« Aucune ville n’est aidée comme Marseille », rappelle Emmanuel Macron

Capture d’écran (2818)

Le Président est retourné pousser la chansonnette à Marseille. La deuxième ville de France est devenue le laboratoire d’idées macroniste, la vitrine de celui qui n’a jamais caché son amour de l’équipe de football de Marseille.

Deux ans après sa dernière visite, dans une cité phocéenne claquemurée et aux rues désertes, Emmanuel Macron est venu lancer la deuxième phase du plan « Marseille en grand ». Un investissement de 5 milliards d’euros est censé sortir la ville de l’eau. Contacté par BV, le sénateur (Reconquête) de Marseille Stéphane Ravier ne mâche pas ses mots : « Emmanuel Macron a toujours lié le succès de Marseille à celui de la France. Vu l’état de la première, je m’inquiète fortement pour la seconde. » Loin du raout autour du président de la République, c’est dans le XIIIe arrondissement marseillais que Stéphane Ravier s’est rendu. « Sur le terrain et auprès des oubliés de la politique de la ville », rappelle l’ancien candidat à l’élection municipale.

« Je suis sûr qu’il y a dix offres d’emploi »

Macron a fait du Macron. À une personne l’interpellant au sujet de la situation professionnelle de son fils au chômage, le Président a rétorqué : « Je fais le tour du Vieux-Port ce soir avec vous, je suis sûr qu’il y a dix offres d’emploi. » Comme un petit air de déjà-vu. De quoi, en tout cas, faire bondir les oppositions. Ainsi, le Premier secrétaire du PS Olivier Faure a réagi : « Ce que dit Macron n’est pas faux. La dernière fois, même sans faire le tour, il a nommé son ancien ministre de l’Intérieur président du grand port maritime de Marseille… », a tweeté le socialiste, en référence à la nomination par Emmanuel Macron de Christophe Castaner.

Immigration : le tabou marseillais 

De l’aveu même de Gérald Darmanin, 55 % des délinquants interpellés à Marseille sont étrangers. Le berceau de l’association SOS Méditerranée a d’ailleurs fait l’objet, samedi, d’une action des militants de Défendre Marseille.

La jeune association identitaire a déployé une gigantesque banderole du haut d’un immeuble surplombant un concert, dont les bénéfices seront reversés à l’association humanitaire pour les uns, passeurs de migrants pour les autres. Sur la banderole, un mot simple : « Qu’ils retournent en Afrique », en hommage à la saillie du député RN Grégoire de Fournas visant, justement, le bateau Ocean Viking de SOS Méditerranée. Cette opération a occasionné à ses auteurs les traditionnelles 24 heures de garde à vue… prolongées de 24 heures supplémentaires ! Une décision surprenante. Car la prolongation de 24 heures est généralement réservée aux cas graves, en tout cas lorsque subsistent de véritables risques de troubles immédiats. Une décision du parquet que dénonce Stéphane Ravier. Le sénateur Reconquête a usé de son droit de parlementaire pour aller visiter les militants au commissariat : « Ces cinq jeunes qui n’ont fait de mal à personne se retrouvent en Garde à vue prolongée comme s’il s’agissait de criminels », réagit le soutien d’Éric Zemmour, patron du parti Marseille d’abord, avant de conclure ironiquement : « La justice sait se montrer impliquée sur certains cas précis... »

La virée d’Emmanuel Macron devait se tenir dans le quartier de la Busserine, le président devait échanger avec des habitants. Rien de neuf dans une ville au bilan mitigé. « 25 % des Marseillais sous le seuil de pauvreté, augmentation de la taxe foncière et 23 règlements de comptes mortels dans l’année… Et on n’est qu’au mois de juin », rappelle Ravier. Pas de quoi pavoiser, en effet... D'autant que... « Aucune ville n'est aidée comme Marseille », a rappelé Emmanuel Macron sur place. Malgré un accompagnement privilégié, malgré les milliards investis, la criminalité gangrène les rues d’une ville qui ressemble de moins en moins à une fresque de Pagnol. C’est peut-être pour cela que Benoît Payan en veut à l’héritage de l’écrivain provençal. Si Marseille est notre avenir, pas de quoi danser l’Arlésienne.

Marc Eynaud
Marc Eynaud
Journaliste à BV

Vos commentaires

34 commentaires

  1. « Aides toi, le Ciel t’aidera »….Ils et elles n’ont pas du l’apprendre, ça ne doit pas faire partie de leur Religion….Donc Macron peut envoyer tous les milliards qu’il veut, ils ne changeront pas….Et de plus comme ils vont être encore plus nombreux, nous disent les experts, ça ne s’arrangera pas….Les caméras n’anticipent pas les agressions, vols, viols, égorgements…Mais encore plus de face à face Police et délinquants….

  2. Quel comédien et beau parleur le Président de la République bananière. Non Monsieur Macron Marseille n’est pas une scène de théatre

  3. Les banquiers ne sont pas faits pour être des chefs d’Etat. Ils n’ont pas le sens de l’État, seulement celui de l’argent qu’ils dépensent sans compter. L’argent comme seul bréviaire, et unique réponse à tout. Pathétique et dramatique !

  4. Le seul véritable problème de Marseille, c’est son immigration sur ces 40 dernières années.
    Tous le reste n’en est que la conséquence.

  5. Je ne sais pas si Marseille est Aidée, mais nous avec Macron , on est pas « Aidé « ….
    C’est la loi martiale qui faut instaurer dans certains quartiers , militaires et policiers en  » binôme » et H 24., tout le reste c’est du baratin.

  6. Marseille, avec sa classe de politiciens et d’affairistes sans doute les plus corrompus de France. Qu’on se rassure, le pognon de dingue n’est pas perdu pour tout le monde…

  7. Un gaspillage de l’argent public, comme d’habitude. Les voyous doivent se marrer, à défaut de trembler de peur.

  8. Ça y est, une fois de plus l’éolienne s’est mise en route, brasse de l’air et macronne…Le prochain cadeau à faire à notre Président est …un miroir afin qu’il se voit telle qu’il est et non pas tel qu’il se croit…C’est quand son anniversaire?

  9. Quand vous vous installez dans une nouvelle demeure , vous nettoyez avant de mettre les meubles !!Pour MARSEILLE ,si on ne nettoie pas la ville avant de déverser l’argent , cela ne servira à rien !!Elémentaire ,mais il faut du courage ,c’est plus facile de donner de l’argent que l’état n’a même pas !!

  10. Marseille une très belle ville qui est devenu une annexe du Maghreb je plains les Français qui habitent cette ville qui est devenu dangereuse

  11. Ses déclarations contre le trafic de stupéfiant sont « stupéfiantes » d’hypocrisie. Ils viennent d’abolir l’Article 60 des Douanes, qui ont désormais les ailes rognées: finies les fouilles et les perquisitions rapides (trop d’enfants de politiciens chopés?). Alors, comme d’habitude il cause, et ici non seulement il n’y a pas d’action mais on empêche d’agir. Gouvernement menteur.

  12. Coluche nous parlait de Marseille il y a déjà très longtemps, en faisant allusion au Paris Dakar qui en ce temps passait par cette ville. Je ne dirais pas ce qu’il en disait pour éviter la censure, mais il avait déjà tout compris.
    J’ai connu Marseille au début des années 70, je n’y remet plus les pieds depuis bien longtemps, moi aussi j’ai vu le changement et pas dans le bon sens.

  13. 48 heures de garde à vue pour une banderole en « bon français » et combien pour ceux qui brûlent des voitures ?
    Quant à « marseiile en grand », ou est le résultat?

  14. Que n’a t- on vu dans ce déplacement , à la sauce théâtrale , des élus alignés en « rang d’oignons » attendant sous une chaleur implacable d’avoir une congratulation plus ou moins appuyée du président Macron , le sourire aux lèvres , et comble de bonheur l’annonce de 5 milliards d’aides supplémentaires pour cette ville gangrénée depuis des décennies par la pègre et la mafia , qui va en assurer la bonne répartition ? Eh oui marseillais et marseillaises votre octroi c’est avec notre argent de contribuable français dont M. Macron n’en a cure !!! Et comme le commentait un très bon chroniqueur de Mme Christine Kelly , le président s’est rendu dans cette ville comme s’il s’était déplacé dans n’importe quelle cité européenne ou du continent africain , car Marseille est pour notre président le modèle même de ce que devrait être toute cité de notre pays (un amalgame de toutes les ethnies de la Terre) . Il me revient à l’esprit de ce que disaient à une époque révolue et nettement moins puritaine dans leur sketch les Inconnus « la première ville arabe traversée par le Dakar était Marseille » ( et çà n’a pas changé) , mais l’argent public est déversée à « gogo », sans grands résultats.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois