« Très heureux d’entendre s’engager clairement à mettre en œuvre une loi sur le droit de mourir dans la dignité. » À l’instar de Jean-Luc Romero-Michel, président d’honneur de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), les militants pro-euthanasie se réjouissent des récentes déclarations du chef de l’État au sujet de la fin de vie.

Le président de la République, à l’occasion de la remise de la grand-croix de la Légion d’honneur à Line Renaud, assurait : « Votre combat pour le droit de mourir dans la dignité vous ressemble et nous oblige. Dicté par la bonté, l’exigence et cette intuition unique que c’est le moment de faire, alors nous ferons. » Loin de refléter la seule volonté d’Emmanuel Macron, cette déclaration est le résultat d’une offensive adroitement menée par les militants pro-euthanasie.

L’intense lobbying pro-euthanasie

Offensive médiatique, tout d’abord. En première ligne, Line Renaud, 94 ans, comédienne populaire et marraine de l’ADMD, mène la bataille. Chacune de ses interventions est l’occasion, pour l’ancienne vedette du music-hall, d’aborder la question de la fin de vie. Au mois d’avril 2021, alors qu’une proposition de loi sur la fin de vie est débattue à l’Assemblée, elle participe à l’émission « Envoyé spécial » et déclare : « Quand il n'y a plus de qualité de vie, mais de la souffrance à la place, on aide à partir. » Six mois plus tard, alors que le texte de loi n’a pu être adopté, la comédienne se rend au palais Bourbon et rameute les caméras. « Ayant vécu libre et digne, je ne peux pas m'imaginer mourir enchaînée et contrainte. Si notre vie nous appartient, il doit en être de même pour notre mort », déclare-t-elle. Plus récemment, dans les colonnes du Journal du dimanche, la comédienne déclarait : « Il est temps de légaliser l’aide active à mourir. » Fidèle à la rhétorique des militants pro-euthanasie, Line ne manque pas de jouer sur la corde sensible. « Pourquoi endurer une cruelle agonie quand la peut nous délivrer d’une vie qui n’est plus qu’une source douloureuse sans espoir de guérison ? » écrit-elle. À ses côtés, les militants de l’ADMD ne manquent pas de médiatiser des drames personnels pour faire avancer leur cause. Jacqueline Jencquel, Anne Bert, Chantal Sébire sont autant de cas de volontés d’euthanasie qu’une certaine presse se délecte à raconter. « Leur stratégie est de parler du sujet de façon émotionnelle et personnelle sans prendre en compte la complexité de la fin de vie », dénonce Caroline Roux, directrice adjointe d’Alliance VITA contactée par Boulevard Voltaire.

Offensive politique, ensuite. Ces militants, outre l’appui des médias, peuvent compter sur l’appui de certains parlementaires pour faire avancer leurs idées. Au micro de , Yaël Braun-Pivet (LREM), présidente de l’Assemblée nationale, déclarait : « Il ne faut pas hésiter à ouvrir ce dossier. Il est important que nous avancions vite sur ce sujet. »<

Des propos qu’elle réitérait, le soir même, sur le plateau de « Quotidien ». À ses côtés, Olivier Falorni, député divers gauche, auteur d’une loi « visant à affirmer le libre choix de la fin de vie » sous la précédente législature, est « prêt à s’engager plus que jamais » sur ce sujet. Pour parvenir à leurs fins, ces parlementaires n’hésitent pas à mettre la pression sur l’exécutif. Dans la tribune qu’il signe avec Line dans les pages du JDD, Olivier Falorni appelle le à inscrire l’aide active à mourir à l’agenda politique « ici et maintenant ». Une aubaine pour la majorité qui peut ainsi détourner l’attention des problèmes actuels.

Face à cette puissante offensive, les opposants à la légalisation de l’euthanasie n’abandonnent pas le combat. « Il n’y a pas de fatalité. L’interdit de tuer doit rester le socle de notre société », explique Caroline Roux, membre d’Alliance VITA. Pour peser dans la bataille, l’association reste « mobilisée auprès des élus et des Français. Nous sommes déterminés à nous faire entendre dans la rue si nécessaire. » Plutôt qu'un droit à mourir dans la dignité, ces opposants réclament un développement des soins palliatifs pour que chacun puisse vivre dans la dignité.

6628 vues

6 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

61 commentaires

  1. Le terme « euthanasie » est particulièrement ambigu. A dessin ?
    Euthanasier, c’est donner la mort. Et trop souvent, par le passé, cela a été fait pour des raisons pour le moins contestables (racisme, eugénisme…), ce qui fait évidemment craindre d’autres abus, pour les mêmes motifs ou d’autres tout aussi peu reluisants (héritage par exemple).
    Ce que demandent l’ADMD (que je n’aime pas !), mais aussi d’autres associations, comme Le Choix, c’est le droit pour chacun de décider librement de sa fin de vie, et la possibilité d’une aide à mourir, le cas échéant, et après qu’on se soit assuré que c’est une décision mûrement réfléchie – comme cela se pratique en Belgique ou en Suisse.

  2. Elle a tant d’ amis cette artiste Line Renaud …
    Le plus «étrange » restera bien sûr Pierre Bergé !!
    Drôle de fratrie que la sienne !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter