Au RN, qui irait à Matignon ? Marine Le Pen tient à se préserver

Capture d’écran
Capture d’écran

Il est bien loin et bien éculé, le slogan « Mélenchon à Matignon ». La NUPES se déchire autour de la législative partielle de l’Ariège qui a vu la sortante Insoumise sortie par une dissidente PS, elle-même soutenue par les rebelles du Parti socialiste comme Carole Delga ou Nicolas Mayer. Pendant ce temps, le Rassemblement national fait face au problème inverse. Marine Le Pen l’a répété ce week-end. Elle ne suivra pas les pas d’Édouard Balladur, Édith Cresson ou encore Lionel Jospin. La patronne du groupe RN a été à nouveau catégorique dans une interview donnée au quotidien Ouest-France : en cas de victoire aux élections législatives, elle n’ira pas à Matignon.

« Les conditions présidentielles ministérielles ne sont pas de même nature. Marine Le Pen a une vision stratégique et politique, ce n’est pas une exécutante », explique, au téléphone, son conseiller spécial Philippe Olivier. Ne pas se carboniser à Matignon pour ne pas perdre de vue l’Élysée. L’accession à Matignon du Rassemblement national ne peut arriver qu’avec une éventuelle dissolution (toujours pas à l’ordre du jour) et une victoire écrasante du parti aux élections législatives anticipées. « Si nous gagnons sans majorité absolue, ce sera ingouvernable », nous confie un député RN qui cite en exemple le cauchemar vécu par le groupe Renaissance, trop souvent à la merci d’alliés de circonstance capricieux. « Ils n’auront même pas cette marge de manœuvre, qui voudrait s’allier avec le diable », soufflait, aux Quatre-Colonnes, un élu de la majorité, il y a quelques jours.

La route de l’Élysée ne passe pas par Matignon ?

François Fillon, Dominique de Villepin, Lionel Jospin, Édouard Balladur… L’histoire de la Ve République a démontré que Matignon était plus souvent le tombeau d’une carrière qu’une ultime étape avant l’Élysée. « L’erreur serait de voir l’accession à la fonction présidentielle comme une carrière dont l’étape serait Matignon », analyse Philippe Olivier. « Matignon n’est pas une sous-chefferie avant d’être chef », insiste-t-il. Olivier sait que les procès en amateurisme du RN, s’ils ont pris du plomb dans l’aile, ne sont pas si éloignés. Mais cela n’empêche pas le Rassemblement national de considérer cette hypothèse avec sérieux. Ainsi, le président du RN Jordan Bardella avait tenu, pendant sa conférence de presse de rentrée, à signaler l’existence d’un « Plan Matignon » visant à donner au RN la majorité en cas de dissolution. Mais est-ce un scénario enviable pour le parti de Marine Le Pen et Jordan Bardella ?

Le piège de la responsabilité sans le pouvoir

« Si nous gagnons les élections législatives, nous mettrons en place un gouvernement d’union nationale », assure l’entourage de Marine Le Pen. « Tout dépend des conditions, murmure un député RN. Si on gagne avec une majorité relative, il faudra mettre à Matignon quelqu’un qui accepterait de se cramer... » En d’autres termes, il reviendrait au Premier ministre RN d’essayer de gouverner en alternance avec Emmanuel Macron face à un parti présidentiel hostile et une NUPES qui verrait l’accession au pouvoir du RN comme un produit dopant inespéré, une occasion de rejouer les heures sombres et le bruit des bottes. En d’autres termes, subir les inconvénients sans les avantages. Marine Le Pen avait prévenu : le Rassemblement national « ne jouera pas les pompiers » d’un exécutif et d’une NUPES branchés sur le mode pyromane.

Alors, qui ?

Jordan Bardella, Sébastien Chenu, Louis Aliot, Thierry Mariani, Laure Lavalette, Laurent Jacobelli… Les députés RN contactés ne manquent pas de noms à évoquer. Tout dépend du cas de figure et des conditions mais, au sein du Rassemblement national, on est persuadé d’avoir la ressource humaine nécessaire pour ne pas envoyer Marine Le Pen en première ligne. « Si on a une majorité absolue, le candidat sera assez facile à trouver », juge un élu du groupe. Entre l’Élysée et Matignon, il y a donc la même distance qu’entre le Capitole et la roche Tarpéienne. Au fond, Matignon, c’est un peu le récif : il annonce l’arrivée au port mais est aussi synonyme de naufrage. Et cela, les gars de la Marine le savent.

Marc Eynaud
Marc Eynaud
Journaliste à BV

Vos commentaires

46 commentaires

  1. Il s’agit de gouvernement d’union nationale. Il peut se trouver un premier ministre hors parti qui veuille sauver le pays.
    Il n’y a pas qu’a lr ou reconquête qu’on trouve des gens brillants

    • D’accord avec vous, la solution serait un(e) premier ministre hors du marigot politique avec une stature de décisionnaire capable de constituer une équipe également hors du marigot.

  2. Vouloir reconstruire en quelques mois un chantier de destruction qui dure depuis des décennies serait suicidaire et pénaliserait rapidement cette personne !! Simple bon sens et d’un peu d’humilité !!

    • Pour reconstruire, il faut un plan (des objectifs, des priorités) et une trajectoire plausible (des ressources, des moyens, des étapes). Mme Le Pen, pour le moment, n’a rien de tout cela. Son seul objectif lisible est l’Élysée.

      • Son plan est peut être déjà établi, mais il servirait à quoi de le divulguer au jour d’aujourd’hui, hormis donner des idées et des armes à ses adversaires? Pour relancer la guerre des incompétents qui pullulent dans les partis politiques ? Merci nous en avons soupé.

  3. Cette stratégie est effectivement la bonne. Mais je ne crois pas trop à la dissolution. Macron n’y a pas intérêt.
    Marine doit se préserver. Le RN, qui contrairement à ce que certains racontent, ne manque pas de gens de talent, même s’ils ne sont pas médiatisés, doit continuer dans cette voie. Apparaître comme un parti d’ordre, face au désordre et responsable. Peaufiner ses alliances car il en aura besoin.
    Quant aux débats avant présidentielle, ça ne veut pas dire grand chose. On nous avait promis un type super intelligent et on a un psycho rigide, orgueilleux, imbu de sa personne, déconnecté, qui dit écouter mais qui n’entend rien. Incapable de tirer les moindres leçons de la crise des gilets jaunes et qui a endetté la France à un niveau record.

  4. Geo6913-C’est certain.D’ailleurs souvenez-vous comment MLP s’est sabordée lors des deux élections présidentielles lors du duel télévisé contre Macron avec le résultat que l’on connait.

  5. S’ils y vont alors on a la droite la plus bête du monde ! Que le RN ne se précipite pas, ce n’est pas à lui à vouloir redresser ce que les autres ont mis 50 ans à démolir.
    « Tout vient à point à qui sait attendre » !

    • MLP incapable de gérer économiquement la France !! mais si les droites s’unissaient pour un bon projet pour suspendre toutes les arrivées là avec un bon référendum 70% des Français seraient pour !!!

      • Juguler l’hémorragie migratoire est indispensable pour traiter l’urgence vitale immédiate. Mais cela ne suffira pas à remettre le malade sur pied (désindustrialisation, extension des prérogatives de l’EU sous prétexte d’urgences diverses et au nom de valeurs mal définies, et surtout, bureaucratie folle, déficits abyssaux…).

  6. Dans l’hypothèse d’une victoire RN, le meilleur premier ministre serait incontestablement Thierry Mariani. Son expérience et sa trajectoire sont les garants pour une telle mission. Réécouter sa brillante prestation du 28 mars (environ 2h) lors de la commission d’enquête parlementaire.

