n'ira pas aux de . Nicolas Sarkozy et François Hollande, qui l'ont connu quand ils gouvernaient la France, n'iront pas non plus. C'est , en sa qualité (on imagine) de ministre de l'Intérieur et des Cultes, comme le veut la formule consacrée, qui va s'y coller. Calmez-vous, Très Saint Père, ça va bien se passer. Les monsignori le prendront pour l'un des employés des pompes funèbres, avec sa mine de circonstance et son costard d'agent immobilier. Il dira un ou deux mots sur ce que cela représente, que de voir un pape mourir, enfin, « pour les catholiques », comme il a toujours soin de le préciser. Envoyer un sous-fifre, fût-il premier flic de France, est-ce bien raisonnable ? Macron a peut-être passé un coup de fil à pape François, qui se trouve entre Pap Ndiaye et Pape Diouf dans son répertoire téléphonique. Il lui a expliqué, avec tout le respect qu'il a pour la fonction pontificale. « Ouais, Paco, c'est Manu. Je te dérange deux secondes... Voilà, je ne pourrai pas être aux de ton collègue... enfin, de ton prédécesseur... oui, du pape émérite, voilà. Je t'envoie un gars digne de confiance, un de mes poulains. Un super type. Oui. Moi aussi. À plus. »

Bien sûr, n'était plus vraiment un chef d'État, puisqu'il avait démissionné en 2013. Alors, pourquoi envoyer un chef d'État ? Et puis, de toutes façons, le Vatican, est-ce vraiment un État ? Minuscule, entièrement catholique, avec un taux de fécondité proche de celui du Japon... Tiens, parlons-en, au fait, du Japon : pour les funérailles de Shinzō Abe, ancien Premier ministre, assassiné en juillet dernier, Macron avait envoyé Sarkozy. Ça faisait le job. Inversement, si l'on regarde ce qu'ont fait nos amis pour les funérailles de Jacques Chirac, les Américains, par exemple, avaient envoyé Clinton. Ça me semble être le bon niveau pour un État que l'on apprécie sans vraiment le respecter, comme la Macronie avec le Vatican ou les États-Unis avec la France.

Alors, pourquoi Darmanin et pas Sarkozy ou Hollande ? Hollande, pour des raisons qui semblent évidentes mais qui ne sont peut-être pas les seules : la triste vision sous-préfectorale, en guise de représentant de la France, du Président le moins charismatique du XXe siècle (Albert Lebrun compris) ferait encore plus de mal que d'habitude à la France, qui n'a pas besoin de ça. Sarkozy, avec l'âge, aurait fait le boulot. Il n'aurait pas emmené Bigard, cette fois. Il aurait dit ce qu'il fallait. On aurait eu une sorte d'affection presque filiale pour sa démarche élastique, son visage mangé de tics, sa vanité méridionale (comme dit à peu près Barack Obama dans ses Mémoires).

Bon, tout ça nous montre le cas que la République française, qui a volé les vêtements de la fille aînée de l'Église, fait de son histoire commune avec la chrétienté. Mais consolons-nous un peu : ça aurait pu être Christophe Castaner, ministre émérite de l'Intérieur...

6321 vues

4 janvier 2023

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

36 commentaires

  1. Macron préfère aller à la grande mosquée de Paris quand il est « invité » ; ça en dit long ! Le cuistre ne veut pas froisser les musulmans en (de) FRANCE en allant aux obsèques de Benoit XVI .
    Voltaire a dit :  » La politique est le moyen pour des hommes sans principe de diriger des hommes sans mémoire  » . Bon , maintenant c’est peut-être mieux ainsi , parce que quand on observe comment il a été ridicule et ridiculisé la FRANCE pendant le « mondial  » a gesticuler dans tout les sens , il vaut mieux qu’il reste dans son terrier .

  2. Il est vrai que Benoît XVI n’était plus chef de l’Etat du Vatican ,ni de l’Eglise Catholique Romaine,de ce fait les Chefs d’Etats n’étaient pas tenus d’assister à ses funérailles,mais je tiens en trop haute estime Joseph Ratzinger pour être mécontent d’une si piètre représentation de notre pays !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter