À l’arrivée d’Alexandre Benalla, les gardiens de la prison de la ont ouvert les bras et se sont exclamés : « Depuis le temps qu’on vous attendait ! On a cru que vous vous étiez perdu dans le métro. » Après lui avoir passé un collier de fleurs autour du cou, comme le veut la coutume instaurée par , un membre du personnel a conduit le nouveau prévenu à sa cellule entièrement rénovée, à l’image de l’ensemble du bâtiment qui a rouvert en janvier 2019, après quatre années de travaux.

9 m², frigo, douche, télé, plaque à gaz, téléphone fixe… Le guide des Gites de France n’avait pas menti. L’endroit était sobre mais bien agencé (2 épis). Sitôt installé, le locataire s’est empressé d’accrocher au mur une photo de , sur laquelle il a planté quelques aiguilles pour se détendre. Contrairement à l’intuition des gardiens, le prisonnier n’a pas souhaité s’inscrire à l’atelier couture de la prison.

Aux esprits chagrins qui critiquaient des conditions de détention trop confortables, le directeur a mis en avant les mesures très dures qui attendaient le prisonnier : téléphone placé sur écoute et limité aux correspondants autorisés par le juge. À cette contrainte vient s’ajouter le paiement des communications ! À ce sujet, Nicole Belloubet s’est montrée intraitable. Il est hors de question de faire grâce au détenu d’une facture de 3,50 €. En apprenant la nouvelle, a fondu en larmes. Par ailleurs, un système de brouillage empêche toute utilisation d’un téléphone portable. « Ah non, c’est est trop », s’est écrié le nouvel arrivant, au comble de la dépression.

Afin de prévenir tout geste fatal, la cellule qui abrite l’idole de Mediapart est située dans le QPV, le quartier des personnes vulnérables. Ex-quartier VIP qui abrita, naguère, Bernard Tapie, Jacques Mesrine, Carlos, et bien d’autres personnalités dont la présence faillit décider le magazine Voici à venir installer son siège dans l’aile du bâtiment.

Pour éviter tout contact avec Vincent Crase, mis en examen dans les violences du 1er mai, celui-ci a été incarcéré à Bois-d’Arcy. Prison moins glamour que la Santé (0 épi).

Après s’être assurés que le prévenu Benalla ne mettrait pas fin à ses jours en se tapant sur la tête avec un barreau du lit, les gardiens sont allés décorer le hall d’accueil avec des guirlandes et des lampions en vue des arrivées suivantes. La prison nouvellement remise en service, qui ne compte pour l’instant que 359 pensionnaires pour 739 places, devrait atteindre un effectif de 1.200 d’ici la fin de l’année. Pour parvenir à ce résultat, la direction a placé tous ses espoirs en lisant les meilleures pages du rapport Bas.

En attendant, le vaguemestre de la célébrissime taule a expédié ce petit courrier : « Bien arrivé à la Santé. J’attends vos directives pour les tours de promenade. En marche dans quel sens ? Signé : votre dévoué Alexandre. » La carte postale est en cours d’acheminement.

22 février 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.