Accueil Editoriaux Balkany perd le soutien de Jean-Jacques Goldman
Editoriaux - Histoire - Musique - 14 mars 2014

Balkany perd le soutien de Jean-Jacques Goldman

Comme Joris Karl nous l’expliquait dans son article d’hier, la sensibilité exacerbée des artistes de la troupe des Enfoirés ne leur permet pas d’articuler « qu’un sang impur abreuve nos sillons » lors de leur interprétation de La Marseillaise. Face aux risques d’évanouissement et faute d’une équipe d’urgentistes prête à bondir aux premiers signes de faiblesse, le cuisinier s’en fut touiller la mixture afin d’obtenir un ragoût plus digeste. Et le « sang impur » de devenir « à toute allure »… Catastrophe sanitaire évitée de justesse, ambulances décommandées… Happy end.

Dans un autre registre humanitaire, les supporters de Patrick Balkany avaient trouvé judicieux d’élever un hymne à leur gourou en utilisant une chanson du même Jean-Jacques Goldman : “Tu es de ma famille”. Que ne ferait-on pas pour obtenir une bonne planque à la mairie (ou la conserver…) ?

Là encore, transformation de paroles… que la pudeur nous interdit de reproduire ici. Sachez qu’à l’écoute de la mélopée, le pape François a songé un instant à canoniser le maire de Levallois. C’est dire si les fans n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère…

Entendant sa composition livrée aux mains des balkanisés, le sang de Jean-Jacques Goldman ne fit qu’un tour. Avocat, demande de retrait du clip au prétexte que… tenons-nous bien : les paroles ne sont plus les mêmes ! Il va de soi qu’avec un texte conforme à l’original, Jean-Jacques Goldman se serait fait un plaisir de venir en personne accompagner l’équipe de campagne à la guitare. Voire à l’harmonium, compte tenu de l’aspect religieux du chant.

Moins fair-play que Rouget de Lisle qui, jusqu’ici, n’a entamé aucune procédure pour détournement de chanson, le patron des Enfoirés ne rigole pas du tout avec les versions originales, surtout lorsqu’il s’agit des siennes. Qu’il s’agisse d’un candidat UMP est totalement hors sujet, bien entendu. Nous parlons art, poésie, respect des mots, drapage dans dignité de créateur…

Tant d’efforts pour rien, diront les adeptes du Gandhi de Levallois. Allons, allons, pas de défaitisme… Le texte ne mentionnant à aucun moment le patronyme du saint homme, la chanson est donc recyclable. Des candidats d’autres communes peuvent d’ores et déjà s’inscrire pour réclamer une copie de l’œuvre. La mention de la ville de Levallois dans un couplet peut aisément être remplacée par Échirolles, Sarreguemines ou Bois-Colombes. Candidat PS de préférence… Histoire de vérifier que Jean-Jacques Goldman ne mérite pas le titre de grand tartuffe de la chanson française.

À lire aussi

Chazal, Jarre, Bern, etc. Ministère de la Culture : tout peut arriver

Le poste de ministre de la Culture émoustille la presse cancanière. …