  7. MLP a peur du pouvoir, si elle le voulait elle ferait défiler ses troupes comme le fait la cgt ou elle clamerait dans les micros tout ce qu’elle combat comme le fait melanchon , au contraire elle reste tiède prend toutes précautions pour ne pas paraître politiquement incorrect, il n y a que devant ses électeurs lors de meetings, où elle est vindicative

  8. Sans président du meme bord, le RN sortirait « cramé » d’un passage à Matignon. Il reussirait à faire l’union républicaine de tous les partis pour lui savonner la planche. On voit dans quel état est le pays aujourd’hui. Des règlements de compte à tous les coins de rues, l’Éducation, la Santé, la Police, la Justice, l’armee sont en deshérence, la dette est abyssale, l’immigtation est devenue un envahissement, on ne peut plus sortir sans risquer de se faire agresser, nous sommes à la traine de l’Europe, et …le danger serait le RN… qui est le seul parti qu’on n’a jamais essayé sous le 5è, et dont le programme correspond à ce que demande le peuple : moins d’immigration, une justice plus ferme, une police qui ait les moyens des mettre au pas les sauvageons qui detruisent tout sous pretexte de manifs, une independance energetique retrouvée… et le reste…

    • Fort juste. Comment comprendre que les gens puissent encore avoir peur de l’avenir alors qu’ils vivent déjà en enfer ? Peut-on imaginer que pire soit possible ?

  9. Belle politique fiction, Macron n’a sans doute pas inventé l’eau chaude, on le voit tous les jours, mais il sait lire une enquête d’opinion, donc il ne dissoudra pas, et il trouvera une majorité de circonstance pour les textes qu’il voudra faire passer, de plus, sans être méchant, je ne vois personne au RN ayant la carrure intellectuelle pour faire un premier ministre, car pour ce poste il faut un minimum de cerveau, et là je cherche.

    • Vous avez raison… il n’y a pas de « carrures intellectuelles  » au RN… C’est tout à fait par hasard que MLP
      esr arrivée 2è aux presidentielles… Il vaut mieux continuer comme ca, avec des Borne, Castex, Hollande, Castaner, ou peut-etre préfèreriez-vous, Rousseau ou Bompart… ou encore une flêche comme Melenchon…

      • Qu’elle arrive 2e ne prouve rien. Les élections ne se jouent (malheureusement) pas sur l’intelligence des candidats. En revanche, le fait que MLP arrive au 2e tour en dit long sur le QI moyen de ses électeurs…

    • Si vous trouvez qu’on a eu des carrures intellectuelles jusque-là, je m’interroge. Il ne suffit pas d’être un docile premier de classe ou un Mozart de la finance. Il faut des tripes. Il faut aimer le pays. Ne pas travailler que pour les potes de Mac kinsey et les autres. De Gaulle a dit « dans l’intérêt de la France, j’ai décidé… » et référendum. Nous avons eu une dictature avec le droit de tenter d’en changer

    • Quand on eu des PM de la carrure de Ayrault ou Valls on n’a plus à s’interroger sur le niveau de compétence ou de charisme requis pour obtenir le poste. Le tenir est ensuite une autre affaire…

  10. les elections sont fraudées , tant que cela sera en place voter ne sert a rien juste a faire croire a la democratie et amusé le peuple
    “Ce qui compte ce n’est pas le vote, c’est comment on compte les votes.” staline

  11. L’amateurisme c’est le lot des gouvernants successifs qui ont sciemment oublié les principes de bien public au profit d’utopies à la mode.

  12. Il est totalement inutile de vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. D’ailleurs, vendre cette peau, avec Laure Lavalette premier ministre, fait de cette hypothèse (tuer l’ours) une opérette dont la politique française à le secret.

  13. Si le RN ruse, il envoi Ciotti à Matignon et s’arrange pour avoir la majorité à l’assemblée nationale. Ils garderont tous leurs vaisseaux, et laisseront les autres griller les leurs.

  14. Article salutaire, à faire lire aux trolls Nupes, Reconquête et autres qui serinent que MLP a peur du pouvoir.
    Elle connaît tout simplement ses classiques : comme vous le dites, Matignon est le tombeau des ambitions présidentielles.
    D’ailleurs, dans la liste, vous avez oublié Chirac (76-78) qui se plante en 81, Chirac (86-88) qui se plante en 88, Fillon qui se plante en 2017…

    • Elle connaît peut-être ses classiques mais elle a été décevante dans ses débats de présidentielle. A t’elle le niveau ?

      • Avec pour présidents des Sarkozy, Hollande et Macron, on sait désormais que le niveau n’est plus un critère. Bien au contraire.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois