiments de France qui permettent cela .Honte à eux ,ces gens ne méritent plus d’être payé pour faire ainsi n’importe quoi.

  14. J’ai, il y a 3ans, passé 1 journée à Bergheim. Excellent resto arrosé d’un Pinot gris (ex-Tokay) local super et suivi d’une ballade au milieu des vignes.
    Choix mérité pour ce village ! Bravo !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter