Editoriaux - Justice - Politique - 28 juillet 2018

Benalla fait le beau sur TF1, mais omet de mentionner qu’il pourrait être récidiviste

La prestation d’Alexandre Benalla, vendredi soir, au journal de 20 heures de TF1, nous a fait comprendre pourquoi Emmanuel Macron lui porte tant d’affection. Ce n’est pas le soudard casqué qui opérait, le 1er mai, place de la Contrescarpe, mais un jeune homme aux apparences soignées, éloquent et sûr de lui, débitant ses vérités. Il y a, en lui, quelque chose de son maître, un brin d’arrogance et d’ironie, l’autosatisfaction de l’avoir bien servi et, en même temps, le regret de l’avoir mis dans le pétrin. Manifestement, c’est, dans son domaine, un « premier de cordée ».

Il a dû bien préparer son entrevue, enregistrée dans la matinée. Pas la moindre hésitation, l’assurance de l’innocence, une bonne mémoire aussi, car il emploie les mêmes mots que son maître. Il corrobore en tous points la version de son ex-patron, auquel la presse et les politiciens cherchent méchamment des poux. À l’entendre, on lui donnerait le bon Dieu sans confession.

Benalla reconnaît que l’incident de la Contrescarpe est “une forme de trahison” (les termes utilisés par Macron), une “faute”, “une grosse bêtise”, mais ne considère pas avoir commis “d’actes répréhensibles” : il a eu simplement “une réaction de citoyen”. Trois CRS bien équipés n’arrivaient pas à maîtriser un homme : il est donc venu naturellement à leur aide. Le portable qui l’a filmé doit être de mauvaise foi : il nie avoir porté des coups, reconnaît quelques gestes “vigoureux”, c’est tout ! Il a “mal vécu” sa sanction, qu’il a ressentie comme une “humiliation”.

On apprend aussi qu’il a obtenu, le plus légalement du monde, une arme qu’il ne portait que pour les déplacements privés du Président, que c’est un officier de la préfecture qui l’a invité à être « observateur » ce jour-là et qu’il a “répondu favorablement” à cette aimable invitation. De même, pour les images de vidéosurveillance montrant des manifestants jeter des objets contre les CRS, c’est un officier de qui lui en a parlé : il n’a pas osé les refuser, d’autant plus qu’il était concerné. “Je ne demande pas à ce qu’on me la fournisse, mais je ne dis pas non.” Reprenant les mots de son avocat, il trouve “injuste” qu’on ait voulu atteindre le président de la République à travers lui, que “c’est une affaire d’été”, pas “une affaire d’État”.

Il a réponse à tout, n’est jamais dans l’embarras. Comment ne pas penser qu’il est innocent ? Il a fait son devoir et devrait être montré comme un exemple de civisme. Malheureusement, Libération a diffusé, avant le journal de 20 heures, la vidéo d’un autre acte de bravoure qui s’est produit, le 1er mai, trois heures avant l’épisode de la Contrescarpe : on y voit Alexandre Benalla, Vincent Crase et un major de police, censé les encadrer, procéder à des interpellations, trois heures avant, au Jardin des plantes. Curieusement, la scène filmée sur le portable d’une jeune femme a été effacée (avait-on quelque chose à cacher ?), mais on a pu la récupérer sur la carte-mémoire.

On ne sait pas encore si cette nouvelle révélation va relancer l’enquête. En tout cas, elle relance les interrogations sur le pauvre Benalla qui, apparemment, n’en était pas à ses premiers travaux pratiques. Serait-ce un récidiviste ? Cette vidéo n’étant pas encore publique au moment de l’enregistrement de l’émission, notre héros ne l’a pas évoquée dans son entretien. Il continue d’avoir une haute idée de lui-même. Il estime qu’Emmanuel Macron n’a pas eu tort de l’engager : “J’ai été dévoué, je n’ai jamais compté mes heures”, précise-t-il. C’est sans doute vrai : il fait le portrait d’un homme de main ou d’un larbin de qualité. On n’est jamais si bien évalué que par soi-même !

À lire aussi

Union des droites : Salvini montre l’exemple à la France 

N'y a-t-il pas des points communs entre le Rassemblement national, Debout la France, le Pa…